Actualités

A. Les faits.

1. En date du 15 mai 2019, la justice burundaise inféodée à l’oligarchie au pouvoir à Bujumbura a annoncé la saisie des biens mobiliers et immobiliers des opposants au régime actuel de NKURUNZIZA, notamment ceux accusés d’avoir joué un rôle dans la tentative du coup d’Etat du 13 au 14 Mai 2015 au Burundi.

2. Cette décision est prise au moment où l’affaire est encore pendante devant les tribunaux. Certains responsables politiques dont les biens ont été saisis n’ont même jamais comparu devant la justice.

3. La dite saisie a ignoré l’appartenance de ces biens aussi bien aux époux qu’aux épouses mariés sous le régime « de communauté des biens ». De surcroît, la saisie n’épargne même pas le domicile familial, et a comme conséquence de jeter dans la rue des mères et des enfants.

B. La position du parti CNDD

4. Le parti CNDD condamne l’instrumentalisation de la justice burundaise par le régime de NKURUNZIZA aux fins de règlements de comptes contre les opposants politiques.

5. Le parti CNDD condamne avec force la décision inique de saisie des biens des opposants politiques en violation de la loi ; et en jetant femmes et enfants dans la rue au mépris des principes de l’humanisme et du respect de la dignité de ces compatriotes.

6. Le parti CNDD constate pour le regretter que le régime de NKURUNZIZA imite dans ce cas d’espèce les funestes pratiques du tristement célèbre MICOMBERO. Le régime de cet ancien dictateur burundais avait usurpé les biens de ses victimes en 1972. Ceci avait conduit les signataires de l’accord de paix d’Arusha de prévoir une commission chargée d’étudier cette problématique, qui jusqu’à ce jour n’a pas épuisé les différends.

Barundi, Barundikazi
Workers and you who are jobless
I greet you peace, dignity and prosperity!
Let us please remind ourselves of why there has been a world day that was dedicated to work and to workers on the reason why it has always been celebrated on the first of May.

Barundi
Barundikazi
Banyakazi ,
Namwe mutagira akazi,

Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere !
Munkundire dusubire twibukanye gatoya, ibituma umusi mpuzamakungu wahariwe akazi n’abakozi kw’isi, wama wahimbajwe itariki ya mbere Rusama.

1. Uyu musi si umusi mukuru usanzwe, ni umusi w'ukwibuka abantu, abanyakazi benshi batakaje ubuzima bwabo, bariko baragwanya agacinyizo, bakorerwa n'abakoresha babo, baba abantu ku giti cabo, canke Reta. Ako gacinyizo kari gahagaze canecane, ku masaha y'umurengera abanyakazi bakora ku musi, henshi yararenga 16 ; abakozi bagahembwa intica ntikiza, abakenyezi bakora ijoro n'umutaga, n'abana b'imicuko barimwo. Akaja nk’ako, ko gufata nabi abakozi, ari bo banyagihugu, ntikari i Buraya canke Amerika gusa, kari no mu bihugu vyari mu ntwaro za gikoroni.

2. Imbere y’intwaro za gikoroni, Abanyafirika benshi baragizwe abaja, abakoroni babatwara ku nguvu kuja kubarimira, no gucukura ubutare muri Amerika. Muri abo, benshi cane, imiriyoni n’imiriyoni barahasize agatwe. Ivyo ni vyo vyatungishije, ibihugu vy’i Buraya na Amerika. Ariko n’ubu, ibikorwa bigayitse nk’ivyo biracabandanya, mu bihugu vyinshi canecane muri Afirika, bihagarikiwe na ya masosiyete mpuzamakungu, bita « multinationales ». Ngira muramaze kwumva amahano akorerwa abakenyezi, canke abana, mu bikorwa vyo gucukura ubutare nk’aho, hakurya mu gihugu ca Kongo… Amahera umurengera avuye muri ubwo butare, igice kinini gitwarwa n’ayo masosiyete mpuzamakungu, ayasigaye aherera mu mipfuko y’akagwi k’abantu bari ku rushi. Deniza Nkurunziza yabise « abarundarundanya amatungo ». Maze bakayanyegeza, mu mabanki yo hanze, ayandi bakayimbira mu mazu yabo, kurya muheruka kuvyumva muri Sudani, aho basanze mu nyubakwa y’uwahoze ari umukuru w’igihugu, imiriyoni 130 z’amadolari y’amanyamerika. Ayandi ni, ivyo bizu vy’amagorofa mubona hirya no hino mu bisagara, canke ku mpinga z’imisozi, na Reta ari Reta idashobora kwiyubakira ! Uko ni ko barya imitsi abakozi, bakanunuza igihugu cotunze abanyagihugu baco bose, kurya kw’inyondwi canke uruguhe rununuza amaraso y’inka.

3. Ku wa mbere Rusama 1886, ni ho abakozi biha amabarabara, kugira bagaragaze akababaro kabo, hariya i Chicago, mu gihugu ca Reta Zunze Ubumwe za Amerika. Ico gihe, Reta yabashuhuriyeko abaporisi, maze birara mu banyagihugu, abantu benshi barahasiga agatwe. Uyu musi rero, ni umusi mu bihugu vyinshi, abakozi bigina intsinzi bashitseko, mu kworoherezwa mu buzima bwabo nko: kuduza imishahara, kuvurwa ku buntu, kugabanura amasaha y'umurengera ku kazi, kubunguruza bagiye ku kazi, kugabanura ikori ku bakozi batobato, gufuta ubugererwa, gufata mu mugongo abarimyi n'aborozi, mu kugabanura ibiciro vy'ibikoreshwa mu ndimo nko kubaronsa amase, kubigisha ubuhinga bwo kurima, no kworora kijambere, tutibagiye kubaronsa imbuto zirobanuye, gukwiza umuyagankuba n'amazi meza ku banyagihugu, kwigisha abana ku buntu gushika iyo biyumva, kugwanya ubushomeri n'ibindi. Abakozi n’abanyakazi, ni bo bagiye imbere y’abandi banyagihugu, mu guharanira ukwikukira kw’ibihugu vy’Afrika

1. Kuri uwu wa 16 Ntwarante 2019, ku Ngoro nkuru y’Umugambwe CNDD i Bujumbura habereye inama ihuza abeserukira umugambwe mu ntara zose hamwe n’abaserukira imihari FFD-Abagumyabuntu na JPD-Intebutsi.

2. Intara zose kiretse Mwaro zari zaserukiwe, abavuye mu ntara hagati bakaba bangana na 38, abo mu gisagara ca Bujumbura 31. Abitavye inama bose bakaba bangana na 69 ; batatu b’i Mwaro batumenyesheje yuko basibiye mu nzira kubera abaporisi bababankiye kubandanya urugendo ngo kuko ata rupapuro rw’intererano y’amatora bari bafise.

3. Iyo nama yatangujwe n’indirimbo yo guhayagiza umugambwe isaha zine z’igitondo.

4. Umunyamabanga Nshingwabikorwa yaciye ashikiiza urutonde rw’ivyihwezwa n’ibikorwa bitegekanijwe uwo musi. Na vyo bikaba ari ibi bikurikira :

 Gushikiriza raporo y’ingene umugambwe n’ibikorwa vyifashe
 Guhanahana ivyiyumviro
 Gushikirizwa Ijambo ry’Umukuru w’Umugambwe rijanye n’uwo musi
 Gushikiriza mu ncamake icegeranyo c‘ivyashitsweko
 Gusangira agatutu k’uwo musi.

Bagumyabanga mugize Komite nkuru y’umugambwe,
Bagumyabanga murongoye intara
Bagumyabanga murongoye Umuhari w’abagumyabuntu FFD
Bagumyabanga murongoye Umuhari w’urwaruka JPD-INTEBUTSI
Bagumyabanga mwaserukiye abandi mu buryo butandukanye
Bagumyabanga muserukira CNDD mu bindi bihugu

Ndabaramukije Amahoro Iteka n’Iterambere n’umutima wuzuye urukundo n’inkumbu nyinshi cane !

Imbere y’ukugira ikindi ndabashikiriza, nagira, kw’izina rya Komite Nkuru y’umugambwe wacu CNDD, no kw’izina ryanje nyene, nsubire kubipfuriza mwese, umwaka mwiza muhire mushasha wa 2019. Muze muwugiremwo amagara meza, amahoro n’iterambere mu ngo zanyu, eka n’igihugu cacu kibonereho kuva mu magume, amaganya n’ubukene ntangere kirimwo, gisubire kuramutswa amahoro na Demokarasi, yo soko y’iterambere kuri bose.

Inyuma y’ako kajambo ko kubipfuriza umwaka muhire mushasha, reka duce ku mayange amakuru y’irya n’ino na canecane ayajanye n’ubuzima bw’igihugu cacu n’ingene twonagura tugatsimbataza umugambwe wacu CNDD.

1. Nk’uko mubizi mukama munavyumva ku maradiyo, igihugu cacu kiri mu magume n’ingorane vy’umurengera. Sinokwirirwa ndabigarukako, kuko mubibamwo. Ubukene bwarazingamitse igihugu, agatotezo ko mu buryo bwose aho kugabanuka, vyose biguma vyiyongera. Abategetsi barishize hejuru y’amategeko, ariko rero gahebuza mu Burundi, ivy’ihonyangwa ry'agateka ka muntu bikorwa n’abutegetsi, bufadikanije n'umugwi w'imbonerakure wegamiye umugambwe uri ku butegetsi, ntibikigira urugero n'urupimo. Nta musi wijana batihaye ibara, kugeza n’aho abanyagihugu bivugira ngo “erega badukubise kandi Atari imbonerakure”! Nk’uko umengo gukubagurwa n’imbonerakure biremewe n’amategeko! Iryo ni ibara. Ivyo bikaba vyarunyutse kuva mu 2015, igihe Nkurunziza yiyongera ku nguvu manda ya gatatu, ahonyanze Amasezerano y’i Arusha n’Ibwirizwa Shingiro riyakomokako. Abatishwe baranyuruzwa, ntumenye irengero ryabo, abandi bagafatwa bagapfungwa, abandi barataye izabo bahungira mu bindi bihugu, ubu bakaba bararenga 500.000. Ngira mwarumvise ivyashikirijwe muri raporo y’umugwi wigenga wa ONU ujejwe itohoza ku vyerekeye agateka ka muntu mu Burundi. Iyo raporo ikaba ivuga yuko ihonyangangwa ry’agateka ka muntu ritera ryiyongera.

2. Bagumyabanga dusangiye ugupfa n’ugukira, n’aho ibintu bimeze uko, turabona, turumviriza abarundi, ntibarashika ku rugero rwo kwihebura. Murumva ko hirya no hino bacinanata, bakadoma urutoke ku bitagenda neza mu kwiyamiriza intwaro y’umukazo. Umugambwe wacu na wo nyene urafise ingorane zifatiye ku bukene, ku mwuka uri mu gihugu urangwa n’umutekano muke n’iterabwoba. Hirya no hino usanga ahatari hake, imigambwe itavuga rumwe n’uwuri ku butegetsi idashobora gukora uko vyategerezwa, kubera abategetsi bayiburagiza. Ariko n’aho ibintu vyifashe uko, ndashimiye cane abagumyabanga ba CNDD na canecane ababarongoye kuko ni bake cane muri bo bataye umurongo, bagumye mu muco aho kwiroha mu mwijima kubera amaronko canke ubwoba.
Turazi neza yuko benshi muri mwebwe murongoye umugambwe mu ntara, mwipfuza kandi musaba ko indongozi za CNDD zohaguruka maze zigatunganya ibikorwa vy’umugambwe; inzego kuva hasi gushika hejuru zikanagurwa zigasubira gukora, amanama agatunganywa. Nkako, burya inzego ni zo mutima n’imoteri vy’umugambwe. Ico gikorwa kiraturaba twese kuko ni umurimo mwitumo.

Bujumbura, le 16/03/2019
Le parti Conseil National pour la Défense de la Démocratie,CNDD en sigle,conscient de l’importance des enjeux du moment,porte à la connaissance de l’opinion la déclaration suivante:

Bagumyabanga ba CNDD
Bagumyabuntu ba FFD
Namwe Ntebutsi za JPD
Barundi,
Barundikazi,
Bagenzi mwese, ncuti za CNDD,

Ubwa mbere na mbere, nagomba kubatura indamutso, y’urukundo ivuye ku mutima: Nti nimusangwe amahoro, iteka, itekane n’iterambere kuri bose!

Muri ibi bihe vyo gusozera umwaka, n’ugutangura umushasha, nagira rero, kw’izina ry’umugambwe wacu CNDD, ku ry’umuryango wanje, no kw’izina ryanje nyene, ndabipfurize mwese, Inweri nziza cane, n’umwaka mwiza muhire mushasha wa 2019. Muze muwugiremwo amagara meza, amahoro n’iterambere, mu ngo zanyu, eka no mu gihugu cacu, muri Afrika no kw’isi yose !
Bagumyabanga mwese, Barundi, Barundikazi, Ncuti z’Umugambwe wacu CNDD,
Muri ibi bihe nyene, vy’ukwipfurizanya umwaka mushasha mwiza, ntawosiga inyuma kwirimbura, no gukubitiza akajisho aho umuntu ageze, haba mu buryo abayeho, ku giti ciwe, canke mu rugo, tutibagiye ivy’ igihugu cacu. Maze tukaboneraho, gutereza amaso imbere, kuri kazoza kacu, ka hafi mbere n’aka kure.

Munkundire rero, tubice ku mayange.
1. Ba sokuru ni bo bayamaze bati, “Inda woyibaza uwayirayeko, vyongeye bati “Amagara aca mu kanwa”. Twese twipfuza kubaho tugononokewe, turi mu gihugu umuntu yishira akizana, aserura ivyiyumviro vyiwe adakebaguzwa, mu kubanza kuraba abo bari kumwe, akaja mw’idini yitoreye, mw’ishirahamwe canke mu mugambwe yipfuza, ata gahato. Mu ncamake, mu gihugu agateka ka muntu kubahirizwa n’intwaro iba ihari, maze n’abanyagihugu bose bakavyigishwa, bakabigendera. Mu ntwaro zimaze kuboneka kuri iyi si, intwaro ya Demokarasi, ni yo ishira imbere iyo ngendo. Ni na yo Nyenicubahiro Ndadaye Melikiyoro yazize, akatubera incungu ya Demokarasi. Amaze kugandagurwa n’abaterekwa iyo ntwaro, ni co cadutumye tuvira hasi rimwe, mbere tugatanguza urugamba ruhambaye, rw’iteka ntangere ku gihugu cacu no mu makungu, ata yindi ntumbero twari dufise, atari uguhabuza iyo ntwaro, ya Demokarasi yari igomba kunigirwa mu menshi.

LES FAITS.

1. En date du 11 Octobre 2018, le Ministre de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA, Thaddée NDIKUMANA accompagné des agents de police, des journalistes et certains agents de l’administration ont procédé à la fermeture des bureaux et laboratoire d’un certain Alexis HARIEMENSHI, chercheur naturopathe accusé de violer les lois du pays.

2. Le Parti CNDD rappelle que Alexis HARIMENSHI, un rescapé des massacres des quartiers du nord de la capitale des années 90 a dû abandonner les études, comme beaucoup d’autres burundais. Il a dû chercher des moyens à lui seul pour les reprendre, mais cette fois-ci en ligne. C’est une personne courageuse et persévérante et cette qualité n’est pas donnée à tout le monde.
C’est un autodidacte qui a bien assimilé beaucoup de connaissances en naturopathie et en médecine Burundaise. Grâce à ses activités de recherche, Alexis HARIMENSHI a réussi à promouvoir :
-la transformation et l’usage des produits agricoles locaux pour en faire des compléments alimentaires
-la culture des papayes en créant de l’emploi (à travers la culture, la récolte et même la transformation).
Alexis a pu mettre les progrès de la science au service de la société. Ainsi il conduit des études de recherche et dispense la formation à des personnes intéressées, il organise aussi des conférences locales et participe à des colloques internationaux sur la santé, il collabore avec d’autres centres de recherche et nutritionnistes, etc.

3. Une vérité indéniable aujourd'hui comme hier, c’est grâce aux hommes et femmes de sciences très dévoués et passionnés comme Galilée, Newton, Marie Curie, Albert Einstein ou Cheick Anta Diop que le monde a réalisé des progrès scientifiques et technologiques spectaculaires…. Par ses réalisations, Alexis HARIMENSHI compte parmi les grands scientifiques et de ce fait honore le Burundi notre pays et notre continent l’Afrique depuis l’année 2002.

4. Le régime du Burundi est en train de détruire sa propre indépendance, en interdisant des initiatives de création et d’innovation comme celles d’Alexis HARIMENSHI.

5. Le Parti CNDD regrette que depuis un certain temps, pour des raisons économiques et financières, certains groupes transnationaux impliqués dans la fabrication et commercialisation des produits pharmaceutiques s’arrogent le droit de saper les activités des jeunes générations qui essaient de trouver des solutions alternatives aux problèmes de santé , entrainant ainsi certains gouvernements corrompus et complices dans la déstabilisation des travaux de recherche de leurs propres citoyens comme c’est le cas d’Alexis HARIMENSHI au nom de la protection de la population alors que c’est suite aux pots de vins de ces grands fabricants et à leur protectionnisme.

Bagumyabanga,

Barundi, Barundikazi mwese,

Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere!

Ijambo rya mbere na mbere nagomba kubashikiriza indamutso y’urukundo, ndabamenyesha kandi ko ndi muzima nkomeye. Vyongeye, kw’ishaka n’umutima wanje wose, ndacari wawundi, niyemeje ubuzima bwanje bwose kuzoguma ndi Nyangoma azira akagaye n’akarenganyo, iyo biturutse hose.
Nagomba kandi ndabasabe, muri ibi bihe igihugu gisa n’icasubiye ku ntwaro y’umugambwe umwe, ko mwogumana wa mutima rugabo benshi mwamanye kuva CNDD ikivuka kw’igenekerezo rya 24 Nyakanga 1994 gushika n’ubu; kandi mubandanye mugwanira demokarasi n’agateka ka muntu, kugira ntibigende akagirire.

1. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi dusangiye ugupfa n’ugukira, uyu musi, imyaka 24 irarangiye CNDD ivutse. Ni ukuvuga ko umwana yavutse ico gihe atahuye n'ingorane, arahejeje ishure kaminuza. Ntihabuze n'abavutse ico gihe bamaze kwubaka izabo. Iyi sabukuru rero ije mu bihe bigoye, igihugu cacu cugarijwe n’amagume, na canecane y’ubukene butagira uko bwovugwa, ubona n’uko amakungu igihugu cacu yagihariye ivomo. Kanatsinda, ubusuma n’ubunyonyezi, ubuhumbu, ububegito n'ibindi bibi vyose na canecane uguhonyanga agateka ka zina n’amabwiriza vyasasiwe indava n'ubutegetsi.

2. Uyu musi rero si umusi usanzwe, kuko imyaka 24 si mike, ni ikiringo umuntu canke igihugu gishobora kuba caranguye ibikorwa bitari bike. Nico gituma mwompa akanya tugasubira tukibukanya ihangiro nyamukuru ryatumye dushinga CNDD, kuko benshi, na canecane mu rwaruka, ivyo bavyumva nk'umugani, nka kahise. Barakunda kubaza bakuru babo ico twagwanira? Bati umwansi wacu yari nde? Twashitse kuki? Haracariho inzitizi z'ico twaharanira? Hokorwa iki kugira ziranduranwe n'imizi muri ibi bihe? Imigambi dufitiye abarundi ni iyihe kugira igihugu gisubire koko ku ngendo ya Demokarasi?

3. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi; Nk'uko benshi muri mwebwe babizi, hari nk’aya mango kw’igenekerezo rya 24 z’ukwezi kwa Nyakanga mu mwaka wa 1994, hafi inyuma y’umwaka umwe Ndadaye Melikiyoro agandaguwe, igihe Abarundi bahurikiye mu migambwe myinshi, abandi ku giti cabo, bakorana, bakiyungunganya bagashinga umuhari CNDD ari wo: Inama y’Igihugu Igwanira Demokarasi, hamwe n’ishami ryawo rya gisirikare FDD-Intagoheka. Abo bose bari bashegeshwe n’intwaro z’igikenye n’agahotoro zari zihejeje kunigira mu menshi demokarasi, mu kugandagura Umukuru w’Igihugu Melikiyoro Ndadaye, ku wa 21 Gitugutu 1993, umurundi wa mbere kuva Uburundi bubayeho yari yitorewe n’abanyagihugu kugira arongore igihugu. Umuhari CNDD n'ishami ryawo rya gisirikare FDD, kuva bikivuka rero, waciye wiyemeza kuremesha urugamba rwo guhabuza demokarasi yari ihejeje kunigirwa mu menshi. Abawugize baritanga batiziganya, n’Abarundi isinzi barawuhurumbira, mbere imikangara y’imisore n’inkumi bemera n’ukwitanga kugeza no ku buzima bwabo. Nkako, ico gihe nta kindi cari gisigaye, atari ugushira mu migere, kubera yuko abo twahangana aho kwisunga amategeko bakoresha inguvu n'inkoho; mbere tukaba twisunga intangamarara y’Itangazo mpuzamakungu ryerekeye agateka ka muntu, aho bavuga bati: “Kubera ko ari ngombwa ko agateka ka muntu gakingirwa n’intwaro igendera intahe n’ingingo kugira ngo abanyagihugu ntibarinde gushika aho bagumuka kugira bikureko intwaro y’umukazo n’agacinyizo”. Muribuka yuko n’umuhisi prezida Mandela, intibagirwa mu makungu, tugerageje gusigura mu rurimi rwacu yavuze ati: “Igihe cose, Uwucinyiza ni we yereka uwucinyizwa uburyo yokwigwanira… Ati, Uwucinyiza akoresha igikenye, nta bundi buhinga ku wucinyizwa atari ugukoresha igikenye na we”. Abazi igifaransa yavuze ati “C’est toujours l’oppresseur et non l’opprimé qui détermine la forme de la lutte…Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’a d’autres choix que de répondre par la violence”. Vyinshi muzobisanga mu bitabu n'inzandiko abahinga bari mu bashinze umuhari CNDD bariko barasohora, kugira ukuri kumenyekane. Murabisanga kandi mu masanamu yatangajwe mu kinyamakuru c'umugambwe CNDD gicishwa mu buhinga ngurukanabumenyi: “www.cndd-burundi.com”.

Avant l’adoption de la charte de l’OUA le 24 mai 1963, Nkwame N'krumah dira « nous devons nous unir maintenant ou périr ».

Message de Léonard Nyangoma, président du CNDD, à l’occasion de la fête de Solidarité organisée par Manifesta édition 8 et 9 septembre 2018.

Chers camarades militants du Parti des Travailleurs de Belgique (PTB),
Chers camarades organisateurs de ces journées de solidarité et de fraternité,
Chers invités
Chers tous, en vos titres et qualités,

1. Au nom de notre parti, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie au Burundi (CNDD, en sigle), de ses militantes et militants du Burundi et d'ailleurs dans le monde, de son Comité Exécutif ainsi qu’en mon nom propre, je salue chaleureusement tous les camarades organisateurs de ces journées de solidarité et tous les invités ici présents, et remercie particulièrement de tout cœur le Parti du Travail de Belgique (P.T.B-Belgique) d’avoir imaginé ces journées de solidarité, d'échange d'idées et de joie partagée deux jours durant. Je salue toutes les délégations ici présentes, en particulier celles venues des autres continents du monde notamment de l’Amérique du Sud et de l’Afrique. Leur présence ici témoigne de la dimension mondiale et identique de nos luttes d'émancipation des peuples, du rêve partagé et de l'urgence et de la possibilité de bâtir un autre monde, un nouvel ordre mondial beaucoup plus juste et de fraternité que l'actuel, fait d'inégalité, de duperie et de fourberie d'un groupe minoritaire oligarchique et tentaculaire, une sorte d'hydre invisible qui veut assoir sa suprématie et sa domination politique, économique et culturelle sur la majorité du reste de l'humanité. Notre commune Humanité. Comment, en ces moments où la domination mondiale par le capitalisme financier atteint des sommets sans précédents, ne pas se réjouir d’être aujourd’hui ensemble dans ce grand rassemblement ? Merci de prendre à cœur l’Afrique qui est devenue un enjeu mondial à tous les plans depuis plusieurs siècles déjà, et qui devrait mobiliser tous ceux qui se battent contre l'ordre prédateur et nihiliste néolibéral ambiant, ayant pour idéologie de maintenir le système impérialiste sous des formes variées, dynamiques dans le temps mais toujours pareilles, et d’imposer le système capitaliste aux pays africains comme au reste du monde. C'est-à-dire vous et nous !

En guise de liminaire

2.1. « Hasta siempre Che Guevara ». Je me réjouis profondément de nous retrouver ensemble avec Aleida Guevara, fille d'une figure aussi marquante et emblématique de l'Histoire de l'humanité, en tous cas des luttes anti impérialistes aujourd'hui néolibérales, est tout un symbole. A travers elle je voudrais saluer la mémoire de son père, El Commandante Ernesto "Che" Guevara (dont il sera dans un petit mois, jour pour jour, le 51e anniversaire de son ignoble assassinat) ; le Che dont les actes et l'idéal, malgré ce que l'on puisse dire de la fin des idéologies, continuent d'inspirer tous ceux qui placent l'humain au centre du combat politique.

2.2. Bien qu'il soit difficile de relever le défi de ramasser en six minutes l'histoire d'un mouvement d'idées et de luttes politique, culturelle, philosophique... vieux de plus d'un siècle si l'on se réfère à ses initiatives fondatrices telle la première conférence panafricaine de Londres en 1900, voire de plus de deux siècles si l'on considère la révolution haïtienne de 1804 comme le moment fondateur des luttes pour l'émancipation du peuple noir de partout, de l'époque dite moderne par la découpe chronologique des historiographes.

Mon parti, le CNDD est panafricain par essence

3. La question qui nous est soumise et à laquelle je tâcherai de répondre en ce laps de temps est formulée ainsi : "comment à partir de votre expérience de parti politique d'opposition vous êtes arrivés à trouver important le mouvement panafricaniste ?" L'articulation de ma réponse à la question devrait d'abord omettre le mot opposition de la question, car notre vision politique inscrite dans les statuts et les fondements mêmes de notre parti sont panafricanistes par essence. Et c'est plutôt peut-être à cause de cela que notre lutte dès la naissance du mouvement de lutte politico-militaire, le CNDD, né de la nécessité de résister et d'organiser le peuple burundais contre un régime sanguinaire alors vieux de 40 ans et qui, au lendemain de l'assassinat du camarade Président M. NDADAYE en octobre 1993, heurte les tenants du statu quo ante. Le pouvoir de NDADAYE allait constituer un obstacle majeur aux impérialistes pour la conquête de la région, notamment la République Démocratique du Congo. Notre combat pour la liberté et la libération du peuple burundais, disais-je, a subi aussi le courroux des impérialistes et de leurs suppôts locaux, conscients ou non, tout au long de son existence, y compris quand il est devenu parti politique. Aujourd'hui en opposition au régime fantoche, tyrannique et anti démocratique de Bujumbura, le CNDD l'est devenu justement, car arrimé aux idées et idéaux panafricanistes et une vision anti impérialiste et ses tenants ou serviteurs, tel le régime burundais actuel.

4. Dès qu'il a été mis sur fonts baptismaux par son Assemblée Constituante le 8 mars 2003 et agréé comme parti politique le 13 janvier 2005, le CNDD s'est montré résolument dans la ligne du panafricanisme.
Cela se reflète notamment dans son manifeste : l'article 10 de ses statuts stipule que : « l’idéologie du Parti CNDD tire sa source dans la longue lutte pour l’émancipation des classes, peuples et nations opprimés ou dominés par d’autres. L’Idéologie du Parti CNDD se range dans le camp progressiste englobant les courants démocrate, socialiste, social-démocrate et écologiste. ». Par conséquent, de nos principes qui guident l’action du militant du CNDD, on retrouve ceux inspirant les vrais panafricanistes à savoir, entre autres : Unité et Solidarité ; Compter sur ses propres forces ; direction collégiale des affaires politiques ; critique et autocritique positives ; culte de la vérité et la transparence et enfin la concertation verticale et horizontale.

5. Qu'il suffise enfin de citer en illustration de notre inscription dans le sillage du panafricanisme un des 111 engagements de notre campagne électorale 2005 : "Le CNDD veillera à promouvoir ses relations avec toutes les institutions et ou groupes d’initiative panafricanistes" (Engagement 21). Et pour cela nous envisagions, et envisageons toujours, afin de mener à bien nos ambitions en matière de formation et d’éducation populaire, de doter le parti d’une école de formation politique et d’éducation populaire dans la perspective de préparer les jeunes regroupés au sein de la JPD (Jeunesse Panafricaine pour la Démocratie) et les femmes rassemblées au sein de la fédération des femmes du CNDD « ABAGUMYABUNTU » et ainsi vulgariser nos idées, éveiller enfin la conscience citoyenne et solidaire. Plus nous importe donc de parler de la nécessité de faire triompher les idéaux du panafricanisme.

Le panafricanisme est PAN-Liberté : toujours d'actualité, le combat du panafricanisme exige la solidarité de tous les combattants de la liberté de partout
6. Comme chacun sait, une action politique qui ne s'inscrit point dans le sens de l'histoire est vouée à l'échec: le panafricanisme comme système idéologique tel que développé depuis plus d'un siècle, et auquel s'arrime notre parti, avec ses hauts faits et ses bas moments, s’oppose en s'opposant à d'autres idéologies beaucoup moins reluisantes, voire néfastes et criminelles contre l'Humanité telles que l'esclavagisme, le racisme, le colonialisme et le capitalisme (et son pendant néolibéralisme), des systèmes qui, à dessein d'exploiter sempiternellement les richesses du continent africain, ont scellé son sort et hypothéqué l'émancipation de ses habitants depuis des siècles. Systèmes synonymes d'oppression (aujourd'hui sibylline), soumission (politique, économique et culturelle) et misère (physique, morale et spirituelle).

7. La réalité contre laquelle s'opposaient déjà les esclaves révoltés dans les cales des bateaux les amenant de force vers les Amériques, à savoir la déportation de dizaines de millions de Noirs Africains durant presque quatre siècles, déportation aux conséquences dramatiques et sans laquelle l'occident ne serait ce qu'il est aujourd'hui; la réalité contre laquelle se sont plus tard révoltés à Saint-Domingue ou Hispaniola (Bohio ou Ayti sont plus indiqués pour respect de la mémoire des Taïno des Arrawaks exterminés par la suite par les conquistadors de Christophe Colomb), les Dessalines, Christophe, Toussaint Louverture et surtout les célèbres Marronniers, à savoir la déportation et le traitement inhumain et dégradant des Africains, voilà la justification historique initiale de la naissance et de l'évolution du PANAFRICANISME. Redonner à l'homme noir et par-delà l'Afrique, à l'homme tout court, tout homme, sa dignité et sa liberté est le leitmotiv de sa lutte. Ce sera aussi celle des premières initiatives avérées depuis la première conférence de Londres de 1900 notamment par Henri Sylvestre Williams de Trinidad et Tobago et ses camarades : les terres africaines déjà émiettées et balkanisées par le fameux congrès de Berlin (partage du gâteau africain) sont aujourd'hui toujours bradées à vil prix en faveur des multinationales véreuses. La terre d'Africa est inviolable et non cessible ; elle ne se vend pas, car elle est considérée comme un don de Dieu : tel est un des principes fondateurs de nos ancêtres depuis nos ancêtres les Pharaons et autres Nubiens de la vallée du Nil. Notre combat panafricain est donc toujours de libérer totalement la terre africaine de ses prédateurs, de quelque acabit ou couleur de peau qu'ils soient.

8. De L'UNIA de Marcus Garvey (incarnant le panafricanisme populaire à l'origine du Negro Improvement and Conservation Association connue -UNIA- lors de la première convention internationale des peuples nègres du monde ) au premier congrès panafricain par William E. Du Bois en 1919 (panafricanisme intellectuel); du congrès de Bruxelles, avec Paul Ponda Fanana, soulevant avec véhémence, déjà, devrions-nous dire, le cas du Congo (actuelle RDC) et demander de l'inscrire au cœur de la lutte panafricaine; des actions d'un George Padmore inspirant N'krumah et Namdy Azikiwe d'où naitra le 5e congrès panafricain de Manchester, dont un memo qui devait être présenté à la conférence de San Francisco (création de l'ONU) ne put jamais avoir l'agrément des puissances prédatrices; du combat culturel des Aimé Césaire, Léon Gontran Damas, Senghor et les autres (Mouvement de la Négritude au niveau culturel qui est aussi un aspect du combat pour la liberté), en passant par les plus proches des années dites des "indépendances" comme les Sékou Toure, Kwame N'krumah, Modibo Keita, Lumumba, Rwagasore, Nasser , Nyerere, Amilcar Cabral, Franz Fanon ; la liste des leaders et des phases phares du panafricanisme est longue.

9. Ce qu'il convient de garder en tête et qui sera une œuvre de longue haleine, c'est que toute initiative, tout projet panafricain doit aboutir à créer ce que tous ont appelé de leur vœu : les Etats Unis d'Afrique. Mais cela n'est pas dans le sens des intérêts des puissances : N'krumah, Sankara et tous les autres, beaucoup d'autres l'ont payé presque toujours de leur vie.

Page 1 sur 74