lundi, 01 juin 2015 22:00 Écrit par  CNDD

Déclaration du CNDD suite au communiqué final du sommet des chefs d’État de l'EAC sur la crise burundaise

    Le parti CNDD ayant pris connaissance du contenu du communiqué final à l'issue du sommet des chefs d'État de l'EAC tenu à Dar Es Salam ce dimanche le 31 mai 2015, déclare ce qui suit :

    Les faits :

    1. Le Burundi traverse depuis un mois une crise politique profonde exacerbée par l'arrêt du 04 mai 2015 de la cour constitutionnelle autorisant le président Nkurunziza à briguer un troisième mandat aux élections présidentielles de 2015.
    2. Le CNDD rappelle que cette décision contraire à la constitution et à l'Accord d'Arusha pour la paix et la réconciliation a rencontré la désapprobation de tout le peuple burundais dans toutes ses dimensions sociales, de la majorité des pays et organismes partenaires du Burundi.
    3. Le peuple est descendu massivement et pacifiquement dans la rue pour rejeter cette candidature illégale de Nkurunziza mais aussi pour rejeter un système caractérisé par : l'incompétence, la corruption, la prédation effrénée des ressources nationales, l'exclusion, la violence comme mode de gouvernement et de résolution des conflits, le refus du dialogue, le mépris des lois, l'impunité des crimes et délits, la banalisation de la violation des droits humains, la confusion des pouvoirs et leur vassalisation par l'exécutif...
    4. Le régime de Nkurunziza s'appuyant sur sa machine de répression des milices armées Imbonerakure, le service national de renseignement et la police nationale, a réagi par l'usage brutal des moyens disproportionnés, tirant des balles réelles sur des manifestants paisibles.
    5. Le bilan est catastrophique : plus de trente morts, plus de 200 blessés, plus de 600 prisonniers, plus de 150 000 réfugiés, l'économie du pays a chuté de 40 %. Le pays est exposé à un risque de cessation de paiement.
    6. C'est dans ce contexte qu'un premier sommet de chefs d'État de l'EAC fut convoqué le 13 mai 2015 à Dar Es Salam en Tanzanie, mais suite à la tentative de contre-coup d'État contre Nkurunziza, le sommet a été reporté pour une autre date ultérieure
    7. Ainsi ce 31 mai 2015, le sommet des chefs d'État des pays de l'Afrique de l'Est a pu se tenir à Dar Es Salam en l'absence des Présidents Nkurunziza et Paul Kagame du Rwanda. Le communiqué final du sommet « appelle à un long report des élections, pas moins d'un mois et demi », il appelle également « toutes les parties burundaises à mettre fin aux violences ».

    Position du CNDD

    1. Le parti CNDD remercie les chefs d'État de la région en particulier tous ceux qui ont noté que le climat actuel au Burundi n'est pas propice à la tenue des élections libres et justes.
    2. Toutefois, le parti CNDD comme l'ensemble du mouvement-Arusha rassemblant la majorité de la population burundaise dans toutes ses composantes, estime que, les chefs d'État de la région devraient être conséquents et aller plus loin et non pas se contenter d'un simple report des élections. Le parti CNDD ainsi que la majorité de la population burundaise espéraient des actes concrets pour :
      -appuyer le peuple burundais à contraindre Nkurunziza d'abord de renoncer à ce fameux troisième mandat, celui-ci étant la principale source de la crise actuelle.
      -pousser le pouvoir au dialogue avec l'opposition, pour convenir d'un agenda pour un gouvernement et des institutions de transition d'au moins 24 mois
       
    3. Ce gouvernement aura entre autre comme missions de : dissoudre la milice qui terrorise le pays et la désarmer, désigner une autre CENI consensuelle , mettre en place une autre liste électorale, nommer une autre cour constitutionnelle, organiser le retour digne des réfugiés, organiser des élections libres, inclusives, transparentes et honnêtes...
    4. Le parti CNDD appelle encore une fois les forces vives du Burundi à intensifier leur pression sur le pouvoir en un vaste mouvement populaire, et éclairer la population burundaise pour qu'elle rejette irrémédiablement la troisième candidature de Monsieur Nkurunziza et un processus électoral fortement biaisé.
    5. Le parti CNDD demande aux autres peuples d'apporter leur appui actif et multiforme au peuple burundais, aux leaders de l'opposition et de la société civile, car la libération du peuple burundais est aussi la libération des autres peuples opprimés dans le monde et en particulier en Afrique.
    6. Le parti CNDD interpelle les organisations internationales et leur demande d'accomplir leur devoir en exerçant des pressions sur le régime de Bujumbura : pressions diplomatiques, économiques et financières exercées de manière lucide et continue, notamment la suspension de toute aide budgétaire au gouvernement et la réorientation de cette aide vers l'assistance aux réfugiés. Ainsi l'Union européenne pourrait suspendre le contrat d'appui à la consolidation de l'État (143 millions d'euros) qui comprend aide budgétaire et des appuis sectoriels à la justice, aux finances publiques et à la décentralisation, pour pousser le pouvoir au dialogue avec l'opposition.
    7. Le parti CNDD demande à l'Union Africaine et aux partenaires occidentaux du Burundi de prendre des sanctions individuelles contre les personnalités impliquées dans la répression sauvage des manifestations, dans les assassinats ciblés et dans les actes de torture.

    Fait à Bujumbura le 01 Juin 2015

    Léonard NYANGOMA

    Les dernières actus

    
    Actualités internationales
    Jean de Dieu Momo Fo’o Dzakeutonpoug Douala le 30 Octobre 2017 Source site web de l'Alliance des Forces Progressistes pour ...
    En savoir plus
    Actualités internationales
    Coordonnateur de la plateforme «Non aux APE», Guy Marius Sagna est une figure montante de la société civile sénégalaise. Dans cet entretien, il ...
    En savoir plus
    Déclarations
    Bagumyabanga, Bagumyabuntu namwe Ntebutsi za CNDDBarundi, Barundikazi, Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere. 1. Umuhari CNDD, ...
    En savoir plus
    Actualités internationales
    Le parti CNDD vient d’apprendre l’invalidation de la dernière élection présidentielle du 8 août 2017 au Kenya par la Cour Suprême de ...
    En savoir plus
    Actualités internationales
    Déclaration de la Commission Afrique du Parti de Gauche Le Burundi connaît une crise sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir en 2005 ...
    En savoir plus
    Prev Next