Actualités internationales

cadtm.org
Région : Afrique subsaharienne
Thème: Crise économique mondiale, Pauvreté et inégalités sociales

Nulle ne peut encore soutenir avec force que l'image de l'Afrique en cette deuxième décennie du XXIe siècle est demeurée celle qui a été présentée, au reste du monde et aux Africaines, le long du XXe siècle, voire jusqu'aux toutes premières années du XXIe.

Par Jean Nanga
Mondialisation.ca, 05 janvier 2015
cadtm.org
Région : Afrique subsaharienne
Thème: Pauvreté et inégalités sociales

Nul·le ne peut encore soutenir avec force que l'image de l'Afrique en cette deuxième décennie du XXIe siècle est demeurée celle qui a été présentée, au reste du monde et aux Africain·e·s, le long du XXe siècle, voire jusqu'aux toutes premières années du XXIe.

Arusha (Tanzanie) : un nouveau procureur général et une nouvelle direction pour la société d'électricité.
Le président tanzanien Jakaya Kikwete (photo) a nommé un nouveau procureur général et changé le Conseil d'administration de la société nationale de distribution d'électricité après un scandale de plusieurs millions de dollars décelé dans la gestion de l'énergie, apprend-on lundi.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                 BRUXELLES, LE 1 DÉCEMBRE 2014

Pacifique Nininahazwe, un des représentants de premier plan des organisations de la société civile burundaise, et l'ONG dont il est le président, Forum pour la Conscience et le Développement (FOCODE), sont depuis plus de trois semaines la cible d'appels anonymes et messages sur les réseaux sociaux véhiculant des graves menaces à l'égard de sa personne et de sa famille.

Pendant trois jours, des centaines de milliers de Burkinabé ont manifesté pour exiger le départ du président Blaise Compaoré. La répression des manifestations a fait 30 morts. Après avoir instauré l'état de siège et avoir dissout le gouvernement, Compaoré a dû s'enfuir chez son ami, le président de la Côte d'Ivoire, Allassane Ouattara. Pourquoi cette énorme mobilisation du peuple burkinabé et quelles sont les perspectives de changement ?

Tony Busselen et Marc Botenga

Le Burkina Faso a connu des mouvements de grèves et de manifestations importantes en 1998, 2006 et en 2008 contre la répression et contre la vie chère. Mais c'est depuis 2011 que le régime autocratique de Compaoré commence vraiment à craquer. Le 22 février 2011, la mort d'un élève battu par les policiers est à l'origine de grandes manifestations. Elles sont réprimées dans le sang, mais continuent jusqu'en mars. En avril, des soldats mécontents de leur sort et du sort de leurs familles se lancent dans des mutineries qui enflamment la quasi-totalité des casernes du pays. Compaoré lui-même doit fuir la capitale, mais arrive à reprendre le contrôle et, avec l'aide de l'armée française, réussit à renouveler l'ensemble de la chaîne de commandement de l'armée.
En août 2013, Compaoré réagit d'abord d'un ton arrogant à des manifestants qui s'opposent à l'installation au Sénat de chefs traditionnels qui lui étaient favorables. Avec mépris, il affirme qu'« une marche dans la rue n'a jamais retiré une loi ». Aujourd'hui, 15 mois plus tard, l'homme a dû fuir le pays après l'une des plus grandes manifestations que l'Afrique de l'Ouest aie connu depuis le temps de la lutte pour l'indépendance.

The AFRICA LEFT NETWORKING FORUM(ALNEF) has been following closely the revolutionary processes that have been ongoing in Burkina Faso. In this regard, members of ALNEF are greatly inspired by the courage, resilience and the organizational work that the revolutionary forces and masses of Burkina Faso have shown in the recent years. This has now been highlighted by the people's uprising that has overthrown DictatorBlaise Compaore, one of the biggest the traitors and puppets of French colonialism in Africa.

Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l'Indépendance (SADI) félicite le Peuple burkinabè pour son soulèvement courageux et sa détermination à mettre fin au régime mafieux et corrompu du capitaine Blaise Compaoré.
SADI suit avec inquiétude l'évolution actuelle de la situation et les tentatives de confiscation du pouvoir par les anciens du régime défunt.

Le porte-parole du président du Burundi, Pierre Nkurunziza, qui lui n'a jamais caché sa volonté de briguer un troisième mandat en 2015 malgré le verrou constitutionnel des deux mandats, botte en touche sur les événements qui ont précipité la chute du président burkinabè. La société civile se fait menaçante.

lundi, 03 novembre 2014 21:45

Le peuple l’a chassé comme un malpropre !

Écrit par

Ouagadougou le lundi 27 octobre 2014.

 

Il était arrivé au pouvoir ce fatidique jour du 15 octobre 1987 en enjambant le corps ensanglanté de son ami Thomas SANKARA. Ce fut la stupeur dans tous les milieux progressistes africains et du Tiers-Monde. Il s'agissait disait-il du redressement de la Révolution. Jean-Baptiste Lingani et Henri Zongo, les deux autres officiers acteurs de la Révolution Burkinabé de 1983 tomberont sous les balles des tueurs de Blaise quelques temps plus tard. Il devenait ainsi le seul maître du Burkina-Faso. Il ne s'agissait pas d'une révolution qui « avait mangé ses enfants », mais du triomphe de la réaction.
En effet, la politique de Blaise Compaoré fut aux antipodes, à tous points de vue de la vision de Thomas SANKARA.

Un homme de paille de l'Occident.

Thomas SANKARA était un anti-impérialiste radical, un Chavez africain ; il était donc l'homme à abattre pour les puissants milieux néocolonialistes. L'arrivée de Jacques Chirac à Matignon en 1986 semble avoir été un catalyseur important de la fin de l'expérience révolutionnaire dans l'ex Haute-Volta. Et le vieux Houphouët-Boigny, bien acquis aux intérêts français était là pour offrir ses services ou sa caution (im)morale pour en finir avec ce jeune officier jugé impétueux !Et Blaise Compaoré, que Sankara considérait comme son frère, était le meilleur choix pour donner le coup fatal infaillible. C'est donc par une grande trahison et comme homme de main des puissances extérieures que Compaoré est arrivé au pouvoir. Il en sera ainsi pendant les vingt-sept ans de son long règne.

Page 7 sur 10

Les dernières actus


Actualités internationales
Avant l’adoption de la charte de l’OUA le 24 mai 1963, Nkwame N'krumah dira « nous devons nous unir maintenant ou périr ». Message de ...
En savoir plus
Déclarations
I. INTRODUCTION La Médiation/Facilitation dans la crise burundaise vient d’inviter le CNARED-GIRITEKA, pour des consultations, après sa ...
En savoir plus
Actualités internationales
Par l’Alliance des Forces Progressistes pour l’Afrique (AFPA) Juillet 2018 L'évolution démographique du continent africain est-elle ...
En savoir plus
Déclarations
1. Depuis la rencontre entre les présidents MAGUFULI de la Tanzanie et Nkurunziza du Burundi en juillet 2017, les réfugiés burundais en Tanzanie ...
En savoir plus
Séminaires et conférences
En dates du 4 et 5 juin 2018, s’est tenu dans les enceintes du Grand Séminaire Jean Paul II de GITEGA, un atelier interne au parti CNDD autour ...
En savoir plus
Prev Next