×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 993

Actualités

samedi, 15 mars 2014 11:15

Revue de la presse

Écrit par

Les affrontements Police-militants de l'opposition ont particulièrement attiré l'attention de la presse burundaise et internationale de ces deniers jours. Un affrontement qui trouverait son origine profonde à la fermeture de l'espace démocratique de la clique au pouvoir à Bujumbura. Près de 70 militants de l'opposition en majorité du MSD sont en tôles après les échauffourées de samedi 08 mars 2014 à la permanence nationale du parti d'Alexis Sinduhije. Les arrestations se poursuivent, frappant aussi des militants d'autres partis dont le chef de la JRR, mouvement de jeunesse affilié au parti UPRONA

1. Le parti CNDD, membre de la coalition l'ADC-IKIBIRI, suit avec beaucoup d'inquiétudes depuis ce samedi 8 mars 2014 les actes de barbarie et de provocations perpétrés par le régime de Bujumbura contre des citoyens manifestants paisiblement et déclare ce qui suit:

Le Burundi est un véritable paradoxe. Habité par un peuple laborieux et doté de ressources qui, si elles étaient judicieusement exploitées, feraient de ce pays, une terre où il fait bon vivre ; le Burundi a eu le destin tragique d'avoir des classes politiques médiocres et égoïstes. De l'indépendance à nos jours, de la monarchie à la République, des régimes kaki du parti unique au régime « bornagain » de Nkurunziza, c'est toujours l'incompétence, l'oligarchie, la violence et les massacres, la corruption, l'exclusion, le déni des droits et la misère.

Douze personnes ont été gravement blessées dans une bousculade à l'entrée du stade Prince Louis Rwagasore lors d'un match amical de football opposant « Intamba mu Rugamba », l'équipe nationale du Burundi et « Amavubi », l'équipe nationale du Rwanda. C'était ce mercredi le 5 mars 2014 à 15 h 30 min.

Le parti CNDD du Burundi, depuis deux semaines suit de près les tentatives de sabotage et de déstabilisation de la révolution bolivarienne, héritage exemplaire et inépuisable du commandante Hugo CHAVEZ et déclare ce qui suit:

1. Dans la nuit du 09 au 10 février 2013, des pluies diluviennes se sont abattues sur les populations de la capitale Bujumbura et des provinces environnantes, occasionnant des pertes énormes en vies humaines et en bien matériels tant mobiliers qu'immobiliers. Près d'une centaine de personnes recensées sont déjà mortes alors que le nombre de disparus et de blessés reste très élevé.

vendredi, 21 février 2014 20:31

Formation des leaders des partis politiques

Écrit par

Trente neuf cadres des partis politiques enregistrés au Ministère de l'Intérieur, et qui ont participé aux élections communales de l'an 2010, étaient réunis dans un « Atelier de formation des leaders des partis politiques au Burundi sur la façon de se rapprocher des élections », en dates du 19 au 21 février 2014 à Royal Palace Hotel.

Par trois bus OTRACO, plus de 300 personnes en provenance de Kayanza, majoritairement membres de 54 associations pour la multiplication des arbres fruitiers qui s'étaient rassemblées depuis le 27 janvier 2014 au bureau de l'ombudsman sont retournés au bercail ce jeudi le 30 janvier 2014 à partir de 16 heures. Elles étaient venues réclamer une somme de 4 milliards pour leur travail de multiplication des arbres fruitiers dans le cadre d'un projet initié par le président du Burundi Pierre NKURUNZIZA.

Ce lundi 27 janvier 2014, plus de 250 personnes, principalement membres de 54 associations pour la multiplication des arbres fruitiers et ainsi que d'autres qui ne sont pas de ces associations mais qui ont fait un même travail, se sont rassemblées au bureau de l'ombudsman à Bujumbura. L'objet de présence était de réclamer la somme de 4 milliards de francs burundais que le gouvernement du Burundi leur doit en rapport avec le projet, initié par le Président Pierre NKURUNZIZA, de multiplication des arbres fruitiers dans le pays.

Burundaises, burundais : il est grand temps de ne plus vous laisser faire !

Il aura fallu plus de deux mois après la rencontre de Bujumbura pour que les hommes politiques burundais se retrouvent encore du 22 au 24 mai 2013 à Kayanza. M. Nduwimana, ministre de l'intérieur les y avait conviés pour discuter du toilettage à apporter au code électoral actuel. De nombreux burundais restent dubitatifs quant aux intentions de Nkurunziza et de son parti le CNDD-FDD. Pourquoi un véritable agenda de travail ne serait-t-il pas élaboré avec un programme clair, et un comité de suivi ad hoc ? Pourquoi le pouvoir préfère tirer unilatéralement un point sur la longue « feuille de route » à discuter, quand il veut, et où il veut ? Nous allons nous efforcer d'analyser et de comprendre cette démarche qui semble illogique pour le commun des mortels.

Page 72 sur 73