Actualités internationales

«Quand je donne à manger aux pauvres, on me traite de saint, et quand je demande pourquoi ils n’ont rien à manger, on me traite de communiste.»

Don Helder Camara, évêque brésilien…

Dans une plaidoirie de la dernière chance devant le Sénat avant sa destitution probable hier, Dilma Rousseff a fustigé «un coup d’Etat pour élire indirectement un gouvernement usurpateur» et rappelé qu’elle avait été élue par 54 millions de Brésiliens. «Nous sommes, dit-elle, à un pas d’une grave rupture institutionnelle, de la concrétisation d’un authentique coup d’Etat», a-t-elle lancé sur un ton combatif. «Votez contre l’impeachment, votez pour la démocratie», a conclu Dilma Rousseff au terme d’un plaidoyer pathétique de 30 minutes.

Qui est Dilma Rousseff?

Elle est née le 14 décembre 1947 à Belo Horizonte (Brésil), c’est une économiste et femme d’État brésilienne. Pendant la dictature militaire, Dilma Rousseff intègre le commando de libération nationale, mouvement de résistance, devenu plus tard le VAR Palmares. Arrêtée en 1970, elle est torturée pendant vingt-deux jours, puis condamnée par un tribunal militaire et détenue trois ans jusqu’en 1973. À l’époque de sa détention, elle est surnommée la «Jeanne d’Arc de la guérilla», en raison de son implication dans le mouvement (…) En 1977, elle obtient un diplôme de l’École de sciences économiques de l’université fédérale du Rio Grande do Sul. À la même époque, elle participait à la restructuration du Parti démocratique travailliste (PDT) Entre 1991 et 1995, elle fut nommée secrétaire d’État à l’Énergie.(1)

Elle rejoint le Parti des travailleurs (PT) en 2001. Le président Luiz Inácio Lula da Silva, nouvellement élu, la nomme en janvier 2003 ministre des Mines et de l’Énergie, fonction qu’elle occupe durant deux ans et demi. Ministre des Mines et de l’Énergie de 2003 à 2005, puis ministre d’État et chef de cabinet du président Luiz Inácio Lula da Silva à partir de 2005. Le 21 juin 2005, elle devient ministre d’État, chef de cabinet du président de la République fédérative du Brésil (le plus haut poste du gouvernement) après la démission de José Dirceu, accusé de corruption. Dans un contexte de scandales de même nature ayant touché plusieurs dirigeants du PT, elle devient alors la «dauphine» de Lula. Elle est la candidate du Parti des travailleurs à l’élection présidentielle brésilienne de 2010, qu’elle remporte au second tour de scrutin face à José Serra. Elle est investie présidente de la République fédérative du Brésil le 1er janvier 2011, devenant la première femme à occuper cette fonction. Elle est réélue de justesse en 2014. (1)

Le nouveau livre de Riccardo Petrella, Au nom de l'Humanité, l'audace mondiale, est un réquisitoire implacable contre la guerre économique et sociale menée par la classe dominante contre les peuples, tant au Nord qu'au Sud. Fondateur de l'Institut européen de recherche sur la politique de l'eau, Riccardo Petrella est l'auteur de nombreux ouvrages dont Limites à la compétitivité ou Le Bien Commun et s'oppose avec vigueur aux vieilles recettes néolibérales des politiques dites d'austérité ainsi qu'à la "naturalisation" des récentes interventions militaires. Dans l'interview exclusive qu'il nous a accordée, il lance un appel urgent à s'engager avec audace dans les batailles de notre temps.

L'OEIL DE SOIRESSE

CENTRAFRIQUE : MECKASSOUA ET L'OPÉRATION « BIENFAISANCE DANS LA CORRUPTION »

Lorsqu'on ne veut pas recevoir le sable du tourbillon dans les yeux, on lui tourne le dos. Au Palais de la Renaissance à Bangui, Faustin Archange Touadéra et les siens l'ont bien compris. Ils ont tourné les yeux et ont fait semblant de siffloter pour ne pas voir le véreux Abdou Karim Meckassoua mettre sur pied et exécuter son opération « bienfaisance dans la corruption ». Une opération réalisée au vu et au su de tous les Centrafricains. Mais le nouveau président Faustin Archange Touadéra a demandé à être déclaré officiellement comme étant en soins pour des problèmes de vue et d'ouïe durant tout le processus de l'élection du président de l'assemblée nationale.

Y'a t-il meilleure démonstration possible de la crise politique profonde que traverse le Burundi? L'équipe du Earth institute de l'université américaine de Colombia a publié mardi 16 mars son rapport 2016 sur la mesure comparative du bonheur à travers le monde. Et si les habitants du Danemark sont les plus heureux selon l'agrégation d'une batterie de facteurs, le Burundi est l'endroit sur Terre où il fait le moins bon vivre.

Un burundais réfugié au Kenya a été grièvement blessé par balle ce lundi par des gens inconnus. Le drame s'est passé au camp de Kakuma où habite la victime. Les réfugiés burundais de ce camp estiment que leur sécurité est menacée. En un mois, deux Burundais ont été assassinés et deux autres blessés par les jeunes du parti au pouvoir CNDD-FDD.

L'enfer du Soudan du Sud

Viols, exécutions, destructions systématiques: la situation des droits de l'Homme au Soudan du Sud, qui a sombré dans une guerre civile dévastatrice, est "parmi les plus horribles" dans le monde, s'est indigné vendredi l'ONU dans nouveau un rapport dénonçant notamment les exactions du camp gouvernemental.

Les principaux candidats à l'élection présidentielle en Ouganda ont réuni leurs militants mardi à Kampala, au dernier jour d'une campagne marquée la veille par la mort d'un sympathisant de l'opposition dans des affrontements avec la police.
Le principal candidat d'opposition, Kizza Besigye, défait au premier tour lors des trois derniers scrutins (2001, 2006, 2011) a assuré mardi devant la presse qu'il pouvait mettre un terme aux 30 années de pouvoir du président Yoweri Museveni, candidat à sa succession.

Si l'ancien Président de la République d'Uruguay est le plus pauvre de tous les autres ex-chefs d'Etats, ce n'est pas parce que son Etat l'a privé de moyens de subsistance.

Pauvre, l'ex-chef d'Etat José Mujica, 80 ans, ex-partisan, ascète, athée et végétarien, affectueusement surnommé par ses compatriotes "Pépé Mujica", l'est devenu volontairement.

mercredi, 20 janvier 2016 18:38

EN FINIR AVEC LES INÉGALITÉS EXTRÊMES

Écrit par

Confiscation politique et inégalités économiques
Les inégalités économiques s'amplifient rapidement dans la plupart des pays. Les richesses du monde sont divisées en deux : près de la moitié est entre les mains des 1 % les plus riches, tandis que 99 % de la population mondiale se partagent l'autre moitié. Le Forum économique mondial a identifié ce déséquilibre comme un risque majeur pour les progrès humains. Les inégalités économiques extrêmes et la confiscation du pouvoir politique sont trop souvent interdépendantes. Si rien n'est fait, la mise à mal des institutions politiques se poursuivra et les États serviront principalement les intérêts des élites économiques, aux dépens des autres citoyens. Les inégalités extrêmes ne sont pas une fatalité. Elles peuvent et doivent être combattues rapidement.

Déclaration du CNARED-GIRITEKA en rapport avec l'attaque terroriste à Ouagadougou,
capitale du Burkina Faso
Le Conseil National pour le Respect de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation au
Burundi, de la Constitution et de l'Etat de Droit-le CNARED-GIRITEKA, suite aux actes de
barbarie perpétrés par un groupe terroriste contre de paisibles citoyens inoffensifs
Burkinabé ce 16 janvier 2016, déclare ce qui suit:

Page 2 sur 10

Les dernières actus


Actualités internationales
Déclaration de la Commission Afrique du Parti de Gauche Le Burundi connaît une crise sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir en 2005 ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
Barundi,Barundikazi,Bagumyabanga ba CNDD, Mu myaka ishira 1960, ni ho ibihugu vyinshi vya Afrika vyasubira guhabuza intahe yavyo yo kwikukira, vyari ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
Le Burundi célèbre ce 1er juillet 2017 son 55ème anniversaire d’indépendance. Comme ses prédécesseurs et autres dictateurs, le président ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME Trente-cinquième session Dialogue interactif sur le Burundi Genève, le 14 juin 2017 Monsieur le Président, ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
Dans le dictionnaire Hachette de la langue française, un aveugle se définit comme quelqu'un qui est privé du sens de vue. Et dans le monde entier, ...
En savoir plus
Prev Next