Actualitéshttp://cndd-burundi.com Wed, 14 Nov 2018 15:21:28 +0000fr-frDECLARATION DU CNDD SUR L’ARRESTATION ARBITRAIRE DU CHERCHEUR NATUROPATHE ALEXIS HARIMENSHIhttp://cndd-burundi.com/actualites/declarations/897-declaration-cndd-arrestation-alexis-harimenshi http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/897-declaration-cndd-arrestation-alexis-harimenshiDECLARATION DU CNDD SUR L’ARRESTATION ARBITRAIRE DU CHERCHEUR NATUROPATHE ALEXIS HARIMENSHI

LES FAITS.

1. En date du 11 Octobre 2018, le Ministre de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA, Thaddée NDIKUMANA accompagné des agents de police, des journalistes et certains agents de l’administration ont procédé à la fermeture des bureaux et laboratoire d’un certain Alexis HARIEMENSHI, chercheur naturopathe accusé de violer les lois du pays.

2. Le Parti CNDD rappelle que Alexis HARIMENSHI, un rescapé des massacres des quartiers du nord de la capitale des années 90 a dû abandonner les études, comme beaucoup d’autres burundais. Il a dû chercher des moyens à lui seul pour les reprendre, mais cette fois-ci en ligne. C’est une personne courageuse et persévérante et cette qualité n’est pas donnée à tout le monde.
C’est un autodidacte qui a bien assimilé beaucoup de connaissances en naturopathie et en médecine Burundaise. Grâce à ses activités de recherche, Alexis HARIMENSHI a réussi à promouvoir :
-la transformation et l’usage des produits agricoles locaux pour en faire des compléments alimentaires
-la culture des papayes en créant de l’emploi (à travers la culture, la récolte et même la transformation).
Alexis a pu mettre les progrès de la science au service de la société. Ainsi il conduit des études de recherche et dispense la formation à des personnes intéressées, il organise aussi des conférences locales et participe à des colloques internationaux sur la santé, il collabore avec d’autres centres de recherche et nutritionnistes, etc.

3. Une vérité indéniable aujourd'hui comme hier, c’est grâce aux hommes et femmes de sciences très dévoués et passionnés comme Galilée, Newton, Marie Curie, Albert Einstein ou Cheick Anta Diop que le monde a réalisé des progrès scientifiques et technologiques spectaculaires…. Par ses réalisations, Alexis HARIMENSHI compte parmi les grands scientifiques et de ce fait honore le Burundi notre pays et notre continent l’Afrique depuis l’année 2002.

4. Le régime du Burundi est en train de détruire sa propre indépendance, en interdisant des initiatives de création et d’innovation comme celles d’Alexis HARIMENSHI.

5. Le Parti CNDD regrette que depuis un certain temps, pour des raisons économiques et financières, certains groupes transnationaux impliqués dans la fabrication et commercialisation des produits pharmaceutiques s’arrogent le droit de saper les activités des jeunes générations qui essaient de trouver des solutions alternatives aux problèmes de santé , entrainant ainsi certains gouvernements corrompus et complices dans la déstabilisation des travaux de recherche de leurs propres citoyens comme c’est le cas d’Alexis HARIMENSHI au nom de la protection de la population alors que c’est suite aux pots de vins de ces grands fabricants et à leur protectionnisme.

6. Le Parti CNDD rappelle que certaines puissances impérialistes ayant implanté des usines de fabrication des produits pharmaceutiques de connivence avec des lobbies mènent une campagne dans le monde pour faire croire à l’opinion que les africains sont incapables d’inventer des produits efficaces pour la santé, dans l’objectif d’inciter nos populations de continuer à consommer uniquement leurs produits. Cela sous-entend qu’elles utilisent l’argent que nous payons à la fois pour favoriser la fuite de nos grands cerveaux, inciter les régimes à leur dévotion pour déstabiliser les travaux de recherche et d’innovation initiés par les africains comme cela vient d’arriver au Burundi.

7. Le Parti CNDD trouve que le régime en place du Burundi ne cesse de remettre en cause la souveraineté et l’indépendance ; mais en toute hypocrisie, les ténors de ce gouvernement ne cessent de servir au monde une phraséologie creuse, souverainiste et indépendantiste, alors qu’ils persécutent et déstabilisent les meilleurs filles et fils qui se distinguent dans l’affirmation et l’enracinement de l’indépendance par des actions concrètes.

II. POSITION DU CNDD

8. Le Parti CNDD demande la libération immédiate et sans condition de Alexis HARIEMENSHI et la restitution de ses équipements confisqués sans motifs valables, obtenus au prix des efforts inouïs.

9. Le CNDD exige des excuses de la part du Ministre de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA, qui, visiblement a utilisé un zèle prononcé contre le chercheur Alexis HARIMENSHI pour des intérêts mesquins et inavoués.

10. LE CNDD demande encore une fois au régime burundais que l’encadrement des artistes, scientifiques, chercheurs soit une obligation constitutionnelle car leurs travaux aident le pays à se développer et à affirmer son indépendance indiscutablement dans les faits concrets. Au lieu de primer et récompenser à chaque fête nationale des individus qui se sont distingués dans le mal ; le fameux fonds de bonnes initiatives devrait soutenir et encourager ceux-là.

11. Le Parti CNDD demande au régime et à ses acolytes de faire usage de leur bon sens et non de leurs muscles pour mettre fin à la déstabilisation par le harcèlement et la persécution des personnes de bonne volonté qu’il ne finance même pas.

12. Le Parti CNDD demandera à un futur gouvernement démocratique d’encourager la recherche, notamment en augmentant le budget alloué à ce secteur pour aider le pays à se développer ; mettre en l’honneur et réhabiliter les sciences de la santé et la médecine Burundaise, instituer des prix et brevets aux meilleurs chercheurs et promouvoir la recherche dans les écoles et universités.

13. Le CNDD enfin, encourage les jeunes et autres personnes à ne pas se décourager suite à cette action contre les initiatives de création, mais les exhorte à doubler d’efforts pour faire des découvertes à travers la recherche scientifique.

14. Le CNDD exhorte le futur gouvernement démocratique de mettre en place un centre de détection des talents non connus et non exploités pour les encadrer utilement, les aider à se développer et à développer le pays et ainsi atteindre les niveaux en matière de recherche des autres pays comme la Chine et l’Inde qui émergent ces derniers jours.

Fait à Bujumbura le 17 octobre 2018

Pour le Parti CNDD
Léonard Nyangoma, Président

]]>
DéclarationsWed, 17 Oct 2018 08:49:56 +0000
IJAMBO UMUKURU WA CNDD, LEONARUDO NYANGOMA, ASHIKIRIJE KW’IGENEKEREZO RYA 24 NYAKANGA 2018, Isabukuru ya 24 CNDD ishinzwehttp://cndd-burundi.com/actualites/declarations/896-ijambo-nyangoma-24nyakanga2018-cndd-ishinzwe http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/896-ijambo-nyangoma-24nyakanga2018-cndd-ishinzweIJAMBO UMUKURU WA CNDD, LEONARUDO NYANGOMA, ASHIKIRIJE  KW’IGENEKEREZO RYA 24 NYAKANGA 2018, Isabukuru ya 24 CNDD ishinzwe

Bagumyabanga,

Barundi, Barundikazi mwese,

Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere!

Ijambo rya mbere na mbere nagomba kubashikiriza indamutso y’urukundo, ndabamenyesha kandi ko ndi muzima nkomeye. Vyongeye, kw’ishaka n’umutima wanje wose, ndacari wawundi, niyemeje ubuzima bwanje bwose kuzoguma ndi Nyangoma azira akagaye n’akarenganyo, iyo biturutse hose.
Nagomba kandi ndabasabe, muri ibi bihe igihugu gisa n’icasubiye ku ntwaro y’umugambwe umwe, ko mwogumana wa mutima rugabo benshi mwamanye kuva CNDD ikivuka kw’igenekerezo rya 24 Nyakanga 1994 gushika n’ubu; kandi mubandanye mugwanira demokarasi n’agateka ka muntu, kugira ntibigende akagirire.

1. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi dusangiye ugupfa n’ugukira, uyu musi, imyaka 24 irarangiye CNDD ivutse. Ni ukuvuga ko umwana yavutse ico gihe atahuye n'ingorane, arahejeje ishure kaminuza. Ntihabuze n'abavutse ico gihe bamaze kwubaka izabo. Iyi sabukuru rero ije mu bihe bigoye, igihugu cacu cugarijwe n’amagume, na canecane y’ubukene butagira uko bwovugwa, ubona n’uko amakungu igihugu cacu yagihariye ivomo. Kanatsinda, ubusuma n’ubunyonyezi, ubuhumbu, ububegito n'ibindi bibi vyose na canecane uguhonyanga agateka ka zina n’amabwiriza vyasasiwe indava n'ubutegetsi.

2. Uyu musi rero si umusi usanzwe, kuko imyaka 24 si mike, ni ikiringo umuntu canke igihugu gishobora kuba caranguye ibikorwa bitari bike. Nico gituma mwompa akanya tugasubira tukibukanya ihangiro nyamukuru ryatumye dushinga CNDD, kuko benshi, na canecane mu rwaruka, ivyo bavyumva nk'umugani, nka kahise. Barakunda kubaza bakuru babo ico twagwanira? Bati umwansi wacu yari nde? Twashitse kuki? Haracariho inzitizi z'ico twaharanira? Hokorwa iki kugira ziranduranwe n'imizi muri ibi bihe? Imigambi dufitiye abarundi ni iyihe kugira igihugu gisubire koko ku ngendo ya Demokarasi?

3. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi; Nk'uko benshi muri mwebwe babizi, hari nk’aya mango kw’igenekerezo rya 24 z’ukwezi kwa Nyakanga mu mwaka wa 1994, hafi inyuma y’umwaka umwe Ndadaye Melikiyoro agandaguwe, igihe Abarundi bahurikiye mu migambwe myinshi, abandi ku giti cabo, bakorana, bakiyungunganya bagashinga umuhari CNDD ari wo: Inama y’Igihugu Igwanira Demokarasi, hamwe n’ishami ryawo rya gisirikare FDD-Intagoheka. Abo bose bari bashegeshwe n’intwaro z’igikenye n’agahotoro zari zihejeje kunigira mu menshi demokarasi, mu kugandagura Umukuru w’Igihugu Melikiyoro Ndadaye, ku wa 21 Gitugutu 1993, umurundi wa mbere kuva Uburundi bubayeho yari yitorewe n’abanyagihugu kugira arongore igihugu. Umuhari CNDD n'ishami ryawo rya gisirikare FDD, kuva bikivuka rero, waciye wiyemeza kuremesha urugamba rwo guhabuza demokarasi yari ihejeje kunigirwa mu menshi. Abawugize baritanga batiziganya, n’Abarundi isinzi barawuhurumbira, mbere imikangara y’imisore n’inkumi bemera n’ukwitanga kugeza no ku buzima bwabo. Nkako, ico gihe nta kindi cari gisigaye, atari ugushira mu migere, kubera yuko abo twahangana aho kwisunga amategeko bakoresha inguvu n'inkoho; mbere tukaba twisunga intangamarara y’Itangazo mpuzamakungu ryerekeye agateka ka muntu, aho bavuga bati: “Kubera ko ari ngombwa ko agateka ka muntu gakingirwa n’intwaro igendera intahe n’ingingo kugira ngo abanyagihugu ntibarinde gushika aho bagumuka kugira bikureko intwaro y’umukazo n’agacinyizo”. Muribuka yuko n’umuhisi prezida Mandela, intibagirwa mu makungu, tugerageje gusigura mu rurimi rwacu yavuze ati: “Igihe cose, Uwucinyiza ni we yereka uwucinyizwa uburyo yokwigwanira… Ati, Uwucinyiza akoresha igikenye, nta bundi buhinga ku wucinyizwa atari ugukoresha igikenye na we”. Abazi igifaransa yavuze ati “C’est toujours l’oppresseur et non l’opprimé qui détermine la forme de la lutte…Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’a d’autres choix que de répondre par la violence”. Vyinshi muzobisanga mu bitabu n'inzandiko abahinga bari mu bashinze umuhari CNDD bariko barasohora, kugira ukuri kumenyekane. Murabisanga kandi mu masanamu yatangajwe mu kinyamakuru c'umugambwe CNDD gicishwa mu buhinga ngurukanabumenyi: “www.cndd-burundi.com”.

4. Ivyo vyose rero, babigira kugira Abarundi basubizwe intahe n’ijambo, Uburundi buvavanure n’intwaro z’ivyaduka n’agahotoro kavanze ububegito; ata kindi kiziraza ishinga atari kunyonora no gukandamiza abanyagihugu. Murazi ko twahavuye tubangondoza gushika aho abahora bagwana bemera bakicarana, bakaja mu biganiro gushika aho batera ibikumu ku masezerano y’amahoro hariya i Arusha muri Tanzaniya. Naho hakiri ingorane muri ibi bihe ziterwa n’ubutegetsi bw’iki gihe butitwararitse ineza y’abanyagihugu, twokwemeza ata guhigimanga ko CNDD yagwanye kandi igatahukana intsinzi ihambaye kuko: Abarundi baragize intambwe nini mu nzira ya demokarasi no gusubira kubana neza, badakebana bapfa ubwoko canke intara bavukamwo n’ibindi bitaja ntibize bidusubiza inyuma nk’ibirenge. Si agaseseshwa rumuri, uku guserura ivyiyumviro ata kurya umunwa, ata bwoba, ukwo kudakingira ikibaba abasahura itunga ry’igihugu canke kutemera gutwarwa bunyamaswa, ntimwibaze ngo vyarizanye. Haba namba. Ivyo, Abarundi benshi barabihabiye batako baravyigura n’ubu bakiriko. Ivyo ni vyo twaharaniye kuva dutangura urugamba rwa demokarasi turongowe na Nyakwigendera Perezida Melikiyoro NDADAYE mu myaka ya 1986, no kuva bamugandaguye, ari na ho twibuka imyaka 24 umuhari CNND ushinzwe. Vyongeye, ba sesankuyoze bafadikanije n’abanyamahanga baragerageje kudutesha urwo rugamba bibata ku w’amazi. Mbere bamwe muri bo ni bo bari ku butegetsi none vyagaragaye ko ico baharanira canecane yari amaronko n’ivyubahiro gusa. N’ubu rero ijambo n’umugambi vya CNDD ni vya bindi: mwame maso, murabona ko hari abo bitanejereje kubona amaradiyo n’ibinyamakuru bitakivuga amarongerano ya Reta gusa, kuko ivyo vyarasizwe, uwihenda ni uwibaza ngo bizosubira inyuma. Ni bateshwe bate kuko “Ivyari imagera vyarageruye”.

5. Bagumyabanga ba CNDD, Banyagihugu mwese; Abarundi barakunda kuvuga bati Imisi irasa ntingana. Turamutse duhimbaza iyi Sabukuru mu bihe bigoye vy’igihugu. Muri iki gihe igihugu kirongowe n’inzego z’inyomekerano na canecane kuva 2015, zishize ku butegetsi zibanje guhonyanga Ibwirizwa shingiro, kandi ari wo mutima w’igihugu. Reta ya CNDD-FDD nk’uko muvyibonera yaratugarukanye mu ntwaro z’umukazo zishimikije umugambwe umwe, zimwe twasezerera kuva mu 1993. Ivyo rero ntibikiri agaseseshwarumuri, vyarigaragaje kuva uyo mugambwe ugiye ku butegetsi mu 2005, urisubiriza mu 2010, tutavuze mu 2015. Murazi ko ata munsi wijana inkumbi itaguye. Abantu benshi baricwa bagahera mazimayongo. Kuva ico gihe abaharurwa mu majana atanu baranyagwa ubuzima bwabo uko umwaka utashe, bakicwa bunyamaswa bamwe bagatabwa mu nzuzi canke mu biyaga, abandi na bo bagatabwa mu mvuto, abandi isinzi baranyuruzwa, abarenga 400 000 barata izabo barahungira mu bihugu bibanyi n’ivyakure. Mwibaze namwe kwumva ababikira b'Abataliyano batatu, bangana na ba nyokuru, bagandagurwa nk'ibikoko ataco bazira, abantu bariko barafasha abakene mu Burundi mu kubavura ku buntu. Abakora ubwo bubisha eka n’abafatanywe itonga baridegemvya, hakaba abari mu nzego z’igihugu, canecane mu rwego rw’iperereza, abandi ni imisoresore bahenze bakayishira mu migwi bita Imbonerakure zisigaye mbere zitagera umutwe abaporisi n’abasoda. Abo rero bakwiragiye mu gihugu cose. Nimba atari bo, ni batwereke abakora ayo mashano maze bahanwe ivy’akarorero. Tuboneyeho akaryo ko guhoza imiryango yose yabuze ababo muri iyo myaka 13 irangiye umugambwe CNDD-FDD uri ku butegetsi. Tugatera ivyatsi twivuye inyuma ubwo bwicanyi butagira izina. Igihugu cacu c’Uburundi ubu kikaba gisigaye ari ikibazo giteye umutima uhagaze amakungu. Bikaba bibabaje cane kubona Igihugu cacu cabaye itukisha mu makungu, kugeza aho aduharira ivomo, witwa ko arongoye igihugu ntarenge irembo, ari na ho ubukene buguma bwiyongera ku munsi ku munsi, abantu bakabura ayo bacira n’ayo bamira.

6. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi; ntawovuga amahano n’amabi Reta ya CNDD-FDD n’imigambwe bacuditse iriko irakorera abanyagihugu ngo ayamare. Ico mwomenya ni uko iyo migambwe yagize ubusuma ubuhizi, ingeso yo gutwaza umukazo bakoresheje inzego z’umutekano n’imirwi bahaye inkoho itahindutse. Iyo ntwaro irazirana n’uwo wese yubahutse kudoma urutoke ku bitagenda neza, uwo wese ayihinyuje canke ayikebuye aca acika umwansi wo gucisha ku buhombo. Iyo ntwaro yarishize hejuru y’amategeko, nta tegeko na rimwe yibanga, ikitavuzwe co ni guhamba Amasezerano y’amahoro ya Arusha yavuye kure cane, n’Ibwirizwa Shingiro riyakomokako. Tuvyihweje neza rero, igihugu gifatiwe amaboko imugongo n’akarwi kishira hejuru y’amategeko, karazwa ishinga n’ubunyonyezi n’amaronko, tutibagiye ivyubahiroimwe birengeje. Noneho ubu vyabaye urudubi. Uretse amatagisi n’amakori y’umurengera n’intererano zo ku nguvu, kandi agashahara ku wagize Imana akaronka akazi kama hahandi, ubu umutegetsi wese aho agiye kwiyamamaza, ubona ko bama mu myiyamamazo, abanyagihugu baho bakubitirwa kugaba izo badafise. Hanyuma ngo “ba Zana amagi zana amasoro” baragiye! Inzego zose z’inyomekerano, yaba Inama Nshingamateka na Nkenguzamateka canke Urwego rw’ubucamanza, dusanga izo nzego aho kuvugira abanyagihugu n’ugucungera Reta, ahubwo zikingira ikibaba bwa bubisha bukorerwa abanyagihugu. Bisa rero n’uko ata nzego ziriho, kira noneho nta n’uwazitoye. Ni na co gituma dutegerezwa gukora uko dushoboye kwose muri CNDD, kugira duhabuze demokarasi twahabiye kuva kera kugira igihugu cacu kive mu kaga kirimwo, kandi birashoboka.

7. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi; twebwe turemera amahoro, turemera demokarasi, ari na co gituma twebwe tubona ko igihugu gishobora kugaruka mu nzira y’amahoro n’umutekano biciye mu biganiro hagati ya Reta, imigagambwe icuditse na Reta n’imigambwe itavuga rumwe na Reta. Birakenewe, kandi birihuta, ko Reta n’imigambwe itavuga rumwe nayo, vyokwicarana maze bagatorera umuti ibibazo nkoramutima biraje ishinga abarundi n’Uburundi imbere yuko uyumwaka wa 2018 urangira; twinjire mu mwaka mushasha wa 2019, abarundi bafise amahoro mu mutima no mu ngo zabo. Ivyo vy’amatora bivugwa ntibishoboka igihe induru ziriko ziravuga, nta matora ashoboka igihe umunyagihugu adashobora guserura iryo agona, canke ngo yidegemvye mu gihugu ciwe, nta matora ashoboka igihe abanyagihugu benshi bagipfungiwe ivyiyumviro vyabo, abandi bataye bakomoka bagahunga, nta matora ashoboka igihe mu gihugu cose hanyagara inkoho zatanzwe na Reta. Amatora nk’ayo yama azana indyane nk’uko tumaze kubibona ngaha mu Burundi kuva mu 1961, canke mu bihugu nka vyose muri Afrika.

8. Kugira rero ivyo biganiro n'amatora bize bigende neza, ni uko bitangura imitima y’abanyagihugu iri hamwe, hakagaruka icuka ciza mu gihugu, Abarundi bagasubira kwizerana. Ivyo rero tuzobibona mu gihe: Nkurunziza avuye mu gacerere arimwo agatangaza icese ko ubwicanyi buhagarikwa mu gihugu, maze akiyemeza kugarukana icuka ciza mu gihugu. Bitegerezwa kugaragazwa n’uko abapfungiwe ivyiyumviro vyabo barekuwe, imigambwe itavuga rumwe n'ubutegetsi ishobora gukora ku mugaragaro, ubutegesti buhagaritse itotezwa ry'abatavuga rumwe na bwo, ubutegetsi bwafuse imanza za ngondagonde zikurikirana abarongoye imigambwe n’amashirahamwe adaharanira ivyicaro vya poritike, hafuswe imirwi yose y'abagwanyi yashinzwe n'umugambwe uri ku butegetsi duhereye ku Mbonerakure, Reta ivavanuye na poritike yo gucacagura imigambwe mu gushinga amashami mu migambwe, ari vyo vya "Nyakuri", amaradiyo yaturiwe asubiye kugururwa.
9. Ivyo biganiro na vyo bizoshimikira ku bibazo nkoramutima nko gusubiramwo amategeko amwamwe mu ntumbero yo gutsimbataza demokarasi mu Burundi, ibibazo vy’umutekano n’intwaro, vy'ubutungane, ubutunzi, umutekano n'intwaro, na canecane gushiraho inzego zitegura zigatunganya amatora yizigiwe n'abarundi bose kubera bazibonamwo.

10. Bagumyabanga, Barundi, Barundikazi; Birababaje kubona twibuka iyi sabukuru y’imyaka 24 umuhari CNDD ushingwa, turi mu bihe umunyagihugu rara atubitse uwa vubi, atinya guserura iryo agona ngo ntarizire, mu kabare umuntu akabanza guhweyutsa abo baro kumwe, umwizero mu bajejwe umutekano no mu bucamanza ukagabanuka ku musi ku musi, akazi canke ikindi cose umunyagihugu afitiye uburenganzira, ngo utari mu mugambwe uri ku butegetsi ntihagire ico ubaza, n’uwuri muri mugambwe mbere akabanza kugurisha agatongo! Bose barararira bati none twavuye he tuja he?

11. Ntawari akeneye gusubira mu bihe nk’ivyo twarimwo, igihe twatanguza urugamba rwo guhabuza demokarasi. Ubuho rero, uwo muhari watevye uba umugambwe wemewe n’amategeko kuva kw’igenekerezo rya 13 Nzero 2005. Nico gituma tubateye akamo mwese aho muri kugira mugume kw’ibanga, mumere magabo mukomeze umugambwe CNND. Turasubiriye kubararika, noneho ni umurimo mwitumo, mwanke mwankirize intwaro, yubakiye ku busuma n’igikenye, tutavuze ukutibanga agateka ka zina muntu, kugeza aho hari abasigaye bavuga ngo jewe nokwica nkaguherana. Iyo ntwaro ntaho itaniye n’izahahora twari twasezereye, ntibaze babahume amaso, bababwira ivyiyumviro vyataye igihe vy’amacakubiri, ayo ari yo yose, yaba ayo agatumba basigaye bitwaza cane ubu, kandi twari twarabisezereye, ay’ubwoko n’imigambwe. Ayo mamiriyaridi basahuye ntibayasahuriye ubwoko kanaka, canke intara kanaka, abarundi bose bo mu ntara zose, baguye ruswi, bugarijwe n’ubukene n’umutekano muke, uhera ku mutekano wo mu nda.

12. Mwamize ku mutima ko igihugu ari icanyu, Uburundi si ibiti, inzuzi canke amabuye gusa. Uburundi ni wewe wa munyeshure, ni wewe wa murimyi, wewe mworozi canke umunyakazi. Mumenye ko, ata munyamahanga azoza kutwigura. Uruhara rwo guharanira igihugu cacu, ni twebwe vyega imbere ya vyose, kandi ngo “Uwubandwa ni we abanda urugi”.

13. Umugambwe CNDD urasubiye kwemanga indangu umurango ko utazotezura ku rugamba rwo guharanira demokarasi. Ni ngombwa dusohore amasiha mu kigega ca Reta, ni ngombwa ubutegetsi bw’igikenye ntibusubire kwiganza mu Burundi. Turasavye rero mwese abagumyabanga mube imboneza muri urwo rugamba. Turasavye Abarundi bose, abanyamahanga bakunda Uburundi, bahagurukire rimwe, maze twanke ko Uburundi buguma butemba, buja mu manga tubona, abategetsi baguma bahuma amaso abanyagihugu ngo ejo ni heza.

14. Naho turi mu bihe bigoye, uwuramutse amahoro arakeneye kubaho, gufungura, kwikiza inyota tutibagiye ukwiteza imbere n’uguteza imbere igihugu. Ni na co gituma nsubiye kubararika nkuko nama nabibabwiye ko mwokwijukira ibikorwa vyo kwiteza imbere aho muba, ntimurindire iyo Reta y’inyomekerano ngo hari ico izobamarira atari ukubambura n’utwo mwirondereye. Ndasavye nshimitse mwese mwijukire umugambi wo kuja mu mashirahamwe na canecane umugambi w’amakoperative.

15. Bagumyabanga namwe Barundi mwese mukunda ivyiyuumviro dukunda gushikiriza, mu kurangiza nagomba nshimire abagumyabanga bose kuko muri ibi bihe mwaragumije ibanga, mwaririnze icoza kibavangura, turazi ko babagerageje kugira mute umurongo ariko mukabankira, murariryamako na kare, ngo “Uheza kugoka ibigori bikera”. Bitebe bitebuke, tuzokwogorora kuko ngo “Nta mvura idahita”.

16. Mboneyeho ndetse n’akaryo, ko kubasaba ngo mukomeze, ubumwe hagati yanyu, mushwabura n’abandi banywanyi benshi, bicuza kubona barakurikiye uwo mugambwe uri ku butegetsi, bakaba bamaze kwicuza babonye iyo uriko urajana igihugu. Abo na bo ni benshi bashaka kugaruka, tutavuze abandi bo hirya no hino, bagomba kudufasha gukomeza CNDD, kugira tuwubake nk’uko twabigize kuva ku wa 24 Nyakanga 1994. Tubasavye rero ko mwokwama mushira imbere imigambi y’iterambere muri demokarasi abarundi basubire kwiruhutsa, intsinzi ya demokarasi twari tumaze gushikako ntisubire inyuma nk’ibirenge turorera.

Niharambe umugambwe CNDD, abagumyabanga, Abarundi n’Abarundikazi.
Niharambe Uburundi buharanira agateka n’izina mu makungu,
Nti Ni mugire Amahoro, Iteka n’Iterambere, n’ukwibuka iyo sabukuru mushira imbere gutera imbere nk’umuzinga mu nzira ya Demokarasi twaharaniye kuva kera!
Ku bw’Umugambwe CNDD,
Umushingamateka Leonarudo NYANGOMA,

]]>
DéclarationsWed, 10 Oct 2018 08:50:57 +0000
La nécessité de donner un nouvel élan au mouvement de gauche panafricain face à la domination impérialiste.http://cndd-burundi.com/actualites/actualites-internationales/895-necessite-elan-gauche-contre-domination-imperialiste http://cndd-burundi.com/actualites/actualites-internationales/895-necessite-elan-gauche-contre-domination-imperialisteLa nécessité de donner un nouvel élan au mouvement de gauche panafricain face à la domination impérialiste.

Avant l’adoption de la charte de l’OUA le 24 mai 1963, Nkwame N'krumah dira « nous devons nous unir maintenant ou périr ».

Message de Léonard Nyangoma, président du CNDD, à l’occasion de la fête de Solidarité organisée par Manifesta édition 8 et 9 septembre 2018.

Chers camarades militants du Parti des Travailleurs de Belgique (PTB),
Chers camarades organisateurs de ces journées de solidarité et de fraternité,
Chers invités
Chers tous, en vos titres et qualités,

1. Au nom de notre parti, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie au Burundi (CNDD, en sigle), de ses militantes et militants du Burundi et d'ailleurs dans le monde, de son Comité Exécutif ainsi qu’en mon nom propre, je salue chaleureusement tous les camarades organisateurs de ces journées de solidarité et tous les invités ici présents, et remercie particulièrement de tout cœur le Parti du Travail de Belgique (P.T.B-Belgique) d’avoir imaginé ces journées de solidarité, d'échange d'idées et de joie partagée deux jours durant. Je salue toutes les délégations ici présentes, en particulier celles venues des autres continents du monde notamment de l’Amérique du Sud et de l’Afrique. Leur présence ici témoigne de la dimension mondiale et identique de nos luttes d'émancipation des peuples, du rêve partagé et de l'urgence et de la possibilité de bâtir un autre monde, un nouvel ordre mondial beaucoup plus juste et de fraternité que l'actuel, fait d'inégalité, de duperie et de fourberie d'un groupe minoritaire oligarchique et tentaculaire, une sorte d'hydre invisible qui veut assoir sa suprématie et sa domination politique, économique et culturelle sur la majorité du reste de l'humanité. Notre commune Humanité. Comment, en ces moments où la domination mondiale par le capitalisme financier atteint des sommets sans précédents, ne pas se réjouir d’être aujourd’hui ensemble dans ce grand rassemblement ? Merci de prendre à cœur l’Afrique qui est devenue un enjeu mondial à tous les plans depuis plusieurs siècles déjà, et qui devrait mobiliser tous ceux qui se battent contre l'ordre prédateur et nihiliste néolibéral ambiant, ayant pour idéologie de maintenir le système impérialiste sous des formes variées, dynamiques dans le temps mais toujours pareilles, et d’imposer le système capitaliste aux pays africains comme au reste du monde. C'est-à-dire vous et nous !

En guise de liminaire

2.1. « Hasta siempre Che Guevara ». Je me réjouis profondément de nous retrouver ensemble avec Aleida Guevara, fille d'une figure aussi marquante et emblématique de l'Histoire de l'humanité, en tous cas des luttes anti impérialistes aujourd'hui néolibérales, est tout un symbole. A travers elle je voudrais saluer la mémoire de son père, El Commandante Ernesto "Che" Guevara (dont il sera dans un petit mois, jour pour jour, le 51e anniversaire de son ignoble assassinat) ; le Che dont les actes et l'idéal, malgré ce que l'on puisse dire de la fin des idéologies, continuent d'inspirer tous ceux qui placent l'humain au centre du combat politique.

2.2. Bien qu'il soit difficile de relever le défi de ramasser en six minutes l'histoire d'un mouvement d'idées et de luttes politique, culturelle, philosophique... vieux de plus d'un siècle si l'on se réfère à ses initiatives fondatrices telle la première conférence panafricaine de Londres en 1900, voire de plus de deux siècles si l'on considère la révolution haïtienne de 1804 comme le moment fondateur des luttes pour l'émancipation du peuple noir de partout, de l'époque dite moderne par la découpe chronologique des historiographes.

Mon parti, le CNDD est panafricain par essence

3. La question qui nous est soumise et à laquelle je tâcherai de répondre en ce laps de temps est formulée ainsi : "comment à partir de votre expérience de parti politique d'opposition vous êtes arrivés à trouver important le mouvement panafricaniste ?" L'articulation de ma réponse à la question devrait d'abord omettre le mot opposition de la question, car notre vision politique inscrite dans les statuts et les fondements mêmes de notre parti sont panafricanistes par essence. Et c'est plutôt peut-être à cause de cela que notre lutte dès la naissance du mouvement de lutte politico-militaire, le CNDD, né de la nécessité de résister et d'organiser le peuple burundais contre un régime sanguinaire alors vieux de 40 ans et qui, au lendemain de l'assassinat du camarade Président M. NDADAYE en octobre 1993, heurte les tenants du statu quo ante. Le pouvoir de NDADAYE allait constituer un obstacle majeur aux impérialistes pour la conquête de la région, notamment la République Démocratique du Congo. Notre combat pour la liberté et la libération du peuple burundais, disais-je, a subi aussi le courroux des impérialistes et de leurs suppôts locaux, conscients ou non, tout au long de son existence, y compris quand il est devenu parti politique. Aujourd'hui en opposition au régime fantoche, tyrannique et anti démocratique de Bujumbura, le CNDD l'est devenu justement, car arrimé aux idées et idéaux panafricanistes et une vision anti impérialiste et ses tenants ou serviteurs, tel le régime burundais actuel.

4. Dès qu'il a été mis sur fonts baptismaux par son Assemblée Constituante le 8 mars 2003 et agréé comme parti politique le 13 janvier 2005, le CNDD s'est montré résolument dans la ligne du panafricanisme.
Cela se reflète notamment dans son manifeste : l'article 10 de ses statuts stipule que : « l’idéologie du Parti CNDD tire sa source dans la longue lutte pour l’émancipation des classes, peuples et nations opprimés ou dominés par d’autres. L’Idéologie du Parti CNDD se range dans le camp progressiste englobant les courants démocrate, socialiste, social-démocrate et écologiste. ». Par conséquent, de nos principes qui guident l’action du militant du CNDD, on retrouve ceux inspirant les vrais panafricanistes à savoir, entre autres : Unité et Solidarité ; Compter sur ses propres forces ; direction collégiale des affaires politiques ; critique et autocritique positives ; culte de la vérité et la transparence et enfin la concertation verticale et horizontale.

5. Qu'il suffise enfin de citer en illustration de notre inscription dans le sillage du panafricanisme un des 111 engagements de notre campagne électorale 2005 : "Le CNDD veillera à promouvoir ses relations avec toutes les institutions et ou groupes d’initiative panafricanistes" (Engagement 21). Et pour cela nous envisagions, et envisageons toujours, afin de mener à bien nos ambitions en matière de formation et d’éducation populaire, de doter le parti d’une école de formation politique et d’éducation populaire dans la perspective de préparer les jeunes regroupés au sein de la JPD (Jeunesse Panafricaine pour la Démocratie) et les femmes rassemblées au sein de la fédération des femmes du CNDD « ABAGUMYABUNTU » et ainsi vulgariser nos idées, éveiller enfin la conscience citoyenne et solidaire. Plus nous importe donc de parler de la nécessité de faire triompher les idéaux du panafricanisme.

Le panafricanisme est PAN-Liberté : toujours d'actualité, le combat du panafricanisme exige la solidarité de tous les combattants de la liberté de partout
6. Comme chacun sait, une action politique qui ne s'inscrit point dans le sens de l'histoire est vouée à l'échec: le panafricanisme comme système idéologique tel que développé depuis plus d'un siècle, et auquel s'arrime notre parti, avec ses hauts faits et ses bas moments, s’oppose en s'opposant à d'autres idéologies beaucoup moins reluisantes, voire néfastes et criminelles contre l'Humanité telles que l'esclavagisme, le racisme, le colonialisme et le capitalisme (et son pendant néolibéralisme), des systèmes qui, à dessein d'exploiter sempiternellement les richesses du continent africain, ont scellé son sort et hypothéqué l'émancipation de ses habitants depuis des siècles. Systèmes synonymes d'oppression (aujourd'hui sibylline), soumission (politique, économique et culturelle) et misère (physique, morale et spirituelle).

7. La réalité contre laquelle s'opposaient déjà les esclaves révoltés dans les cales des bateaux les amenant de force vers les Amériques, à savoir la déportation de dizaines de millions de Noirs Africains durant presque quatre siècles, déportation aux conséquences dramatiques et sans laquelle l'occident ne serait ce qu'il est aujourd'hui; la réalité contre laquelle se sont plus tard révoltés à Saint-Domingue ou Hispaniola (Bohio ou Ayti sont plus indiqués pour respect de la mémoire des Taïno des Arrawaks exterminés par la suite par les conquistadors de Christophe Colomb), les Dessalines, Christophe, Toussaint Louverture et surtout les célèbres Marronniers, à savoir la déportation et le traitement inhumain et dégradant des Africains, voilà la justification historique initiale de la naissance et de l'évolution du PANAFRICANISME. Redonner à l'homme noir et par-delà l'Afrique, à l'homme tout court, tout homme, sa dignité et sa liberté est le leitmotiv de sa lutte. Ce sera aussi celle des premières initiatives avérées depuis la première conférence de Londres de 1900 notamment par Henri Sylvestre Williams de Trinidad et Tobago et ses camarades : les terres africaines déjà émiettées et balkanisées par le fameux congrès de Berlin (partage du gâteau africain) sont aujourd'hui toujours bradées à vil prix en faveur des multinationales véreuses. La terre d'Africa est inviolable et non cessible ; elle ne se vend pas, car elle est considérée comme un don de Dieu : tel est un des principes fondateurs de nos ancêtres depuis nos ancêtres les Pharaons et autres Nubiens de la vallée du Nil. Notre combat panafricain est donc toujours de libérer totalement la terre africaine de ses prédateurs, de quelque acabit ou couleur de peau qu'ils soient.

8. De L'UNIA de Marcus Garvey (incarnant le panafricanisme populaire à l'origine du Negro Improvement and Conservation Association connue -UNIA- lors de la première convention internationale des peuples nègres du monde ) au premier congrès panafricain par William E. Du Bois en 1919 (panafricanisme intellectuel); du congrès de Bruxelles, avec Paul Ponda Fanana, soulevant avec véhémence, déjà, devrions-nous dire, le cas du Congo (actuelle RDC) et demander de l'inscrire au cœur de la lutte panafricaine; des actions d'un George Padmore inspirant N'krumah et Namdy Azikiwe d'où naitra le 5e congrès panafricain de Manchester, dont un memo qui devait être présenté à la conférence de San Francisco (création de l'ONU) ne put jamais avoir l'agrément des puissances prédatrices; du combat culturel des Aimé Césaire, Léon Gontran Damas, Senghor et les autres (Mouvement de la Négritude au niveau culturel qui est aussi un aspect du combat pour la liberté), en passant par les plus proches des années dites des "indépendances" comme les Sékou Toure, Kwame N'krumah, Modibo Keita, Lumumba, Rwagasore, Nasser , Nyerere, Amilcar Cabral, Franz Fanon ; la liste des leaders et des phases phares du panafricanisme est longue.

9. Ce qu'il convient de garder en tête et qui sera une œuvre de longue haleine, c'est que toute initiative, tout projet panafricain doit aboutir à créer ce que tous ont appelé de leur vœu : les Etats Unis d'Afrique. Mais cela n'est pas dans le sens des intérêts des puissances : N'krumah, Sankara et tous les autres, beaucoup d'autres l'ont payé presque toujours de leur vie.

10. Le panafricanisme a définitivement constitué un espace de débat politique et de refus de l’asservissement ; il est devenu dès lors la chose non gratta partout, car faisant de l'ombre aux prédateurs.

11. N'ayons pas peur de le dire, l'ordre mondial, dont l'ONU est une des manifestations visibles est contre l'Afrique et la majorité des peuples exploités ; l'institution est bâtie sur la logique de la domination des puissants (dits vainqueurs de la 2e guerre mondiale) sur les faibles dont l'Afrique et le souffre-douleur. La SDN l'était encore davantage au temps des colonies. Ça n'a pas changé et donc le panafricanisme a encore beaucoup de jours devant lui. Les institutions dites de Bretton Wood ont été créées en décidant de maintenir l'Afrique sous domination au profit des économies occidentales. Et quand cela ne fonctionne pas par le biais des PAS (Politique d'Ajustement structurel) ou par des contrats léonins sur le pétrole, le gaz, l'uranium, le cobalt et les nombreuses autres richesses dont regorge le continent, les puissances changent de pouvoir, par la duperie des urnes ou par des coups d'Etat. Cela dure depuis des dizaines d'années, des guerres du Biafra, de la sécession katangaise aux récentes guerres de Cote d'Ivoire, Mali, Lybie, Darfour, Sud Soudan, Centrafrique, Rwanda, Burundi, RDC, etc. Chaque pays africain depuis les années 1960 des indépendances a connu sa ou ses guerres. Ainsi comme l’a si bien dit récemment, le sociologue Jean Ziegler dans son dernier livre « Le capitalisme expliqué à ma petite fille (en espérant qu’elle enverra la fin) », pour l’Afrique, « la troisième guerre mondiale est en cours ».

S'unir maintenant ou périr !

12. Dans une intervention célèbre de Thomas Sankara le 29 juillet 1987, soit trois mois avant son assassinat ignoble, alors qu'il appelait ses pairs devant la tribune de l’OUA à le soutenir dans son élan de refus de payer la dette honteuse aux institutions de Bretton Wood, l'illustre figure du panafricanisme a déclaré, je cite :

"Nous estimons que la dette s'analyse d'abord de part ses origines. Les origines de la dette remontent aux origines du colonialisme. Ceux qui nous ont prêté de l'argent ce sont ceux-là qui nous ont colonisés ; ce sont mêmes eux qui géraient nos économies ; ce sont les colonisateurs qui endettaient l'Afrique auprès de s bailleurs de fonds, leurs frères et cousins. Nous étions étrangers à cette dette. Nous ne pouvons donc pas la payer ; la dette c'est encore le néocolonialisme ou les colonisateurs se sont transformés en assistants techniques, en fait nous devrions dire qu'ils se sont transformés en assassins techniques. Et ce sont eux qui nous ont proposé des sources de financement. Des bailleurs de fonds, internes que l'on emploie chaque jour, comme s'il y avait des hommes dont le bâillement suffisait pour créer le développement chez les autres. (...) Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous ne sommes pas responsables de la dette. (...)
Je voudrais que notre conférence adopte la nécessité de dire clairement que nous ne voulons pas payer la dette, non pas dans un esprit belliqueux belliciste, ceci pour éviter que nous n'allions nous faire individuellement assassiner. Si le Burkina Faso refuse tout seul de payer la dette je ne serai pas là à la prochaine conférence. Par contre avec le soutien de tous, dont j'ai besoin, avec le soutien de tous nous pourrons éviter de payer..."

Sitôt dit sitôt fait. "Si le Burkina Faso refuse tout seul de payer la dette je ne serai pas là à la prochaine conférence » : Le soutien ne vint pas et le président Sankara ne fut pas des leurs la conférence suivante !
"Avec le soutien de tous, et donc j'ai besoin » : on peut mutatis mutandis dire la même chose dans la construction d'un panafricanisme décisif en cours.

13. Dans son discours de clôture de la conférence de janvier 1961 des Etats indépendants du groupe dit de Casablanca, Kwame N'krumah déclare et je cite : Je ne vois pas comment les Etats d’Afrique seraient en sécurité si leurs chefs, dont nous-mêmes-mêmes, n’avons pas la conviction profonde que le salut de l’Afrique est dans l’Unité…,car l’union fait la force, et , je le constate, les Etats africains doivent s’unir, ou alors se vendre aux impérialistes et aux colonialistes pour une assiette de soupe, ou encore se désintégrer individuellement. Plus tard, s’adressant à ses pairs avant l’adoption de la charte de l’OUA le 24 mai 1963, il dira « nous devons nous unir maintenant ou périr ». Lui faisant écho dans une de ses nombreuses conférences, le Pr Obenga dira quant à lui, parlant de passer tout de suite sans conditions préalables à l'étape décisive de la construction des Etats Unis d’Afrique : "Faisons » !

14. Les empêcheurs de la réussite de l'Afrique sont toujours aux aguets. L'on sait que Du Bois et Blaise Diagne incarnent déjà l'opposition progressiste aux réactionnaires et conservateurs, aujourd'hui on dirait modérés ; ce ne sont pas seulement des clivages de type linguistique qui nous ont poursuivis jusqu'à nos jours, mais aussi idéologique, notamment manifestés entre le groupe Casablanca et Monrovia des années de la création de l'OUA en 1963. Malgré tout, la dynamique du panafricanisme s'est maintenue, car toujours justifiée par les rebondissements de l'actualité dans les relations de l'Afrique avec le reste du monde.

15. L'on se souvient que N'krumah, joignant la parole aux actes, a tout fait pour convaincre Nasser à apporter son soutien aux mouvements de libération à la Guerre d'Algérie notamment, soutien aussi à la guerre de libération au Cameroun. Mais les clivages ont parfois triomphé : Groupe des radicaux Casablanca (Ghana, Guinée, Maroc et Egypte et Mali de Modibo Keita) et le Groupe Monrovia dit des modérés ou conservateurs qui ont fait allégeance à la France, souvent pour des intérêts individuels (Ph. Houphouët Boigny). C'est le grand défi du panafricanisme : unir le continent et parvenir à se hisser à la tête des Etats unis d'Afrique parlant d'une même voix sur tous les aspects de la direction des peuples : politique, diplomatique, économique, militaire, culturel, scientifique etc. Un exemple positif récent de négociations groupées pour le continent. Les récentes négociations des accords APE où l'Afrique de l'Est a surpris Bruxelles par des arguments imparables et parlant d'une seule voix.

16. Sur la lancée de N'krumah et ses pairs panafricains, l'époque avant les indépendances fut bénie pour le panafricanisme. Le Panafricanisme de lutte est canalisé par Nyerere,père de l'indépendance en Tanzanie : tous les révolutionnaires passeront par Nyerere (Angola, Mozambique, Afrique du Sud, y compris Guinée Bissau de Amilcar Cabral, Zimbabwe, Namibie…). La lutte contre l'apartheid a entretenu la flamme du panafricanisme. Cuba, Tanzanie ont aussi inspiré et propulsé le combat panafricaniste avec toujours pour toile de fond la nécessité de repenser le rôle de l'Afrique dans le monde. Une dormance relative sera observée durant les années 1990 où toutes expériences éparses semblent définitivement annihilées, cette dormance est renforcée par la dislocation du bloc des pays de l’Europe de l’Est donc l’URSS.

17. Au début des années 2000, une certaine volonté de relancer le mouvement a pris de l'ampleur, notamment avec Thabo Mbeki pro renaissance africaine. Mouammar Kadhafi relancera le panafricanisme à coup de milliards (sommet de Sirte), ce qui lui a valu le sort qu'on connait. La création en 2002 de l'Union africaine s'inscrit dans cette perspective, bien qu'elle soit malheureusement calquée sur le modèle chancelant de l'union Européenne dont on sait qu'elle est plus celle des finances et non des peuples : il était prévu un parlement panafricain une des rares bonnes promesses allant dans le sens d'un panafricanisme des peuples.

18. On le sait les forces négatives sont toujours à l’œuvre : les divisions et guerres sur base ethnique dans nombre de pays africains durant toute la période coloniale et post indépendance (Guerre du Biafra, Kolwezi, Zimbabwe et Angola, Mozambique, etc.). Berlin de novembre1884- 26 février 1885 pour le partage de l'Afrique selon des frontières artificielles a constitué un précédent qui continue ; un des moments clé qui a scellé le sort de l'Afrique moderne et hypothéqué son destin de liberté. Le démembrement du Soudan (Darfour et Sud Soudan), les tentatives sur la RDC, le Cameroun, le Mali, le Tchad, le Nigéria, la Cote d'Ivoire, la Tanzanie (partie de Zanzibar), le Sahara occidental (République arabe Sahraouie) et j'en passe sont dans le même sillage.

19. Pourtant l'unicité de l'Afrique culturelle, anthropologique, et donc aussi de l'espace politique et géopolitique n'est plus à démontrer (voir L'unité de l'Afrique par C. A. Diop). Le pan-négrisme se transformera en panafricanisme, un mouvement un projet politique de libération de toute l’Afrique. « Je déclare aussitôt que cette indépendance nationale n’aurait pas de sens si elle n’était pas liée à la libération totale du continent africain. ». Le Ghana devint ainsi une plaque tournante du panafricanisme. Si nous voulons rester libres…nous devons nous unir disait Nkrumah dans son livre « L’Afrique doit s’unir ». la politisation des identités, ethniques, territoriales, culturelles et sociales sur lesquelles les puissances coloniales se sont longtemps appuyées pour assoir leur autorité resurgit sous de nouvelles formes dans le processus de décolonisation dans plusieurs régions de l’Afrique: la RDC, le Soudan, le Nigéria, l’Erythrée, le Sahara, le Mali., le Cameroun….

Unité et solidarité des mouvements et partis de gauche d'Afrique et d'ailleurs.

20. La gauche africaine doit prendre l’initiative comme avant-garde du panafricanisme d’émancipation. Le panafricanisme comme mouvement de libération de la domination coloniale est un succès indéniable, mais un échec comme mouvement d’intégration ou d’unification de l’Afrique notamment la construction d’une Afrique unie des peuples. Nous l’avons vu, les défis sont à la fois externes et internes : le néocolonialisme, le néocolonialisme, l’impérialisme. La chute des régimes coloniaux n’a pas du tout éliminé la domination. Les Etats africains sont aujourd'hui néocoloniaux, pro-capitalistes et pro-impérialistes et sont là pour préserver le statu quo de l’exploitation et l’oppression de la majorité pauvre par les quelques élites dirigeantes riches et le sous-développement des pays africains par les pays impérialistes. En plus les états sont dirigés par des élites qui amassent d’énormes richesses à travers la corruption et par le pillage de la terre et les ressources de la terre par le capitalisme bureaucratique et la collaboration avec le capitalisme externe. La façon dont ces leaders et les états exploitent et oppriment leur peuple diffère d’un pays à l’autre.

21. Malgré l’existence du multipartisme et des élections régulières, la majorité de la population africaine est encore pauvre et continue d’être aliénée à la terre et aux ressources de la terre. Beaucoup de peuples africains dans tous les pays africains n’ont pas accès aux services de base tels que nourriture, logement, vêtement, soins de santé, eau potable et un environnement sain. La pauvreté domine dans tous les pays tandis que toutes les cités, villes et zones urbaines sont caractérisées par des quartiers pauvres. La division de classe entre les quelques riches et la majorité pauvre est manifeste partout. Au même moment les élections multipartistes qui sont tenues après un peu d’années recyclent les mêmes élites pro-capitalistes qui utilisent le tribalisme, la corruption, l’argent, les médias qu’elles contrôlent et même la violence pour « gagner » les élections (cas du Burundi).

22. Une multitude de sectes religieuses (plus de 1000 au Burundi), des Organisations Non Gouvernementales (ONG) et les Organisations des Sociétés Civiles (OSC) ont poussé comme des champignons à travers les pays africains. Elles jouent un rôle important dans la vie des pays et influencent leur développement politique, économique, social et culturel. Cependant la plupart des ONG et OSC sont financées par les Gouvernements et les ONG des pays impérialistes. Par conséquent elles servent parfois les intérêts du capitalisme et de l’impérialisme. Au mieux, elles organisent les masses africaines pour lutter pour les réformes démocratiques et progressistes à l’intérieur du capitalisme et de l’impérialisme.

Que faire face à la situation ?

23. Au regard de la situation actuelle du mouvement panafricaniste, l’idéal de l’unité des peuples s’estompent au fil des temps, en même temps que se dessine une lueur d’espoir au vu de l’éclosion actuelle des intellectuels et penseurs africains, hommes et femmes, afro-américains surtout de tendance panafricaniste très dévoués pour l’unité de l’Afrique, je pense notamment à : le professeur Théophile Obenga, l’historien écrivain Amzat Boukari-Yabara, le sociologue Saidi Bouamama, le professeur Coovi Gomez, le jeune activiste Kemi Seba, Madame Ama Mazama ou la militante Aminata Traoré, le chercheur Kalala Omotunde, le penseur et économiste Jean-Paul Pougala, les professeurs Bilolo, Mbong, Madame Marie Louise Eteki-Otabela et bien d'autres. La masse est devenue critique assez pour produire les effets escomptés. Le fruit de l'élan panafricain est aujourd'hui bien mûr.

24. Le contexte actuel mondial peut constituer un accélérateur de l’histoire : la nouvelle guerre froide entre les puissances occidentales et puissances des BRICS, les moyens de communication fournis par internet accessibles pour une grande majorité des classes moyennes….
Mais le mouvement panafricaniste actuel qui est en train d’émerger partout, risque d’être récupéré par certains dictateurs africains avec l’aide même des extrêmes droites de l’occident, cas du belge Luc Michel, devenu l’avocat de plusieurs dictateurs africains comme Nkurunziza du Burundi et leur attribue régulièrement des certificats de mérite panafricaniste; ou encore de l'ancien premier ministre britannique Tony Blair qui pour des intérêts pécuniaires et autres ose descendre si bas et apporte des soutiens aux dictatures en Afrique. Ils occupent le vide laissé par les partis de la gauche européenne, celle-ci considère encore la question impérialiste comme un problème secondaire. Chaque fois qu’un dictateur entre en conflit avec les puissances impérialistes, qui n’ont plus besoin de lui, il devient panafricaniste d’occasion. Vous vous souviendrez du célèbre discours de Mobutu aux Nations Unies dans les années 70, il a tenu un discours mémorable. Resté aujourd’hui dans la liste élogieuse des plus grands discours du XXe siècle. Nkurunziza du Burundi menacé par la CPI pour crimes commis contre son peuple a dû retirer le Burundi de la CPI. Parfois de bonnes initiatives mêmes prises par un dictateur avec des arrières pensées, il faut les saluer et les encourager.


25. De tout ce qui précède, la gauche africaine, celle notamment rassemblée au Forum du Réseau de la Gauche Africaine (FRGA) ou en anglais African Left Network Forum (ALNEF) doit sortir de sa léthargie et reprendre l’initiative de mettre sur les rails du socialisme le mouvement panafricaniste. L’idéal panafricaniste de l’ALNEF est dans ses missions, à savoir :
. Unir les Partis et organisations Politiques Africains de Gauche et forger la Solidarité entre eux dans la lutte pour le Socialisme dans leur pays et en Afrique ; et
. Mobiliser toutes les forces populaires sur le continent africain pour une Révolution Démocratique Nationale, une Union Révolutionnaire Africaine et finalement une Afrique Socialiste Unie.

Quelques objectifs du FRGA :

1. Lutter pour la défaite du colonialisme et du néo-colonialisme et de toutes leurs manifestations en Afrique ;
2. Surmonter les divisions superficielles et artificielles utilisées pour diviser les peuples africains et pour forger la désunion, le préjudice et les guerres civiles ;
3. Consolider et développer les Partis de Gauche et forces en Afrique ;
4. Lutter pour gagner le pouvoir politique dans nos circonstances nationales et pour bâtir des espaces populaires, démocratiques et progressistes ;
5. Accélérer le processus d’Unité et d’Intégration continentales et régionales (Sud-Sud) ;
6. Lutter pour vaincre l’impérialisme et ses étapes locales ;
7. Lutter pour une démocratie participative et la réalisation des droits de l’homme et pour consolider et défendre les acquis démocratiques gagnés jusqu’ici par la lutte des peuples ;
8. Considérer le FRGA comme une plate-forme pour les perspectives et vues de la Gauche Progressiste représentant le continent, approfondir le programme théorique de réalisation des plates-formes communes à des niveaux variés à travers tout le continent ; et
9. Lutter pour le Socialisme individuellement dans les pays et dans l’ensemble sur le continent africain

Priorités des priorités pour booster et donner un nouvel élan au panafricanisme

1°. Décoloniser mentalement les esprits en mettant un accent particulier sur l’éduction populaire surtout de la jeunesse estudiantine pour l’élévation de la conscience nationale et panafricaine. Insister notamment sur les aspects historiques et du moment qui redonnent aux africains leur fierté. Ce rôle doit être conduit par les organisations et militants progressistes. Le panafricanisme doit être guidé par une orientation socialiste et progressiste
2°. Fédérer les luttes et organisations panafricanistes au sein de chaque pays, région et à l’échelle du continent et du monde à travers les congrès des peuples nationaux, régionaux et africains. Participeront dans ces congrès les délégués des peuples : partis, délégués des jeunes, délégués des femmes, délégués des syndicats, des associations et ONG….
3°. Stimuler la création des organisations de la société civile panafricanistes
4°. Participer aux actions concrètes de solidarité panafricaine : conférences, médias, publications de conscientisation ; soutiens massifs concrets aux organisations panafricanistes pour la conquête du pouvoir.
5° Campagne de solidarité concrète les périodes électorales
6° Créer des espaces de rayonnement panafricaniste et socialiste : médias, bibliothèques, espaces d’éducation populaire, etc.

Avoir comme objectif au moins trois Etats panafricanistes (donc gouvernements), à l'intérieur d’une des cinq régions du continent (cinq dans chaque région serait l'idéal) qui créent l’embryon de l’Etat Fédéral Africain.

26. Chers camarades, la gauche africaine rassemblée au sein de l’ALNEF doit se réveiller pour donner un nouvel an au mouvement panafricaniste, ce n’est pas seulement une nécessité mais un devoir en particulier pour la gauche africaine et pour la gauche dans le monde entier en général. Seule la gauche africaine est capable de donner une orientation socialiste à ce mouvement, sinon il risque d’être dominé ou récupéré par les courants ultralibéraux, au mieux par des courants nationalistes.
Cet idéal panafricaniste est juste et légitime, l’Afrique a trop souffert, il faut rendre la dignité aux peuples africains, honorer la mémoire de nos leaders africains ou afro-américains, la plupart comme Lumumba, Sankara, Rwagasore, Malcom X, Cabral… Kadhafi, assassinés au front de lutte contre la domination impérialiste, leur assassinat prouve que la cause de l’unité africaine qu’ils défendaient était juste, il vaut la peine de la poursuivre jusqu’à la victoire matérialisée par la construction d’une Afrique unie socialiste des peuples. D'autres sont muselés ou injustement emprisonnés comme le Président L. Gbagbo. Seule cette Afrique unie sortira les peuples africains de la soumission, elle sauvera non seulement l’Afrique, mais le monde entier, car une Afrique Unie pourrait mieux contribuer à la paix et au progrès de l’humanité comme le disait Nkrumah. La paix mondiale exige aujourd’hui l’unité africaine pour éliminer des éléments qui créent les conditions de guerre en Afrique.

Que vive l’Afrique.
Que vive la solidarité internationale de gauche.
Léonard Nyangoma, président du CNDD

]]>
Actualités internationalesSun, 16 Sep 2018 11:01:34 +0000
PROPOSITION DU CNARED-GIRITEKA EN VUE DE LA PRÉPARATION DU 5ème ROUND DES POURPARLERS INTERBURUNDAIShttp://cndd-burundi.com/actualites/declarations/894-proposition-cnared-5eme-round-pourparlers http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/894-proposition-cnared-5eme-round-pourparlersPROPOSITION DU CNARED-GIRITEKA EN VUE DE LA PRÉPARATION DU 5ème ROUND DES POURPARLERS INTERBURUNDAIS

I. INTRODUCTION

La Médiation/Facilitation dans la crise burundaise vient d’inviter le CNARED-GIRITEKA, pour des consultations, après sa tournée à Bujumbura. L’objet de ces consultations est de s’entendre sur l’agenda d’un « prochain round » de négociations, qui aboutirait à la signature d’un Accord devant notamment conduire le Burundi vers des élections crédibles. La présente proposition a pour objectif de donner un éclairage sur le contexte dans lequel vont se dérouler ces négociations, les facteurs déterminants à prendre en considération, les erreurs à éviter et les voies à privilégier pour espérer résoudre durablement la crise burundaise.

II. LE CONTEXTE QUI PREVAUT AU BURUNDI

La crise multiforme qui prévaut au Burundi depuis 2015, suite au 3ème mandat que M. NKURUNZIZA a brigué en violation de l’Accord d’Arusha et la constitution de 2005, qui en est issue, loin de s’estomper s’aggrave chaque jour davantage et ce sur tous les plans : politique, sécuritaire, économique, les violations des droits de l’homme, etc. et touche autant la population intérieure que la population en exil.

La crise burundaise s’aggrave d’autant plus que des actions, des lois, des événements hautement politiques viennent de se passer tout récemment, risquant de compromettre définitivement les pourparlers en cours, qui du reste battaient déjà de l’aile, pour plusieurs raisons.

Nous commenterons dans la présente proposition les plus dangereux pour le retour à la paix, à la sécurité pour tous et à la démocratie qui doivent passer impérativement par la restauration de l’esprit et de la lettre de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi du 28 août 2000.

Il s’agit de :

1. La récente promulgation d’une nouvelle constitution qui enterre définitivement l’Accord d’Arusha ;
2. La préparation et l’adoption unilatérale par le seul parti au pouvoir et ses alliés d’une feuille de route pour les élections de 2020, sans créer d’abord un environnement politique, sécuritaire et économique favorable à la tenue des élections crédibles.
3. La nomination précipitée et unilatérale d’une Commission Nationale Electorale indépendante(CENI), juste après l’annonce du prochain round des négociations.
4. L’annonce persistante du pouvoir de Bujumbura et même de la Médiation/Facilitation d’un 5ème round, comme étant le dernier round des négociations, alors que les négociations n’ont jamais réellement démarré.
5. La dégradation de la situation socio-économique et politico-sécuritaire ainsi que les violations massives des droits de l’homme au Burundi ;
6. L’identification des parties prenantes au conflit et leur inclusivité (partis politiques, société civile et autres groupes y compris les groupes armés), le mode d’invitation, la méthodologie et le cadre juridique des négociations.

II. LA NOUVELLE CONSTITUTION PROMULGUEE LE 7 JUIN 2018 ENTERRE L’ACCORD D’ARUSHA.

Outre que le processus d’amendement de la constitution du 18 mars 2005 a été émaillé de beaucoup d’entorses, d’irrégularités et de violences sur le plan juridique et politique, le contenu de la nouvelle constitution vient enterrer définitivement l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi de 2000 et verrouiller tous les espaces des libertés civiles et politiques, rendant ainsi impossible l’exercice d’un pouvoir véritablement démocratique au Burundi.

La portée des dispositions élaguées et celles qui les remplacent montrent à suffisance que la constitution de 2005 est abrogée et avec elle l’Accord d’Arusha enterré.

Il n’est pas superflu d’ajouter que tous les garants de l’Accord d’Arusha avaient déconseillé au gouvernement burundais d’entreprendre cette démarche périlleuse sans requérir le consensus de toute la classe politique burundaise.

1. La non référence à cet Accord et le rejet de son esprit

La détermination réaffirmée dans le préambule par les signataires de l’Accord d’Arusha pour mettre un terme aux causes profondes de l’état continu de la violence ethnique et politique, de génocide et d’exclusion … est également supprimée. C’est pour nous un acte négationniste et une dénégation des crimes de droit international que le pouvoir de Bujumbura est entrain de commettre.

Toujours dans le préambule, la référence à des textes fondamentaux en matière de respect des droits de l’homme est sciemment omise. C’est le cas de la Déclaration universelle de droits de l’homme du 10 décembre 1948 et des pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme du 16 décembre 1966 et de la Charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples du 18juin 1981.

2. La nouvelle constitution ne laisse pas de place à une compétition démocratique et équitable ( Cf. art. 99 & art. 174)

3. La nouvelle constitution maintien de façade des équilibres ethniques et du genre,mais sans assise constitutionnelle (Cf. art. 175, art. 180 & art. 289)

4. Des pouvoirs exorbitants concentrés dans le seuls mains du président de la
République

Alors que dans la constitution de 2005, « le pouvoir exécutif était exercé par un Président, deux Vice-présidents, de la république et les membres du gouvernement »(article 92), la nouvelle constitution concentre tous les pouvoirs dans les seules mains du Président. L’article 93 est très explicite à ce sujet : « Le Président de la République est le chef du pouvoir exécutif. Il est assisté dans ses fonctions par un Vice-président ».

Toujours au niveau de l’Exécutif, alors que dans la constitution de 2005, « le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation dans le cadre des décisions prises par consensus en Conseil des Ministres (article131), dans la nouvelle constitution, le consensus saute au profit de la volonté du seul Président de la République. « Le Gouvernement est chargé de la mise en œuvre de la politique telle que définie par le Président de la République» (article 16). Le gouvernement n’a donc plus de pouvoir décisionnel, il est désormais confiné dans un rôle subalterne d’exécutant des ordres du « guide suprême éternel ».

Sur le plan législatif le Président de la République devient la loi puisqu’il s’accorde la main mise sur les lois votées à l’Assemblée Nationale et au Sénat. En effet, l’art. 202 stipule :
« Une loi adoptée par le parlement est réputée caduque lorsque le Président de la République ne la promulgue pas dans un délai de 30 jours calendrier. »

5. Une constitution taillée sur mesure et qui règle des comptes à certaines catégories de citoyens.

Alors que la loi est par essence générale et à fortiori, la loi suprême, il apparaît que la nouvelle constitution prive certains citoyens burundais de leurs droits civils et politiques. C’est le cas des Burundais qui ont une double nationalité qui ne peuvent pas accéder aux fonctions de Président de la République, de Premier Ministre, de Vice-président, de Président de l’Assemblée Nationale ou de Président du Sénat.

C’est un traitement d’exclusion de la participation à la vie sociale, politique, contraire à l’article 13, mais aussi discriminatoire qui pèche contre l’article 22 de la constitution.

6. La nouvelle constitution a profondément divisé le peuple burundais

Alors que l’article 299 de ladite Constitution de 2005 stipule qu’ « aucune procédure de révision ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, à la cohésion sociale du peuple burundais, à la laïcité de l’Etat, à la réconciliation, à la démocratie,… », la constitution qui vient d’être irrégulièrement adoptée et promulguée a divisé profondément la population burundaise en deux catégories de citoyens : d’un côté les tenants du « oui » au référendum constitutionnel, qui sont « les vrais » , « les bons » citoyens (Abenegihugu) et de l’autre ceux qui ont prôné , enseigné et voté le « non », souvent au péril de leur vie. Ceux-là sont devenus les ennemis de la Nation qu’il faut tuer et jeter dans le lac Tanganyika pour nourrir les poissons comme cela a été dit et enseigné durant la campagne référendaire.

7. La nouvelle constitution fait du Burundi, un état-refuge de tous les criminels et terroristes, y compris ceux poursuivis pour des crimes de droit international

Dans la constitution de 2005, il était stipulé à l’article 50 que l’extradition était autorisée dans les limites prévues par la loi. Dans la nouvelle Constitution, il est indiqué qu’ « aucun burundais ne peut-être extradé, même dans les poursuites d’une juridiction internationale pour crimes de guerre, crimes de génocide te crimes contre l’humanité. »

L’article 59 alinéas 2 de la constitution de 2005 qui précisait qu’ « un étranger poursuivi pour crime de génocide, crime contre l’humanité, crime de guerre ou acte de terrorisme peut être extradé » a été également élagué.

En clair, la nouvelle constitution consacre à tout jamais le règne de l’impunité et fait du Burundi, un état-refuge, le terreau de tous les criminels de droit international et les terroristes de tout acabit qui menacent la paix et la sécurité dans le monde.

IV. LES CONDITIONS D’UN ENVIRONNEMENT FAVORABLES A DES ELECTIONS CREDIBLES

Il saute aux yeux de tout observateur avisé que cette nouvelle constitution est porteuse de tous les dangers pour la paix, la réconciliation, la sécurité et la démocratie au Burundi et qu’elle constitue une entrave majeure au processus des négociations.

Pour le CNRED-GIRITEKA, l’enterrement de l’Accord d’Arusha est non négociable et tout accord conclu ou imposé au peuple burundais qui ne sauvegarde pas ce pacte social historique, socle de la paix qui sera voué à l’échec et ne fer qu’aggraver la crise à court terme.
Le CNARED-GIRITEKA exige donc son abrogation pure et simple. Si amendement, il doit y avoir, il interviendra quand le pays aura retrouvé la paix et la sécurité, et à travers une démarche consensuelle initiée par un pouvoir légal et légitime.

La crise que vit le Burundi depuis avril 2015, découle de la violation fragrante de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et la Constitution qui en est issue. Comme si cela ne suffisait pas, la constitution nouvellement promulguée a enterré complètement les outils de légitimité et de légalité du pouvoir au Burundi.

Contrairement aux déclarations du pouvoir de Bujumbura, la situation socioéconomique et politico-sécutaire s’est lamentablement dégradée.

A ce titre, la violation massive des droits de l’homme tel que les tortures, les disparitions forcées, les exécutions extrajudiciaires, les arrestations arbitraires, etc. sont devenues le lot quotidien, avant, pendant et après le Référendum.

Pour mettre fin à cette crise, un dialogue inclusif entre le pouvoir de facto de Bujumbura et ses alliés d’une part, le CNARED et ses alliés d’autre part, s’impose.
C’est pour cette raison que le CNARED et tous ceux qui luttent pour le rétablissement de l’Etat de droit au Burundi, sont disposés à répondre présents au prochain round de négociations interburundaises.

Succinctement, les conditions favorables aux élections crédibles sont les suivantes :
1. La restauration du cadre légal garantissant les libertés politiques fondamentales à travers le retour de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi ;
2. La recherche des voies et moyens pour restaurer l’Accord d’Arusha pour la Paix et la
Réconciliation au Burundi et la Constitution de 2005 ;
3. La réouverture et réhabilitation des radios et des télévisions détruites pendant la crise ;
4. La libération des prisonniers politiques et d’opinion ;
5. Le rapatriement et la réhabilitation des réfugiés ;
6. La sécurisation de la population par le démantèlement des milices et le désarmement des civils ;
7. La dépolitisation des forces de défense et de sécurité et des services de renseignement ;
8. Le rapatriement, la réinsertion et la réhabilitation des membres des forces de défense et de sécurité ;
9. Le retour, l’installation et la protection des leaders politiques ;
10. Réhabilitation des leaders politiques dans leurs biens ;
11. La remise des partis politiques à leurs leaders légitimes ;
12. La réouverture de l’espace politique ;
13. La réouverture des organisations de la Société civile et le rapatriement de leurs leaders.

V. LES AUTRES POINTS A NÉGOCIER DANS LE PROLONGEMENT DE CET ACCORD

1. Feuille de route (2013-2018) ;
2. Commission Electorale Nationale Indépendante ;
3. Code électoral ;
4. Cour chargée du contentieux électoral ;
5. Cour Constitutionnelle ;
6. Sécurité des élections.

VI. MECANISME DE MISE EN APPLICATION DE L’ACCORD, SUIVI ET ÉVALUATION DES ÉLECTIONS

a) Commission mixte chargée du suivi et de la mise en application de l’Accord et garants de son inviolabilité (Nations Unies, Union Africaine, Communauté Est-Africaine et les représentants des parties en conflit)
b) Force de protection internationale ;
c) Institutions de missions.

VII. CONCLUSION

Le CNARED-GIRITEKA s’inscrit dans la logique des négociations inclusives comme la meilleure voie pour résoudre pacifiquement la crise burundaise qui n’a que trop duré. Le CNARED-GIRITEKA reste néanmoins convaincu que seul un cadre constitutionnel qui restaure l’esprit et la lettre de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi ainsi que la Constitution de 2005 est un préalable indispensable pour le retour à une société réconciliée avec elle-même où règne la démocratie, la paix et la sécurité pour tous.

Fait à Bruxelles, le 6 septembre 2018

Pour le CNARED-GIRITEKA

Dr Minani Jean, Président

]]>
DéclarationsMon, 10 Sep 2018 14:53:38 +0000
Démographie africainehttp://cndd-burundi.com/actualites/actualites-internationales/892-demographie-africaine http://cndd-burundi.com/actualites/actualites-internationales/892-demographie-africaineDémographie africaine

Par l’Alliance des Forces Progressistes pour l’Afrique (AFPA)

Juillet 2018

L'évolution démographique du continent africain est-elle une chance ou une bombe à retardement quant aux perspectives de développement du continent ? Certains occidentaux bien-pensants n'hésitent pas à parler de « bombe démographique » à même de réduire à néant les espoirs d'amélioration des niveaux de vie promis par la croissance économique. D’autres estiment que les pays africains vont bénéficier d'un « dividende démographique ». En d'autres termes, d'une brusque accélération de la croissance économique, un événement qui se produit lorsque le nombre d'actifs est supérieur à celui des enfants et des personnes âgées. Mais ces discours relèvent généralement d’un européocentrisme teinté de culpabilité historique et parfois de racisme latent. Le spectre d’une Afrique surpeuplée qui se déverserait sur l’Europe sert bien les intérêts des puissances financières occidentales tout occupées qu’elles sont à détourner l’attention des peuples européens des vrais problèmes d’injustice économique et sociale qu’elles provoquent.
Après avoir fait état de quelques données démographiques, nous tenterons de déconstruire ces discours et de tracer des perspectives s’inscrivant dans une volonté progressiste mondiale, tant pour l’Afrique que pour l’Europe.

1. L’Afrique est sous-peuplée

Avec une densité de population de 40 habitants au km2 l’Afrique se situé entre l’Europe (33) et l’Asie (99). L’Asie, une fois et demie plus grande que l’Afrique, est trois fois plus peuplée ; l’Europe trois fois moins grande que l’Afrique est une fois et demie moins peuplée.
Si nous corrigeons les 30,3 millions de km2 de l’Afrique des 9 millions de km2 de déserts, soit environ un tiers de la superficie globale, nous obtenons une densité de 58 habitants au km2 ce qui reste largement inférieur aux chiffres asiatiques.
Jusqu’au XVIème siècle l’Afrique fut une zone de basse pression démographique dans laquelle la lutte pour l’espace était inconnue. Une première augmentation de la population se produisit à la suite de l’introduction des plantes américaines (maïs, haricots, patates douces, manioc) par les Portugais, augmentation qui se traduisit par le défrichage de nouveaux milieux et en dernier ressort par le développement d’une culture guerrière dans certaines zones.
Mais nous ne devons pas oublier qu’après cette stagnation démographique millénaire, l’Afrique a subi la ponction des traites esclavagistes par les arabes (30 millions d’africains réduits en esclavage sur dix siècles) puis par les européens (30 millions d’Africains réduits en esclavage sur deux siècles) ce qui l’a privé de sa dynamique démographique. N’oublions pas aussi les guerres de conquête coloniale, le choc microbien, le travail forcé et la participation des africains colonisés à des guerres lointaines ; tout ceci cumulé démontre que l’Afrique a un passif démographique.
Le décollage du peuplement se fait à partir des années 30 avec le développement de la médecine coloniale. Le continent compte alors 150 millions d’habitants, soit seulement 8% de la population mondiale ; 300 millions en 1960, 600 millions en 1989, un milliard en 2010. Les projections donnent un peu plus de deux milliards en 2050 soit 25% de la population mondiale soit le prorata qui fut celui de l’Afrique en 1650 avant les catastrophes.
L’Afrique ne fait donc que rattraper son retard démographique. Au-delà se posera certainement la question de la viabilité d’une continuation de cette tendance mais on peut déjà parier que si les conditions économiques et sociales s’alignent pendant cette période sur les standards mondiaux la question démographique trouvera en elle-même sa propre régulation.

2. Evolution de la situation démographique globale

Actuellement, le taux de croissance démographique moyen de l’Afrique est de 2,7 %, contre 1 % au niveau mondial, et à peine 0,4 % en Amérique du Nord, tandis que l’Europe est quasi stationnaire. Cette situation spécifique s’explique par le fait que la mortalité en Afrique baisse fortement – l’espérance de vie a gagné plus de vingt ans depuis 1950, passant de 36 à 57 ans – alors que la fécondité, elle, ne ralentit que faiblement.
Une population à majorité jeune
Alors qu'une partie importante du monde doit faire face à une population vieillissante, le continent africain, lui, apparaît comme un espace où la place la plus importante est occupée par les jeunes. En tête sur le continent, comme aujourd'hui : le Nigeria, qui aura, selon les dernières estimations de l'ONU, le plus grand nombre de moins de 25 ans dans le monde. Il devrait ainsi croître pour atteindre 114 millions d'habitants à l'horizon 2050 et 303 millions d'ici 2100. D'après les mêmes projections des Nations unies, la République démocratique du Congo, le Zimbabwe et la Tanzanie seront également dans la liste des pays comptant la population la plus jeune. En bas du classement : le Gabon, le Swaziland ou encore le Botswana et Djibouti. Un chiffre néanmoins à relativiser, car ces derniers pays restent dans la moyenne haute de la fourchette mondiale.
Une attention particulière doit être accordée à la jeunesse : en 2060, il y aura plus de jeunes en Afrique subsaharienne (1,4 milliard) que dans tous les pays du G201 réunis (1,3 milliard). D’ici à 2035, le continent comptera 450 millions de nouveaux entrants sur le marché du travail, soit 22,5 millions par an. Actuellement, les moins de 25 ans représentent 36 % de la population en âge de travailler et 60 % des chômeurs du continent.
1 Le G20 regroupe 20 membres (19 Etats et l’Union européenne) : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne.

3. Un taux de mortalité en baisse

Ce dernier est passé en moyenne de 26 % en 1950 à moins de 10 % aujourd'hui. Ajouté à cela, une espérance de vie qui a gagné plus de 20 ans, passant de 36 ans à 57 ans dans la même période, alors qu'a contrario, la fécondité ne ralentit que faiblement. « Depuis 1950, la mortalité juvénile a été divisée par trois au sud du Sahara, passant de 30 % à 10 %, mais cela n'a pas encore eu d'effet sur la fécondité », soulignait Henri Leridon, directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques, dans Le Monde diplomatique, en 2015.
Fécondité
« Les sociétés africaines continuent de valoriser les familles nombreuses et les femmes ayant beaucoup d'enfants. La persistance de ces normes natalistes s'est traduite par une résistance à une utilisation de la contraception », explique Jean-Pierre Guengat, démographe et directeur de recherche émérite à l'Université Paris 1-IRD. Ainsi, un couple n'imagine pas avoir moins de 6 enfants dans les 18 pays africains étudiés en 2010 par l'United States Agency for International Development. En tête du classement : le Tchad avec un « idéal » de 13 enfants par famille. Selon ces chercheurs, les familles et leurs communautés peinent encore aujourd’hui à internaliser la baisse spectaculaire de la mortalité infantile.

Nous contestons cette appréciation idéologique eurocentrée. En fait, il n'y a pas un refus ou une opposition des femmes à l'usage des outils modernes de contraception : il s'agit plutôt de la faillite ou de l'absence de politiques d'information et d'éducation. De plus, avoir de nombreux enfants n'a jamais semblé être un véritable désir chez les Africaines, même chez les villageoises. Bien au contraire, quand les femmes ont trois ou quatre enfants, elles aspirent à la paix ; mais elles sont incapables de se rendre maîtresses de leur corps. Alors, malgré elles, elles s'abandonnent « aux lois de la nature », comme elles disent. Dans les villes, beaucoup de femmes africaines sont stériles ou n'ont qu'un enfant parce que, souvent, elles ont trop abusé des avortements clandestins souvent réalisés par des méthodes peu recommandables.
Enfin cette situation n’est pas homogène et le rythme décroit dès que s’enclenche un mécanisme de développement : l’Afrique du Centre comme l’Afrique de l’Ouest se caractérisent par une fécondité élevée (entre 5 et 7 enfants par femme), suivis de l’Afrique australe et de l’Est avec des niveaux intermédiaires (entre 3 et 5), et enfin le Maghreb qui se singularise par une fécondité proche de celle des pays occidentaux.
Mais, considérons un peu l’histoire :
Ceux qui prétendent de nos jours que l’Afrique est surpeuplée et présente une menace démographique pour l’Europe n’ont pas toujours tenu ce discours : souvenons-nous de la « force noire » de Mangin mise en première ligne sur les champs de bataille de la première guerre mondiale. Certes, les différences en Afrique subsaharienne épousent en partie les contours des deux anciens empires coloniaux français et britannique. La France avait imposé au sein de ses colonies la loi de 1920, qui interdit toute forme de contraception. Cette législation est restée en vigueur jusque dans les années 1980 dans la plupart des pays, où il n’était pas question de politique antinataliste. C’est le cas du Burkina Faso et d’autres pays, qui ont dû attendre la Conférence internationale sur la population à Mexico en 1984 pour comprendre l’importance de cet aspect démographique. Le Kenya, ancienne colonie britannique, s’y est intéressé dès les années 1960.
En matière d’éducation, on observe des différences notables. La France avait davantage pour ambition de former des commis, qui puissent servir de petites mains pour l’administration coloniale. L’enseignement y était plus limité que dans les colonies britanniques. Même si les différents pays ont voulu rattraper leur retard au moment des indépendances, on ressent encore certaines séquelles laissées par le colonisateur.
Les commentaires de certains idéologues occidentaux qui expliqueraient l’évolution de la démographie africaine par un soi-disant habitus culturel contraignant la femme africaine à faire beaucoup d’enfants relèvent du fantasme.

4. Cette évolution de la démographie africaine est-elle une chance ou un risque ?

Mais cette évolution démographique est-elle une chance ou un risque pour les perspectives de développement du continent ? Les plus optimistes estiment que l’Afrique va bénéficier de ce que l’on appelle un « dividende démographique », autrement dit une brusque accélération de sa croissance économique – événement qui se produit lorsque le nombre d’actifs est nettement supérieur à celui des enfants et des personnes âgées.
« Ce phénomène a contribué à l’émergence des pays d’Asie, notamment de la Chine », admet Henri Leridon. « Mais cette fenêtre d’opportunité ne produit d’effets positifs qu’à certaines conditions, notamment celles de disposer d’une main-d’oeuvre bien formée et d’un marché du travail pour l’employer », précise-t-il.
Disposer d’une population jeune dope indéniablement l’offre et la demande, ce qui est favorable à la croissance économique. Et l’on a effectivement constaté une augmentation moyenne du PIB africain de 5 % ces dernières années, ce qui est une performance remarquable. Mais pour que l’impact de la transition démographique soit durable et soutenable, il faut qu’elle se combine avec quatre autres transitions : économique, technologique, politique et écologique.

Cette question a un historique qu’il est nécessaire de rappeler. Revenons en particulier sur la conférence internationale sur la population et le développement, tenue au Caire en 1994, qui a marqué un changement de paradigme important : l’abandon du discours de contrôle de la population et le refus de toute politique démographique qui transformerait les êtres humains en objectifs chiffrés. Un consensus fondateur y a été trouvé. Il s’agit de le défendre en toute occasion : les politiques en matière de population doivent être fondées sur les « droits reproductifs », c’est-à-dire « ces droits, possédés par toutes les personnes, leur permettant l’accès à tous les services de santé reproductive… Ils incluent aussi le droit de prendre les décisions reproductives, en étant libre de toute discrimination, violence et coercition… Les droits reproductifs sont intimement liés à d’autres : le droit à l’éducation, le droit à un statut égal au sein de la famille, le droit d’être libre de violence domestique, et le droit de ne pas être marié avant d’être physiquement et psychologiquement préparé pour cet événement » [ONU, 1998 a : 180]. C’est un enjeu éthique mais aussi un enjeu d’efficacité des actions. Les programmes d’accès à la contraception fonctionnent quand ils se basent sur une approche intégrée du développement humain et qu’ils promeuvent le libre choix.

Nous l’avons dit : certains pays africains, et seulement certains –– présentent des taux de fécondité élevés et que l’augmentation rapide d’une population dans un contexte de pauvreté implique une proportion très importante de jeunes et donc des besoins éducatifs et sanitaires conséquents. Mais ce ne sont pas les déclarations malthusianises des parlementaires de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, de la Mauritanie et du Tchad, affirmant vouloir limiter à trois le nombre d'enfants par femme qui vont contribuer à faire évoluer la situation. Là où ces beaux messieurs parlent d'accès universel à la planification familiale, et utilisent à dessein la menace de l’immigration vers l’Europe de millions de jeunes, ils feignent d’ignorer que seule l'augmentation du niveau d'éducation des femmes pourra contribuer à un meilleur équilibre démographique. Même s’il ne faut pas sous-estimer les résistances des milieux religieux, il faut surtout savoir reconnaître que les programmes de planning familial là où ils ont trouvé un début de mise en œuvre se sont rapidement heurtés aux restrictions budgétaires des programmes d’ajustement structurels là où il aurait fallu investir durablement dans la santé publique.
La croissance démographique est une variable qui interagit avec l’économie et le social (notamment la santé et l’éducation). Elle peut s’avérer bénéfique pour l’économie africaine, à condition de s’accompagner justement d’importants investissements dans l’éducation et d’un marché de l’emploi dynamique. C’est ce qu’on appelle le « dividende démographique ». Pour réussir son « dividende démographique », il faut investir massivement dans l’éducation des jeunes et dans leur employabilité.

En Afrique, si le taux de fécondité poursuit sa diminution, nous nous retrouverons d’ici une ou deux décennies dans une situation où il y aura davantage de personnes actives (les 20-64 ans) que de personnes dépendantes. C’est une opportunité, car les actifs pourront davantage investir dans l’éducation de leurs enfants, être davantage productifs et pouvoir épargner. Autant de facteurs de croissance, dans lesquels il faut investir massivement.
À l’inverse, on peut très bien observer un « dividende démographique » qui n’a pas réussi. C’est le cas de certains pays du Maghreb où l’on a enregistré une baisse importante de la fécondité accompagnée d’une hausse de l’éducation des jeunes. Mais ces derniers se sont retrouvés massivement sans emploi, à cause d’un marché du travail peu dynamique. Un phénomène qui est en partie à l’origine du Printemps arabe.
En Asie, la transition démographique s’est déroulée très rapidement, avec une baisse importante du taux de fécondité. Mais ce processus a été particulièrement long en Europe, sur des décennies ou voire un siècle. Preuve que les situations varient énormément selon le contexte.

L’évolution suit tout de même son cours, mais à un rythme lent. Dans les années 1960-65, le nombre d’enfants par femme était de 6-7. Aujourd’hui, il est tombé à moins de 5. Sans parler des zones urbaines où il se situe autour de 3 à 4.
Il existe un lien avéré entre l’éducation et la croissance démographique. Imaginez une jeune fille issue d’un milieu rural, qui termine ses études primaires à l’âge de 11 ou 12 ans dans un pays d’Afrique subsaharienne. Elle n’a souvent aucune chance de poursuivre jusqu’au secondaire. Quelles sont ses perspectives ? Le mariage et faire rapidement des enfants. Si elle poursuivait ses études, elle pourrait au contraire se projeter davantage dans la vie et retarder l’âge d’entrée en mariage et la naissance de son premier enfant.

L’éducation joue aussi particulièrement sur le recours à la contraception. Il faut bien entendu que les femmes aient accès aux moyens contraceptifs. Les responsables politiques, tant africains qu’européens, ont donc la responsabilité historique de plaider à contre-courant des idées dominantes défendues tant par les djihadistes que par la droite religieuse américaine (Trump vient de réactiver une décision prise par George W. Bush coupant tout crédit américain aux organisations internationales finançant le contrôle des naissances).
Rappelons que l’Afrique recèle environ 60% des terres arables du monde qui n’ont pas encore été mises en exploitation.
Une croissance agricole soutenable est possible et permettrait de doubler les rendements en milieu paysan sans apport de coûteux fertilisants et pesticides chimiques. Mais la mise en œuvre de ces techniques implique des programmes de développement rural de grande ampleur dans un contexte où les budgets locaux sont asphyxiés par les dépenses de sécurité, alors que l’aide internationale s’est désinvestie de ce secteur.
Un développement économique basé sur les nouvelles technologies de l’information et les énergies renouvelables permettrait à l’Afrique de valoriser sa culture et sa sagesse traditionnelle auprès du monde entier. L’Afrique doit cesser d’être « mondialisée » par l’impérialisme occidental pour redevenir un acteur libéré, enfin décolonisé, autonome et volontaire de la mondialisation : c’est donc à elle et à elle seule d’en décider du rythme.

Pour cela deux prérequis :

L’aide publique occidentale au développement de l’Afrique est de 54 milliards d’euros par an et les investissements privés représentent 46,5 milliards d’euros. Un doublement de ces sommes d’ici à 2020 permettrait de générer une augmentation du PIB de 447 milliards par an pour l’ensemble du continent. Il ne faut pas ignorer les investissements en Afrique faits par les puissances des BRICS comme la Chine, l’Inde, la Turquie… qui doivent avoir dépassé probablement l’Occident. Un rapport publié fin juin par le cabinet McKinsey Africa révèle qu’en deux décennies, la Chine est devenue le partenaire économique le plus important pour l'Afrique. « Non seulement le commerce sino-africain a été multiplié par 20, mais les investissements chinois ont passé la surmultipliée. L'implication de la Chine en Afrique serait donc beaucoup plus importante et plus diverse que ne le suggéraient les études précédentes ». Plus de 10000 entreprises chinoises opèrent maintenant en Afrique. L’Inde loin derrière la Chine passe pour le deuxième partenaire économique de l’Afrique. La France vient en troisième position.
Quant à la France elle doit couper définitivement le lien néocolonial qu’elle entretient avec ses anciennes colonies, comme a su le faire la Grande Bretagne depuis longtemps.
Alors les Africains auront enfin la possibilité de chasser leurs dirigeants actuels, incapables de faire vivre l’espoir et de se choisir des dirigeants capables de libérer les capacités productives de leurs ressortissants.
Le recul économique de la France en Afrique, au regard de la montée en puissance de la Chine et d’autres pays émergents est consubstantielle au modèle colonial datant du XXème siècle et qui n’a pas été repensé. Dans ce statut de simples pourvoyeurs en matières premières, aucune industrie de transformation n’a été encouragée dans ces pays. Cette stabilité économique s’était arrimée aux dictatures politiques qui ont assumé une continuité du modèle colonial. Le modèle d’un pré-carré français, où le sud est spécialisé dans les industries extractives, sans valeur ajoutée localement, valable au XXème siècle (1945-1990), devient obsolète et inopérant. Avec les NTIC, la diversification économique du 21ème siècle s’est émancipée en partie des matières premières. L’atout linguistique que constitue la francophonie peut être un levier pour de nouveaux partenariats économiques France-Afrique qui feraient de la jeunesse africaine, non pas un péril, mais un atout majeur en implantant en Afrique subsaharienne des industries françaises nécessitant une main d’œuvre à bon marché, et porteuses de valeur ajoutée.

5. Le cas particulier de la démographie sahélienne

Par suite de l’inertie des phénomènes démographiques, même si ces pays engageaient demain une vigoureuse campagne de limitation des naissances, l’impact d’une telle politique sera minime à échéance de vingt ans et ne commencerait timidement à porter ses fruits que vers 2050. Pour donner un exemple, le Niger, qui est certes un cas particulièrement inquiétant, comptait 3 millions d’habitants en 1960 et en a 20 millions actuellement. Il en aura de 42 à 45 millions en 2035 et de 62 à 89 millions en 2050. Ceci dans un pays où seulement 8 % de la superficie peut être cultivée.
Dans tout le Sahel, malgré la forte croissance urbaine, nous constatons une poursuite de la croissance de la population rurale de l’ordre de 2 % par an, ce qui est un cas unique au monde. Cette croissance de la densité rurale provoque la destruction des sols par raccourcissement des jachères et accroît les tensions entre agriculteurs et pasteurs, qui ne disposent plus d’espace libre pour leurs animaux. En l’absence d’investissements adaptés dans l’agriculture, la dépendance à l’égard des aides alimentaires augmente régulièrement.
Avec une croissance du PIB de 5 %, si le taux de croissance démographique est comme actuellement au Sahel de 3,5 %, la croissance effective du PIB par habitant n’est que de 1,5 % et il faudra quarante-cinq ans pour doubler le niveau de vie par habitant. Lorsque les enfants en bas âge ou en âge d’être scolarisés représentent la moitié de la population, la satisfaction des besoins en éducation, en formation et en santé devient un fardeau financier insupportable pour les budgets nationaux.

Au total, la transition démographique au Sahel ne s’achèvera pas avant plusieurs décennies, provoquant au cours des trente années à venir un accroissement spectaculaire du nombre de jeunes qui va peser sur les disponibilités alimentaires, sur les niveaux de vie, sur les dépenses sociales et surtout sur l’emploi. Le plus probable est que la paupérisation du monde rural et la perte d’espoir des jeunes feront le lit du djihadisme bien avant que ne se manifestent des famines régionales. L’insécurité a toutes les chances de se généraliser au Sahel, au point de paralyser les circuits économiques. Cette paralysie de l’économie rurale liée à l’insécurité est la première cause des famines qui frappent actuellement le nord du Nigeria, le Soudan du Sud et la corne de l’Afrique et qui contribuent à la vague actuelle de migrations africaines vers l’Europe.

La FAO estime que 80 % des terres sahéliennes sont dégradées ; la pluviométrie erratique laisse prévoir une hausse de la température de 3 à 5 degrés dans le Sahel d’ici 2050.
Si le désert occupe 1/3 de l'Afrique, il ne doit pas être exclu de l'espace occupé ou à occuper, de l'espace de vie. En effet, le désert africain n'est pas un espace vide de population. Situées en plein désert, les villes de Tombouctou (Mali) compte 54000 habitants, Kidal (Mali) 25000 habitants, Agadès (Niger) 124000 habitants, Zouerate (Mauritanie) 34000 habitants, Faya-Largeau (Tchad) 48000 habitants, Tamanrasset (Algérie) 136000 habitants. Au regard de l'immensité du désert, la densité de population est certes faible, mais c'est tout de même un espace de vie que les Africains savent valablement exploiter. A moins d'une catastrophe naturelle, les êtres humains savent toujours s'adapter à leur cadre de vie. Ceux qui migrent vers l'Europe ne viennent d’ailleurs pas de ces villes du Sahara. Des mobilités vers les pays voisins sont habituelles et servent de régulateur.
Il est cependant urgent que soit mis en œuvre par les pays sahéliens un plan de développement dans l’agriculture accompagné d’une maitrise forte de la natalité et d’un rattrapage scolaire important seul en mesure de redonner confiance en l’avenir (le taux de scolarisation en primaire au Mali et au Niger était d’environ 30 % en 2015).
Avec les recherches scientifiques actuellement disponibles, le Sahara, loin de constituer une zone de non-vie, devrait être un enjeu en termes de recherches fondamentales et appliquées pour son reboisement. Des technologies peuvent être créées pour verdir le Sahara, mais aucune volonté politique n’anime, ni les pays concernés, qui n’encouragent pas l’expertise locale, ni la communauté internationale habituée à des solutions standards. Une solution consistant par exemple à créer un barrage sur l’Oubangui pour canaliser les eaux de ce fleuve vers le lac Tchad, est très dangereuse pour l’écosystème et le climat dans le bassin du Congo. Alors que si les dirigeants africains avaient foi en l’avenir, en leurs spécialistes, en lieu et place de faire appel à l’expertise chinoise dans la construction d’un tel barrage, ce sont les intelligences africaines qu’on aurait rassemblé autour d’un colloque pour poser le vrai problème en deux questions. Comment, avec qui, avec quels moyens peut-on stopper l’assèchement du Lac Tchad ? Quelles technologies mettre en œuvre pour reboiser le Sahara et vaincre définitivement le réchauffement climatique ?

Conclusion : Mais pourquoi donc le reste du monde est-il tellement préoccupé par la question de la démographie africaine ?

Cet intérêt de l'Europe pour la démographie africaine, nous pensons qu'il ne se justifie pas par la peur de devoir faire face à une immigration d'origine africaine de plus en plus forte. En effet, alors que cette immigration fait les gros titres de l'actualité depuis des années, elle se situe très loin dans le flux migratoire vers l'Europe. On remarque que chaque fois que l'on fait parler les statistiques ce sont trois pays du Moyen-Orient qui arrivent en tête avec la Syrie et l'Afghanistan en première et deuxième places. Quant au pays de destination des migrants, malgré les vociférations des hommes politiques, la France est très loin dans la liste des pays d'accueil. Ce sont l'Allemagne, l'Autriche et la Suède qui accueillent le plus de migrants.
La peur des capitalistes européens face à la démographie galopante africaine se situerait plutôt du côté des ressources naturelles du continent noir qui bénéficient pour le moment presque exclusivement à l'Europe depuis bientôt deux siècles. Ne dit-on pas de plus en plus dans les milieux économiques français que "l'Afrique est l'avenir de la France" ? (Le Monde 5/01/2017). Le rapport Védrine publié en 2016 ne propose-t-il pas des stratégies de reconquête de l'Afrique ? Ne voit-on pas aujourd'hui que les Etats-Unis, l'Europe, la Chine, et dans une moindre mesure l'Inde, cherchent à bien se positionner en Afrique ? Cette convergence d'intérêt réside dans le fait que non seulement ce continent est celui qui compte la plus grande diversité culturelle au monde), mais c'est également celui dont les ressources naturelles abondantes sont les plus variées et les moins exploitées. Il faut donc croire que si les pays africains venaient à être aussi peuplés que certains pays comme la Chine et l'Inde, ils auraient forcément besoin de leurs terres et de leurs ressources naturelles. Les pays africains apparaîtront alors comme de sérieux concurrents dans la course à l'exploitation des ressources qui nourrissent aujourd'hui le développement industriel et économique de l'Europe. En clair, les Européens ont peur de la démographie galopante de l'Afrique parce qu'ils estiment que le gâteau ne sera pas suffisant pour tout le monde ; surtout qu'ils se comptent parmi les invités à la table de l'Afrique.
Le cynisme de certains commentateurs (par exemple Stephen Smith « La ruée vers l’Europe ») atteint des sommets lorsqu’ils écrivent que continuer à aider l’Afrique à se développer augmente l’envie de partir, sous prétexte que les gens étant mieux éduqués peuvent imaginer des solutions d’exil qui ne leur viendraient pas à l’esprit s’ils restaient isolés dans leur misère. Faire semblant d’ignorer que les violences économiques d’une mondialisation imposée agrémentées de violences destructrices des puissances impérialistes interventionnistes ne seraient pas les causes principales dont l’Occident est bien responsable, permet à la fois de développer un discours de culpabilisation des peuples africains et de faire peur à bon compte aux peuples européens.
C’est bien cette hypocrisie que nous voulons dénoncer.

Tous ces problèmes de développement accéléré de l’Afrique ne pourront trouver des solutions que dans une Afrique Unie comme l’a bien démontré le premier président du Ghana indépendant, Kwame Nkrumah il y a presque 60 ans. Une Afrique unie signifie une planification économique générale au niveau continental pour accroitre la puissance économique et industrielle de l’Afrique et vaincre ainsi la pauvreté. Il serait possible de réaliser de grands projets communs notamment de production de l’énergie (barrage d’Inga pour alimenter en énergie toute l’Afrique Centrale, centrale solaire dans le désert du Sahara), des infrastructures de transport terrestre, maritime et aérien, de freiner l’avancée du désert par la réalisation effective de la ceinture verte.
A partir de cette ceinture verte, de proche en proche, il est possible de verdir le Sahara, dans le cadre effectivement d’une Afrique Unie mettant en commun ses chercheurs et universitaires au sein d’une Institution Panafricaine de Sciences et Technologies. Ce nouveau puits de carbone ainsi créé dans le Sahel, contribuera à ralentir, baisser ou pourquoi pas à inverser la courbe du réchauffement climatique sur l’ensemble de la planète terre.
Une Afrique unie signifie aussi une armée et une stratégie militaire communes, ceci permettrait aux divers états de l’union de diminuer les dépenses militaires colossales actuelles, de fermer les bases militaires étrangères présentes dans plusieurs pays. Une armée commune africaine préserverait la paix en Afrique et dans le monde, personne n’osera attaquer l’Afrique. Tout comme la construction de l’Union Européenne après les deux guerres a pu préserver la paix en Europe après des guerres en partie alimentées par les courants nationalistes.
Une Afrique Unie signifie une politique commune étrangère. Tout cela suppose la mise en place des institutions communes : gouvernement, parlement, une banque centrale et monnaie communes.
Une Afrique prospère pourrait au contraire attirer beaucoup d’Européens et autres étrangers vers l’Afrique. Ce processus de panafricanisassions doit être conçu comme un combat permanent des forces progressistes africaines.
Le XXIème siècle avec l’abolition virtuelle des frontières géographiques devra être celui du partage équitable des savoirs et des technologies. La France, disposant d’un capital culturel énorme en Afrique, dispose d’une longueur d’avance dans ce nouvel élan des forces progressistes mondiales qui impulsent un nouvel ordre économique planétaire. Mais à condition que la Françafrique accepte d’opérer une mutation conceptuelle et irréversible entre les économies extractives et l’innovation d’autres partenariats gagnant-gagnant d’une part, le déliement du nœud dictatorial au profit d’une démocratisation assumée des régimes africains d’autre part. Dans un tel contexte, la démographie africaine deviendra une thématique obsolète. En effet, la fin des dictatures et la mise en œuvre d’espaces économiques novateurs sur le sol africain contribueront à l’autonomisation de la jeunesse africaine dans le continent où elle aura plus à gagner que dans l’immigration.

Annexe : Le mépris macronien

Samedi 8 juillet 2017, en marge du sommet du G20 (groupe des vingt pays les plus riches) qui s’achevait à Hambourg, le président français Emmanuel Macron a répondu à cette question d’un journaliste ivoirien : « Combien de pays du G20 sont prêts à mettre dans l’enveloppe pour sauver l’Afrique ? » Après avoir écarté l’idée d’un Plan Marshall pour l’Afrique en arguant que cette aide historique qui a sauvé l’Europe d’après-guerre « était un plan de reconstruction, dans des pays qui avaient leurs équilibres, leurs frontières, leur stabilité », le locataire de l’Elysée a estimé que le « défi de l’Afrique est différent, il est beaucoup plus profond, il est civilisationnel ». Et de conclure : « Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »
Macron a déclenché de vives réactions dans les médias et sur les réseaux sociaux. On lui a notamment reproché de « s’attaquer aux ventres des femmes africaines ».
Les paragraphes suivants sont des citations d’Elsa Dorlin :
« Il a récidivé au Burkina Faso le 28 novembre 2017. En parlant de « défi civilisationnel », Emmanuel Macron comprenait les enjeux de la « transition démographique » et, en la matière, il rendait hommage à l’un de ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy, qui, dans l’amphithéâtre de la prestigieuse université Cheikh Anta Diop de Dakar, s’était senti totalement légitime d’expliquer à « l’homme africain » comment s’extraire du temps cyclique de la nature, où il n’y a pas de place ne serait-ce que pour « l’idée du progrès ».
Ce sont les femmes africaines qui cette fois sont visées, comme leur enlisement dans le temps cyclique de la reproduction sans limite ; ces ingrates Africaines à la sexualité débridée et irresponsable. Ce « vous pouvez décider de dépenser des milliards », c’est en fait un « nous » (nous, les pays riches qui supportons ce fardeau de l’aide et de la philanthropie paternaliste), c’est l’argent de la France et du monde.
Aujourd’hui, c’est encore ce préjugé de la surnatalité, conséquence des politiques d’appauvrissement du continent africain (comme de ses relais autoritaires locaux) et de sa mise sous tutelle monétaire, économique et frontalière, qui active ici ce sentiment d’indifférence face à ces corps abandonnés, parqués sans chaussures, sans toilettes, sans nourriture en Europe, échoués en Méditerranée, face à ces esclaves torturés dans des zones de trafic, à ces corps affamés sur des zones de conflits où seules les ressources minières, fossiles ou les découpages géostratégiques émeuvent.

Cette migration-déportation a eu et continue d’avoir des objectifs politiques tout à fait réfléchis : extorquer des ressources humaines, intellectuelles et culturelles, créant par des politiques universitaires et des privilèges de circulation des ponctions dans la jeunesse et les élites ; prétendre le faire au nom des valeurs et de la qualité supérieure des systèmes éducatifs comme des mœurs métropolitaines, alors qu’il s’agit dans ces mêmes néo-métropoles d’aller faire le sale boulot.
Emmanuel Macron n’a pas « de leçons à donner », et, pour nous en convaincre, il ne va effectivement pas donner de leçons à « l’Afrique » quant à l’irresponsabilité de ses femmes ; au contraire, il va défendre ces femmes africaines : les sept, huit ou neuf enfants par femme, êtes-vous sûrs, vous, hommes africains, que c’est le choix de vos femmes ? Emmanuel Macron a donné le ton : son discours sera féministe, ou plutôt « fémocolonialiste », parce que, dans la défense du choix des femmes africaines quant à leurs droits et choix reproductifs, le président français se place en chevalier blanc. Evoquant l’octroi de bourses d’études par les consulats français, il déclare que ces bourses seront en priorité offertes à des jeunes filles.
"Si l’Afrique veut réussir, et la France avec elle, ce grand basculement du monde, nous devons former et éduquer tout le monde, et nous devons éduquer les jeunes filles, nous devons avoir des jeunes filles et des femmes libres, libres de choisir. Et je le dis pour vous, jeunes hommes qui êtes là, c’est bon pour vous. »

Dans ce discours, il y a quelque chose de particulièrement écœurant. Sous couvert d’un engagement qui emprunte au féminisme son lexique, il n’est question que d’une forme actualisée de triage colonial : à la surnatalité prétendue des femmes africaines, l’Etat français propose, comme il l’a toujours fait, la migration prétendument éducative et diplômante.
Or, si cela relève clairement d’une action positive ou, plus exactement, d’une biopolitique par définition sélective, le seul et unique effet visé est précisément de stigmatiser les hommes du continent africain pour leur patriarcat d’un autre temps, eux qui ne laissent pas choisir leurs femmes. En plus d’ignorer les mouvements féministes et d’émancipation africains – dans la ville même où fut assassiné Thomas Sankara –, il s’agit de faire des femmes africaines des complices de ce nouvel impérialisme si elles acceptent la façon dont, pour l’Etat français, il convient qu’elles se libèrent.
Ici, la promotion des femmes africaines, forme de sélection genrée, n’est qu’un autre moyen d’ériger des frontières de race et de creuser des lignes de couleur. Quant au libre choix des femmes – là-bas, ici, ailleurs, partout –, ce n’est certainement pas à un homme d’Etat d’en décider. Idéalement, il peut œuvrer pour que des politiques publiques assurent les conditions matérielles de ce libre choix, a minima il peut se taire et, surtout, nous épargner ce « fémocolonialisme », terreau du racisme comme de l’antiféminisme, qu’il faut abattre urgemment. »

AFPA regroupe les organisations et partis politiques suivantes:  CNDD (Burundi), UFR-CB (Congo), PCPI (RDC), SADI (Mali),ANC (Togo), UNDR ( Tchad),ANC Togo), CORED (Guinée Equatoriale),ACRA (CONGO), JDS,PADDEC (Caméroun)...

]]>
Actualités internationalesTue, 07 Aug 2018 07:42:56 +0000
Déclaration du Parti CNDD concernant la menace de rapatriement forcé des réfugiés burundais en Tanzanie.http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/891-declaration-cndd http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/891-declaration-cnddDéclaration du Parti CNDD concernant la menace de rapatriement forcé des réfugiés burundais en Tanzanie.

1. Depuis la rencontre entre les présidents MAGUFULI de la Tanzanie et Nkurunziza du Burundi en juillet 2017, les réfugiés burundais en Tanzanie ont été de plus en plus invités à rentrer dans leur pays par les autorités des deux pays.

2. Devant l’absence d’engouement pour le rapatriement volontaire des réfugiés encore traumatisés et craignant encore pour leur sécurité, ce qui était au départ un appel est devenu, une coercition de plus en plus forte. En Août 2017 le ministre tanzanien de l’intérieur Mr Miguzu Lamek CEMBA avait menacé de recourir à l’armée pour rapatrier les réfugiés burundais qui refusaient le retour volontaire.
3. En septembre 2017, dans son rapport intitulé « Se soumettre ou fuir. La répression et l’insécurité poussent les burundais à l’exil », l’organisation Amnesty International alertait déjà en écrivant : « Des milliers de réfugiés burundais font l’objet de pressions de plus en plus fortes visant à les inciter à rentrer dans leur pays, où ils risquent pourtant d’être tués ou plus généralement torturés ».
4. Ces derniers jours, la menace de rapatriement forcé se fait de plus en plus intense. La semaine dernière le Gouverneur de Kigoma, Mr Emmanuel MAGANGA, a mené une campagne dans les camps de réfugiés visant à forcer les exilés à rentrer au Burundi. Il a déclaré que les ONG qui assistent les réfugiés les incitent à refuser le rapatriement, et a interdit toute activité génératrice de revenus aux réfugiés burundais.
5. Un climat d’insécurité et de violations des droits de l’homme persistant. La situation politique, sécuritaire et des droits de l’homme ne s’est guère améliorée au Burundi. Elle tend même à se détériorer à l’approche des élections générales de 2020.
6. En Mars 2018, la commission d’enquête des Nations Unies dans son rapport notait que la situation des droits de l’homme dans le pays en 2018 était similaire à celle de 2017 (https://news.un.org). « Les opposants font l’objet d’arrestations et d’exécutions sommaires » précise la commission. Son président Mr Doudou DIENE, a dénoncé les arrestations et détentions arbitraires, les cas de torture, les disparitions et le non-respect du droit à un procès équitable. Le rôle de la milice Imbonerakure, des autorités administratives et politiques est particulièrement souligné dans le rapport. Dans son dernier rapport annuel l’organisation Human Rights Watch, revient sur les mêmes accusations.
7. En Avril 2018, l’Eglise catholique a dénoncé les contributions financières forcées aux élections générales de 2020 (https://.www.la-croix.com). La milice du pouvoir les imbonerakure appuyée par des autorités politiques et administratives usent de la violence (bastonnades, arrestations, emprisonnement, privation des services publics comme les soins de santé ou accès à des places de marchés, etc.) pour forcer les citoyens burundais assaillis par la misère de contribuer au financement des élections générales de 2020.

Appel au respect à l’humanisme et aux droits des réfugiés.

8. Depuis les nombreuses crises politiques qu’a connues le Burundi depuis 1965, la Tanzanie a toujours accordé l’exil à de centaines de milliers de burundais. Dans sa magnanimité, ce pays a accordé la nationalité tanzanienne à 162 000 burundais.
9. Le CNDD saisit cette occasion pour renouveler sa gratitude au peuple et à l’Etat tanzaniens pour ce sens élevé de l’humanisme et de solidarité entre les peuples africains.
10. Le CNDD demande au gouvernement et au peuple tanzanien de ne pas se lasser des réfugiés burundais et de garder leur légendaire sens de solidarité et d’humanisme à l’égard des peuples en détresse.
11. Le CNDD rappelle que la Tanzanie est signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés qui stipule à son article 33, alinéa 1 : «Aucun des Etats contractants n'expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. ». La Convention de 2009 de l’UA sur les réfugiés et les déplacés interdit également le rapatriement forcé des réfugiés en son article 5, alinéa 1 : «Le caractère essentiellement volontaire du rapatriement doit être respecté dans tous les cas et aucun réfugié ne peut être rapatrié contre son gré. »
12. Le CNDD est convaincu, que les réfugiés burundais rentreront massivement et volontairement dès que la paix et la sécurité seront de retour au Burundi.
13. Le CNDD demande à son Excellence le Président MAGUFULI d’user de sa grande autorité et de son aura pour exiger à son homologue burundais d’adhérer au processus de dialogue sans faux fuyant avec l’ensemble de l’opposition politique afin de trouver une solution définitive à la grave crise politique au Burundi.
14. Le CNDD, renouvelle ses remerciements aux Nations Unies et aux ONG qui apportent l’assistance à nos compatriotes exilés dans la Région des Grands Lacs et ailleurs, et leur demande de poursuivre ce noble travail humanitaire.
15. Le CNDD demande à l’Union Africaine, à l’Union Européenne, aux Nations Unies et aux organisations de défense des droits de l’homme d’intervenir auprès des autorités tanzaniennes afin qu’elles mettent fin à la campagne de pressions exercées sur les réfugiés burundais afin qu’ils soient contraints au rapatriement contre leur gré.

Fait à Bujumbura le 30 juillet 2018
Honorable Léonard NYANGOMA,
Président du parti CNDD.

]]>
DéclarationsWed, 01 Aug 2018 13:02:53 +0000
Appel Pour la paix et le développement en Afriquehttp://cndd-burundi.com/actualites/889-appel-paix-developpement-afrique http://cndd-burundi.com/actualites/889-appel-paix-developpement-afriqueAppel Pour la paix et le développement en Afrique

Dixième Congrès du Parti de gauche

Villejuif les 29-30 juin et 1er juillet 2018

Des partis politiques africains et le Parti de gauche réunis au sein de l’Alliance des Forces Progressistes africaines (AFPA) lancent à l’occasion du Congrès du Parti de gauche réuni les 29-30 juin et 1er juillet 2018 à Villejuif l’appel suivant pour la paix et le développement en Afrique :

Unissons nos efforts :

• Afin de libérer l’Afrique de tous ses dictateurs et mettre un terme aux guerres de la misère qui ravagent nos pays ;
• Afin de relancer un véritable chantier de construction des Etats Unis d’Afrique, la seule voie pour vaincre le néocolonialisme et conquérir une véritable indépendance économique, sociale et culturelle pour assurer un véritable développement de l’Afrique dans l’intérêt des peuples africains ;
• Afin d’exiger des processus électoraux démocratiques non frauduleux avec en particulier le respect du principe constitutionnel de limitation des mandats présidentiels ;
• Afin que justice soit rendue à tous les martyrs des guerres et victimes des conflits, que la vérité éclate sur les implications des puissances impérialistes et que tous les prisonniers politiques soient libérés avec le retour sécurisé de tous les exilés dans leurs pays.

Soyons solidaires pour :

• Dénoncer les ravages du capitalisme néocolonial sur les économies africaines et la crise du surendettement qui menace une quinzaine de pays ;
• Lutter contre les accaparements de terres et les expropriations des paysans ;
• Faire pression sur les institutions internationales pour plus de justice sociale et le respect de la souveraineté des Etats.
• Insister fortement sur des actions de solidarité concrètes avec les organisations progressistes en lutte.

Agissons ensemble pour :

• Inventer de nouveaux modes de lutte politique incluant la formation citoyenne et la promotion d’une démocratie participative
• Promouvoir l’éco-socialisme et retrouver la souveraineté monétaire
• Favoriser l’émancipation politique et culturelle de nos peuples et redonner à la femme et à la jeunesse toute leur place dans la société africaine.
• L’autonomie et l’émancipation économiques de la jeunesse africaine, sur les terres africaines, est l’unique solution contre l’immigration de masse des forces vives à travers la Méditerranée et le Sahel. En effet, paradoxalement, les dictateurs soutenus par l’Union Européenne sont les premiers freins à l’autonomie de la jeunesse en Afrique.

CNDD (BURUNDI) , CACDCA (RCA) , UFR-CB (CONGO) ,PCPI (RDC) , SADI (MALI) ANC TOGO , UNDR TCHAD , ANC CONGO B, CORED GUINEE EQUATORIALE, ACRA (Alliance Congolaise pour la Renaissance Africaine), MPN KK NIGER, PG.

l’union fait la force ! rejoignez nous !

]]>
ActualitésThu, 12 Jul 2018 08:53:16 +0000
Déclaration de la Commission Afrique au dixième Congrès du Parti de Gauchehttp://cndd-burundi.com/actualites/888-declaration-commission-afrique-congres-pgf http://cndd-burundi.com/actualites/888-declaration-commission-afrique-congres-pgfDéclaration de la Commission Afrique au dixième Congrès du Parti de Gauche

Villejuif le 01/07/18

Camarades !

Rappelons-nous tout d’abord que la politique africaine est essentielle pour la France car elle lui permet de garder son rang au Conseil de sécurité de l’ONU ; or cette politique africaine actuelle de la France se réduit :
À la défense des intérêts énergétiques liés notamment à l’industrie nucléaire, dont la sortie est l’une des conditions prévue à notre programme pour cesser de spolier ce continent ;

À une réponse militarisée au terrorisme, réponse inefficace et faisant risquer à nos armées un enlisement au Sahel ; nous assistons de façon générale à une militarisation de la relation France /pays d’Afrique, militarisation incarnée par Le Drian sous Hollande et sous Macron ;

À la « privatisation » du système françafricain au profit de quelques oligopoles dans les industries extractives, la logistique et les services ;

À des accords de libre-échange imposés par l’Europe qui sapent toute possibilité d’émergence d’une souveraineté économique des pays africains.

Cette politique, reprise à son compte par E. Macron, n’apporte aucun changement et conduit à soutenir des régimes spoliant les droits humains, tout en favorisant une émigration qui prive les pays de leur jeunesse. Nous rejetons cette politique au profit d’une politique de partenariat et de coopération qui permettrait seule à l’Afrique de trouver sa place dans le concert des nations.
Aussi dans nos déclarations, qui sont très diffusées dans les pays concernés et qui font parfois bouger les choses, nous dénonçons régulièrement :

  1. Les processus électoraux pervertis en particulier cette pratique répandue chez certains tyrans prédateurs visant à se maintenir au pouvoir à tout prix en ne respectant pas ou en manipulant leur propre Constitution nationale : c’est le cas en République Démocratique du Congo et au Congo Brazzaville ; dans ce dernier pays le changement constitutionnel s’est fait en octobre 2015 avec la bénédiction de Hollande et malgré les principes édictés aux sommets de la francophonie !
  2. Le soutien du gouvernement français à des dictateurs qui lui sont utiles dans sa politique d’implantation durable militaire et économique ; comment expliquer autrement le soutien affiché au dictateur Déby du Tchad dont les forces supplétives de l’armée française sont si utiles au Sahel ;
  3. Le soutien du gouvernement français à des dinosaures comme Biya au Cameroun ou à des familles de dictateurs comme les Gnassingbé au Togo ; nous saluons tout particulièrement le courage du peuple togolais qui proteste en marchant dans les rues des villes de tout le pays depuis maintenant août 2017 sans faiblir malgré la répression des forces de sécurité !
  4. L’indifférence du gouvernement français face à l’absence de volonté de réconciliation nationale de Ouattara en Côte d’Ivoire, à sa justice de vainqueurs, à son intransigeance vis-à-vis des opposants exilés ou retenus sur place ; nous avons une pensée pour Laurent Gbagbo injustement maintenu en détention à La Haye alors que le tribunal a reconnu que les preuves et témoignages contre lui font défaut ; nous avons une pensée pour son fils, le français Michel Gbagbo, à qui le régime interdit de sortir de Côte d’Ivoire.
  5. L’indifférence du gouvernement français face aux violations des droits de l’homme au Rwanda : emprisonnement arbitraire d’opposants politiques et massacres dans des camps de réfugiés.
    Nous soutenons :
  • La résistance gabonaise organisée autour du Président légitimement élu Jean Ping, même s’il n’est pas du même bord que nous !
  • La résistance de la société civile au Niger face à un régime en pleine crise d’autoritarisme !
  • La lutte politique déterminée de l’opposition burundaise du CNDD contre le régime mystico-ethniciste de Nkurunziza !
  • Le combat du seul vrai opposant équato-guinéen Raimundo Ela Nsang contre la dynastie Obiang et ses Biens Mal Acquis, c’est à dire volés au peuple !
  • Les combats des associations qui dénoncent souvent dans des conditions difficiles l’exploitation des matières premières minérales et agricoles ou encore la déforestation abusive, mais aussi les contrats léonins qui enrichissent quelques privilégiés sur le dos de leurs peuples.
  • Le combat de la Plateforme associative Assises Nationales du Congo, qui depuis 2014 mène une lutte sur tous les fronts pour la fin du système politique de Sassou Nguesso.
  • Le combat du peuple togolais pour une alternance politique pacifique en 2020.
  • Le combat de l’ensemble des forces de gauche au Mali et particulièrement du SADI comme le camarade Mohamed Diarra l’expliquera dans son intervention, contre l’interventionnisme militaire français.
    Alors pour conclure je ferai trois propositions :Nous devons continuer à apporter notre pierre au mouvement Afrique Insoumise mis en place lors de la dernière élection présidentielle afin de mobiliser les afro-descendants et de les informer de nos propositions en faveur de la souveraineté des peuples africains, comme la promotion d’un nouveau modèle de développement ou la restitution aux pays de la zone CFA de leur souveraineté monétaire, nos deux combats principaux pour les années qui viennent.
  • Nous devons enfin consolider notre Alliance des Forces Progressistes pour l’Afrique (AFPA), alliance constituée avec des représentants de partis d’une quinzaine de pays africains, afin de :
  • • propager les idées partagées : éco-socialisme et développement équilibré, souveraineté sécuritaire, monétaire et économique retrouvée
    • bâtir un réseau solide de militants solidaires et engagés dans un vrai processus panafricain d’émancipation des peuples
  • Nous devons, mes camarades du PG, approfondir notre réflexion sur la post-colonie et ses implications sur la vie de nos concitoyens en France même, sur le racisme structurel qui y règne comme un reliquat d’une histoire coloniale mal connue ou oblitérée.
]]>
ActualitésWed, 11 Jul 2018 18:05:57 +0000
RAPPORT DE L’ATELIER EN REUNION INTERNE DU PARTI CNDD ORGANISE PAR LE BLTP SUR LE DIALOGUE INTERPARTIS, LEADERSHIP ET COMMUNICATION POLITIQUEhttp://cndd-burundi.com/actualites/seminaires-conferences/887-atelier-parti-cndd http://cndd-burundi.com/actualites/seminaires-conferences/887-atelier-parti-cnddRAPPORT DE L’ATELIER EN REUNION INTERNE DU  PARTI CNDD ORGANISE PAR LE BLTP SUR LE DIALOGUE INTERPARTIS, LEADERSHIP ET COMMUNICATION POLITIQUE

En dates du 4 et 5 juin 2018, s’est tenu dans les enceintes du Grand Séminaire Jean Paul II de GITEGA, un atelier interne au parti CNDD autour du thème : « Dialogue interpartis, leadership et communication politique ».Ledit atelier a été organisé par le BLTP (Burundi Leadership Training Program) à l’intention de 25 militants du Parti CNDD, à raison d’un représentant de chacune des 18 provinces que compte le pays, de 3 représentants la direction du parti, de 2 représentants respectivement des mouvements fédérés des jeunes et des femmes.

De l’ouverture de l’atelier

Sous la facilitation du Secrétaire Général-Adjoint du parti CNDD, et point focal du CNDD au sein du BLTP du nom de Camarade NIZIGAMA Gratien, on a procédé à l’ouverture solennelle des activités de l’atelier. Le premier à prendre la parole fut le Camarade KOBAKO Gaspard qui a représenté le parti et le Président du Parti CNDD qui était empêché à ces assises.

Il a d’abord remercié le BLTP pour ses appuis multiformes pour le renforcement de la démocratie interne et l’échange d’expérience avec les autres partis politiques. Il a ensuite recommandé aux camarades participants à ses assises, de bien répercuter les acquis de l’atelier aux bas échelons. Il a enfin suggéré du BLTP que de tels appuis soient étendus jusqu’ à un niveau plus inférieur.

Le deuxième à prendre la parole, a été Monsieur l’Ambassadeur Aloys MBONAYO, représentant du coordonnateur du BLTP qui était lui aussi empêché. Il a en premier lieu souhaité la bienvenue à ces assises, tout en souhaitant aux participants d’être les vecteurs infatigables du dialogue dans les familles, dans le parti politique, et dans le pays. Il a encore demandé aux participants de jeter un regard sur la qualité de la communication interne et externe du parti CNDD. Son grand souhait était que cette réflexion renforce le parti et améliore son organisation et la démocratie interne. Il a ajouté que l’ambition légitime de tout parti politique est d’accéder au pouvoir, et le choix porté par le BLTP d’accompagner les partis politiques est un choix délibéré car les partis politiques jouent un rôle important dans le pays.

Il s’est posé la question de savoir si un parti politique qui n’a pas de culture de démocratie interne et de tolérance, peut de gérer un pays ? Avant de clore son allocution, il a remercié le Ministère de l’intérieur et de la formation patriotique et du développement local pour son accompagnement à l’endroit du BLTP à travers ses activités, et a souhaité que cette collaboration puisse continuer.

Il a aussi remercié le NIMD pour son soutien technique et financier aux activités réalisées par le BLTP. Il n’a pas oublié de réitérer ses remerciements à l’endroit du parti CNDD qui a accepté l’invitation, mais aussi aux participants, qui malgré leurs multiples préoccupations, ont accepté de participer à ces assises. Il a enfin suggéré aux participants que le bagage qui allait être tiré de la formation ne sois perdu, qu’il soit plutôt utile au pays, dans les familles et dans le parti.

En troisième lieu, c’était le tour du Représentant du Ministère de l’intérieur, de la formation patriotique et du développement local, à prononcer son allocution, qui, au nom du Ministre et en son propre nom a remercié le BLTP pour le renforcement des capacités des partis politiques, ce qui est très apprécié à voir comment sont organisés les partis et le pas franchi dans la collaboration entre les partis politiques. « On ne croyait pas jusqu’aujourd’hui que les partis politiques puissent collaborer » a-t-elle ajouté.

Le Représentant du Ministère de l’intérieur, de la formation patriotique et du développement local a donc promis que le Ministère allait continuer à accompagner le BLTP dans ses missions.
Il a enfin recommandé aux participants de porter à la base les enseignements qui allaient être dispensés, pour qu’ils soient utiles dans les familles, dans les partis politiques et dans le pays.

Enfin de compte il a invité les participants de faire un échange d’expériences.
C’est sur ces mots qu’elle a déclaré ouverts les activités de l’atelier.
Déroulement de l’atelier

Activité no 1 : Choix des amis inconnus
Activité no 2 : Pré-test
Activité no 3 : Présentation des objectifs
Activité no4 : Expression des attentes de l’atelier

Les attentes exprimées par les participants:

Nuance entre dialogue et négociation
Manière de la communication et processus d’obtenir un bon leadership ;
Maitrise le processus du dialogue ;
Savoir les caractéristiques d’un bon leadership ;
Les types de la communication
Techniques adéquates pour aboutir à un consensus ;
L’intérêt de recourir à un facilitateur et ses limites.

Activité no 5 : Pause
Activité no 6 : Brise-glace no1
Activité no 7 : Sous thème 1 : Définition des concepts dialogue et parti politique


a) Selon les participants:
Dialogue : le dialogue est un échange, un consensus, un compromis. Le dialogue est un processus, peut être interne ou interpartis.
Le dialogue est un échange d’idées, en vue de trouver un consensus, un compromis, sur les questions auxquelles ils ont des points de vue différents.
Le parti politique :
Association des personnes qui travaillent ensemble pour la conquête du pouvoir.

b) Selon l’IDEA: Dialogue est un processus au cours duquel deux personnes ou plus discutent et échangent des idées afin de résoudre des problèmes
Le plus souvent associé à un échange ouvert, d’information, l’échange d’expériences et de perspectives et la découverte de la position d’autres parties.

Dialogue entre partis:

- Est un espace protégé où politiciens et partis peuvent :
se rencontrer et interagir ;
Décompresser dans un environnement contrôlé ;
Entretiennent des relations pour construire une confiance mutuelle ;
Définir, négocier, et adopter un programme de réformes (politique).

Différentes formes de coopération entre partis politiques:

Groupe parlementaire : groupe de députés du même parti, Supposés égaux. Leadership disciplinaire souvent requis. Prise de décision par vote en dernier ressort ;

Commission parlementaire (permanente ou provisoire) : petit groupe de parlementaires de différents partis à qui le parlement confie le pouvoir de décider ou de formuler des recommandations sur les questions politiques , de législation ou le travail et les dépenses du gouvernement . Prise de décision, (bien que le vote soit souvent réservé à la plénière, et que la commission le plus souvent « prépare » ;

Caucus parlementaire : organisation des députés de différents partis partageant des intérêts communs afin de tenter d’influencer la vie politique sur des questions spécifiques. Ces instances sont souvent transversales aux partis, n’ont pas de statuts formels. Davantage une question de se mettre d’accord que de décider. Rarement par vote ;

Assemblée constituante : représentants de partis (élus directement ou indirectement via leurs partis) négociant une nouvelle constitution. Décision prise par accord consensuel si possible et, en fin de compte par vote. Dans la plus part des cas, majorité des 2⁄3 est requise ;


(Grande)coalition de partis politiques   : implique deux partis politiques ou plus qui forment un gouvernement : alliance forgée dans la phase pré-électorale ou après une élection. Peut-être une collaboration ad hoc pour gagner un vote particulier .Décision l’unanimité /par consensus/ vote ;

Dialogue institutionnalisée entre partis (CMD ») : dialogue à long terme entre partis politiques à travers l’ensemble du paysage politique, souvent centré sur des questions d’intérêts communs comme les institutions. Décision par consensus ;

Dialogue informel entre les partis : tout type de dialogue entre deux ou davantage de politiciens de différents partis politiques sous forme non structurée et sans mécanisme organisationnel. Pas de décision mais plutôt un échange d’idées afin de s’influencer mutuellement.

Objectifs du dialogue entre partis:

Instauration de confiance entre partis ;
Créer les conditions pour une compréhension du point de vue de l’autre ;
Organiser un agenda commun de poursuite de réforme démocratique.

Qu’est un consensus?

Le consensus est un état d’esprit. CANE le définit comme « un accord général /large au sein d’un groupe » ; ou
L’atteinte d’une solution gagnant- gagnant, répond au mieux aux inquiétudes de toutes les parties (pertinentes).

Vous avez atteint un consensus lorsque : Vous comprenez que la plupart de ceux qui sont assis à la table, veulent/ proposent de faire ;

Même si vous aimeriez faire autrement, vous n’avez pas de problèmes avec l’opinion du groupe comme alternative acceptable ;
Vous avez eu suffisamment d’opportunité de convaincre les autres de votre point de vue ;
Vous êtes prêts à soutenir la décision du groupe car elle le résultat d’un processus équitable.

Consensus /compromis

Compromis

Recherche d’une solution qui satisfait partiellement les partis concernés ;
Ni gagnant, ni perdant ;
Solution généralement provisoire ;
Génère typiquement des insatisfactions de toutes les parties concernées à moyen et long terme.

Consensus

L’atteinte d’une solution win win qui répond au mieux aux inquiétudes des deux parties ;
Cela ne signifie pas que la solution est le premier choix de chacun des partis ;
Parfois, il se limite à la constatation de l’analyse du problème, un horizon commun ou les étapes d’un processus, mais une solution sur le fond.

Consensus /unanimité

Unanimité : accord explicite de tous les partis, normalement via un vote
Consensus : entente sur un accord global qui se rapproche le plus près possible des intérêts de chacun des partis

Pourquoi rechercher le consensus?

Questions multiples et complexes dans lesquelles chaque parti a des intérêts.
Désaccords fondamentaux sur la manière dont ces problèmes doivent être abordés et/ résolus.
Plus de participants → plus crédible → plus de confiance. Les efforts unilatéraux des deux partis pour résoudre les problèmes n’ont pas abouti à une solution satisfaisante.
Parce qu’en fin de compte, chaque parti est libre : aucun ne lui impose une décision. Il n’y a donc rien à perdre.
Au pire, une dose de confiance et de meilleures relations entre les partis est la seule issue au processus.

Activité n o 8 : Travaux de groupe

Etude d’un cas : Scénario de TIHAI : partis pertinents autour de la table grâce à des critères transparents.
La République de TIHAI est politiquement très fragmentée. Il existe environ 110 partis politiques enregistrés, reflétant la diversité des groupes et la diversité géographique présente dans le pays. Moins de 15 de ces partis sont représentés au parlement. Au moins 50 n’existent que sur papier ou n’apparaissent que durant lors des élections nationales.
Le pays sort d’un conflit violent basé sur des oppositions ethniques caractérisées par la lutte de groupes rebelles prétendant se battre durant des décennies pour les droits de certains groupes ethniques dans l’Est du pays. La situation a été aggravée au cours des années par des intérêts publics et privés extérieurs exploitant les vastes ressources naturelles du TIHAI .Certains des principaux partis politiques( dans l’opposition) sont considérés comme favorables à ces groupes rebelles et donc considérés comme des menaces à la sécurité de l’Etat par le parti au pouvoir. Les relations entre le parti au pouvoir et les principaux partis d’opposition sont tendues et très polarisées.

La commission d’enregistrement des partis politiques( CEPP) , l’entité responsable de surveiller que les partis politiques exercent leurs activités dans le cadre de la loi, recherche »un processus gérable ».Elle dispose d’un petit budget pour inviter quelques partis , notamment ceux qui sont cruciaux pour consolider la paix, afin de lancer un processus de dialogues entre les partis et discuter de réformes importantes dans le pays. Le budget ne couvre que la participation de 10 partis au plus.

Questions à discuter:

Q1.Quels sont les critères que la CEPP doit utiliser pour identifier les 10 partis à inviter au processus de dialogue entre les partis?
Q2. Les autres partis peuvent-ils avoir un rôle/contribuer au processus de dialogue, même s’ils ne siègent pas directement à la table de discussion ? Si oui, comment ? Si non pourquoi ?

Groupe I

Les critères

Identification des partis ou groupes prenants qui sont en conflit
Classement des partis en deux groupes (partis au pouvoir et partis d’opposition)
Envoie de cinq représentants par groupes ci- haut cités
Oui, on utilise les écrits.

Groupe II

1. Les critères sont :

Partis de la mouvance (4)
Partis de l’opposition faisant partie du parlement (3)
Partis qui apparaissent lors des élections seulement (2)
Le reste des partis soit, 45, envoie un représentant.

2. Oui ; Après s’être consultés, les autres partis contribuent au processus de dialogue par la voie de leur représentant consensuel.

Groupe III

Les critères

Favoriser la création des groupes ayant presque les mêmes visions politiques/intérêts
Amener les coalitions formées à se choisir des partis qui vont se mettre autour de la table de dialogue (dans la limite des 10)
Demander aux coalitions formées d’établir et de proposer un agenda provisoire
Oui, parce que :
Le dialogue doit être inclusif
Ils seront représentés indirectement via leurs représentants choisis
Ils seront tous amenés à un feedback durant tout le processus.

(Fin première journée : 17h48).

Clin d’œil du représentant du coordinateur du BLTP: « il y a des gens qui n’ont pas ouvert leur bouche, ce qui n’est pas bon pour une personne qui a des ambitions politiques ».

Présentation du sous thème II : LA COMMUNINICATION
Le thème a été présenté par le Co facilitateur de l’atelier du nom de Camarade NSHIMIRIMANA Godebert.

Les caractéristiques de la communication
la sélection,
la réduction ;
l’accentuation (ce qui ne me touche pas ne m’accroche pas de la même façon suivant l’instance faite),
l’interprétation (le message reçu a un sens donné pour moi) et la déformation (une information donnée n’est le message de départ après circulation).
Trois approches de communication sont possibles :
La communication peut être unilatérale
Interactive ou
Transactionnelle.

Formes de communication

La communication à sens unique

Il s’agit d’une communication unilatérale illustrée notamment par un ordre ou injonction édictée.
La communication à sens double
Cette communication est interactive ou même transactionnelle dans le cadre par exemple d’une discussion voire une négociation qui rend possible la relation entre les deux interlocuteurs.
Deux types de communications

La communication violente

Une communication violente est celle qui blesse ou fait du tort et contient des signes d’agressivité à l’égard de l’autre partie.
Le langage violent appelé langage chacal, est basé sur la domination, utilise des formes de violence (insulte, menace), cherche à convaincre, utilise des formes de

La communication non violente

La communication non violente qui utilise un langage non violent appelé aussi langage girafe déploie quatre étapes :
Observation des faits de façon neutre
Expression des sentiments ;
Reconnaissance des besoins
Formulation d’une demande claire.
Points clés sur la communication
Une bonne communication favorise le développement des relations ;
La clé de voûte de cette entreprise est la communication qui, au-delà d’être non violente doit être active ;

Toute communication revient à un transfert d’informations, d’idées, de sentiments et d’attitudes selon le schéma classique suivant :
Emetteur → récepteur→ canal de communication par un code/ langage
La communication peut s’effectuer dans un sens unique ou alors dans les deux sens (Emetteur- récepteur).

Communication politique

La communication politique dépend de l’activité en cours. Elle doit être aussi efficace pour ne pas semer la confusion entre les membres.
Exemple, lors d’une campagne électorale.
Comme toute communication s’accompagne par des objectifs, la communication politique doit l’être davantage. L’important est de savoir quels outils à utiliser pour que les objectifs soient atteints.
Exemples : les messages, les dépliants, le médias, les réunions et propagandes.

Communication interne et externe

Communication interne

Non seulement que les responsables des différents organes du parti doivent être au courant de la vie actualisée de leur organisation, les membres ont aussi droit d’avoir des informations précises mais aussi en contrepartie doivent chacun dans ce qui lui concerne donner rapport aux structures concernées ou intéressées (communication verticale et horizontale).

Communication externe

La communication externe est aussi importante en vue de renforcer les bonnes relations entre les parties prenantes mais aussi pouvoir trouver solution à un problème posé.
La bonne communication externe contribue aussi à éviter qu’un conflit interpartis perdure (dynamique et gestion des conflits).

Place des femmes et des jeunes dans les partis politiques

Les femmes comme les jeunes doivent s’impliquer dans toute activité politique. C’est une attitude qu’il faut renforcer et encourager surtout que dans notre pays les jeunes et les femmes totalisent un effectif important dans la population burundaise.
Une fois que leur participation politique sera effective, c’est une réussite pour leur organisation politique et surtout une façon de se positionner dans les échéances électorales.

Activité n o 5 : TRAVAUX DE GROUPES

QUESTIONS DE GROUPE

Quelle doit être la forme d’une bonne communication politique ?
Quels sont les avantages de la communication non violente ?

Réponses proposées

Groupe I.

Elle favorise une bonne relation ;
Elle donne une liberté de d’exprimer ;
Ses résultats sont favorables ;
Elle crée un climat d’ambiance.

Groupe II.

Non agressivité entre les membres (à l’interne) d’un parti et crée de bonnes relations avec les autres partis ;
Elle favorise l’écoute active ;
Elle favorise aussi la bonne transmission et le feedback du message ;
Elle contribue à la résolution pacifique des conflits ;
Elle permet d’aboutir à un consensus.

Groupe III.

Q2. Les avantages de la communication non violente sont :
Aboutir à l’objectif visé
Améliorer et réparer les relations
Restaurer la confiance.

Activité no6 :

Sous thème III : Leadership, leader, types de leadership, et typologie des partis politique
Qu’est un leader ?

Leader au sommet d’une association ;
Représentant d’un groupe / association ;
Forte personnalité qui se sacrifie du bien commun ;
Personne proactive

Principes d’un leader

La dominance de la personnalité : est une façon de comprendre le leadership comme une qualité personnelle ou une caractéristique de certaines personnes appelées leader. Ce principe presume que :
Le leadership est quelque chose qu'une personne possède.
Le leadership est une expression de cette caractéristique ou qualité possédée personnellement.
Les leaders guident parce que les suiveurs sont convaincus de la vérité et de la réalité de leur leadership.

L'influence interpersonnelle : est une façon de comprendre que le leadership se manifeste quand un groupe de personnes s'accordent et s'opposent, s'allient et s'affrontent, sont d'accord et se querellent, planifient et négocient jusqu'à ce que quelqu'un émerge comme la personne la plus influente et donc, revendique le rôle de leader
Les traits d’un leadership
Un bon leader est une personne intègre avec des traits de personnalité exemplaires. Il est de la plus grande importance qu'un leader inspire confiance pour mener les autres. Un leader doit être vu comme quelqu'un qui vit sa vie guidé par des principes tels que l'honnêteté et l'intégrité.

Un bon leader est enthousiaste quant à son travail ou sa cause et quant à son rôle de leader. Les gens réagiront plus positivement à une personne qui affiche passion et engagement. Les leaders doivent être source d'inspiration et motivateurs en faveur de l'action ou de la cause.

Un bon leader est assuré afin de diriger et de fixer la direction à suivre, un leader a besoin d'être assuré dans sa personne et dans son rôle de direction. Un leader qui inspire la confiance vers l'objectif défini suscite les meilleurs efforts de la part de son équipe.

Un leader doit aussi réagir de manière ordonnée et ciblée dans les situations incertaines. Les gens se tournent vers le leader dans les périodes d'incertitude et de méconnaissance. Ils sont rassurés et se sentent en sécurité quand le leader a une attitude positive inspirant la confiance.
Les bons leaders acceptent l'ambiguïté et restent calmes, composés et inébranlables face au but. Les colères, émotions et crises vont et passent, et un bon leader les traverse comme une partie du voyage en gardant la tête froide.
Un bon leader a une pensée analytique mais garde son objectif principal en point de mire. Un bon leader voit une situation dans son ensemble, mais il est aussi capable de la diviser en différents éléments pour l'analyser plus en détail.
Un bon leader vise l'excellence. Un bon leader maintient non seulement des normes élevées mais il adapte pro activement la hauteur de la barre pour obtenir l'excellence dans tous les domaines.

Ces sept traits de personnalité sont fondamentaux pour un bon leadership. Tandis que certaines personnes ont ces qualités naturellement, il est aussi possible de les développer et de les renforcer avec le temps. Un bon leader, qu'il possède ces qualités naturellement ou non, fera en sorte de les développer et de les renforcer systématiquement dans son rôle de leader.

Les types de partis

Les partis programmatiques basent leurs actions sur des programmes spécifiques du parti. Ils mobilisent les votants autour des clivages et enjeux sociaux qui trouvent une articulation explicite dans leurs plateformes. Les objectifs et propositions de politiques proposés dans ces plateformes tirent leur contenu d'un certain ensemble de valeurs idéologiques (telles que conservatrice, libérale, socialiste, communiste ou religieuse) sur lesquelles le parti se nourrit et se développe.

Les partis charismatiques sont définis par le leadership d'une personne charismatique. Ils privent leurs électeurs des choix programmatiques. La politique est réduite à une dimension personnelle et le choix programmatique est réduit à une simple acclamation du leader charismatique. Les votants ne peuvent ni anticiper ni influencer les résultats politiques de leurs décisions. Sans aucun doute, une telle acclamation dépourvue de choix.

Les partis clientélistes : officiellement, ils agissent comme s'ils étaient régis par les règles de jeux et comme s'ils les respectaient. Au cours des campagnes électorales, par exemple, ils prétendent souhaiter la production de biens collectifs. En fait, ils apportent des faveurs personnelles, des avantages destinés à leurs partisans et des services pour leur clientèle la plus favorable. Ils violent aussi les principes démocratiques fondamentaux et ainsi, freinent la légitimation de tout régime démocratique.

Les trois types de parti, programmatique, charismatique et clientéliste, sont des types théoriques-parfaits. Malgré le fait que les partis actuels sont toujours une forme hybride de deux ou plus de ces trois types, nous trouvons une corrélation entre le degré d'adhésion d'un parti à un programme particulier et sa et sa contribution à la stabilité démocratique.

Activité no7 : TRAVAUX DE GROUPES

Questions de groupes
1. Quel type de leadership existe-t-il au sein du parti CNDD ?
2. Les hommes font de bons leaders plus que les femmes. Expliquer.
Groupe I.
Q1.a) Dialogue relationnel
b) Parti programmatique
Q2.En général les hommes, les hommes font de bon leader plus que les femmes.
Groupe II.
Q1.- Type de parti est : programmatique
Type de leader est : influence interpersonnel
Q2. Naturellement les hommes maitrisent les émotions plus que les femmes. La plus part des sociétés de par le monde engendre des leaders hommes.
Activité n o 8 : Evaluation finale de l’atelier
Activité n o 9 : Test post formation
Activité n o 10 : Déclaration des amis inconnus

RECOMMANDATIONS

-Au BLTP, de multiplier les formations pour les différents organes du parti, de diversifier les thèmes, de multiplier les frais de déplacement, de disponibiliser la sonorisation;

-Au parti  CNDD de:

-se baser sur les enseignements tels que reçus au cours de l’atelier

-suivre les recommandations du BLTP

-multiplier les descentes sur terrain et de bien collaborer avec les autres partis
-continuer à se préoccuper de ses militants
-aider les participants pour transmettre les connaissances acquises au terme de la formation
-multiplier les échanges
-renforcer le dialogue
-faire un feedback de la formation


Aux autres partis de:

-cohabiter avec les autres partis

-se respecter mutuellement
-instaurer la culture démocratique
-éviter la communication violente
-construire des alliances
-renforcer le dialogue et la communication interne et externe

De la clôture de l’atelier

Suite aux raisons inattendues à l’endroit du Représentant du Ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, on a dû procéder à la clôture solennelle de l’activité, avant la fin totale des activités programmées. Le Représentant du parti et en même temps Représentants le Président du Parti CNDD à ces assises, a encore une fois de plus réitérer ses remerciements à l’endroit du BLTP qui ne cesse d’œuvrer auprès des partis politiques et de plus particulièrement du CNDD, et a salué l’activité qui venait d’être effectué.

Quant au Représentant du coordonnateur du BLTP, il a exprimé ses souhaits que cette formation qui venait d’être dispensée, renforcer le parti CNDD à l’endroit duquel elle était destinée. Il a aussi souhaité qu’il y ait un cadre de restitution des connaissances acquises, et a demandé au Ministère de toujours permettre la bonne répercussion des connaissances acquises. En, terminant, il a fait savoir qu’il était heureux de voir que cet atelier était organisé en présence des hauts cadres du parti, ce qui a, sans doute permis un échange et un partage de vision.

Enfin, c’était le tour de Mme le Représentant du Ministère à prononcer son allocution de clôture, où elle a remercié les facilitateurs de l’atelier pour les enseignements qu’ils venaient de dispensés. Elle a aussi remercié les participants pour leur aimable écoute et suivi de la formation, et a constatait que les connaissances semblaient biens assimilées. Elle a ajouté que le CNDD est un parti qui est implanté au niveau de tout le pays, et a demandé à cet effet au parti et aux participants d’aller diffuser les acquis de la formation jusqu’à la base.

Elle a souhaité au CNDD une ferme détermination, « un militant du CNDD qui vient de bénéficier de telle formation, ne peut pas entrer au CNDD-FDD ou à l’UPRONA », a-t-elle ajouté. Elle a fin rappelé que le pays approche un rendez politique important en 2020, et a fait savoir qu’il est obligatoire que le CNDD ait une place et un mot à dire en tant que parti respectueux.

On pourrait toujours se rencontrer si les occasions se présentent, on a développé déjà des amitiés a-t-elle conclu en terminant son allocution. Que Dieu vous garde!

C’est sur ces mots qu’elle a déclaré clôturé l’atelier de deux jours qui venait d’être organisé à l’endroit de 25 militants du parti CNDD venus de tout le pays.

]]>
Séminaires et conférencesFri, 06 Jul 2018 11:45:30 +0000
Ijambo Leonardo Nyangoma, umukuru wa CNDD, ashikirije Abarundi kuri iyi sabukuru igira 56 Uburundi bwikukiyehttp://cndd-burundi.com/actualites/declarations/886-ijambo-nyangoma-sabukuru-56-uburundi-bwikukiye http://cndd-burundi.com/actualites/declarations/886-ijambo-nyangoma-sabukuru-56-uburundi-bwikukiyeIjambo Leonardo Nyangoma, umukuru wa CNDD, ashikirije Abarundi  kuri iyi sabukuru igira 56 Uburundi bwikukiye

Barundi,
Barundikazi,
Bagumyabanga ba CNDD,

Ndabaramukije amahoro, Iteka n’iterambere

1. Uno munsi turamutse duhimbaza isabukuru, twibuka imyaka 56 Uburundi bwikukiye kw’igenekerezo ryo ku wa mbere Mukakaro 1962. Kuri uyo munsi twama twibukanije insiguro y’iryo jambo kwikukira kugira dusuzume intambwe igihugu cacu giteyeko mu kwikukira, mu kugendera intahe y'ubwigenge n'ingaruka nziza bijana.

2. Twosubira kwibutsa gatoya yuko, co kimwe n’ibihugu nka vyose vyo muri Afrika, imbere y’umuzo w’abazungu, Uburundi bwari bufise intahe yuzuye yo kwigenga. Muti gute ? Uburundi cari igihugu ciyubashe, gifise imbibe. Intwaro ya cami yari itunganijwe kuva hasi gushika hejuru. Intwaro yari ifise ingabo z'umwami zakingira imbibe z'igihugu. Abarundi baragwanye n'inteko zitandukanye zo hanze kandi barazitsinze. Kuri Ntare Rugamba baratsinze aba Zulu bateye Uburundi bavuye hanze muri Afirika y'epfo. Mwezi Gisabo yaragwanije Abarabu ba Rumariza bari baje kugira abaja Abarundi arabatsinda.Yaragwanije Abadagi, ariko kubera bari bafise ibigwanisho bicira umuriro bikaze cane baratsinze ingabo z'Uburundi za Mwezi Gisabo, inyuma y'ingwano yamaze hafi imyaka umunani. Ni ho havuye « Amasezerano » yitiriwe aya « Kiganda »yateweko igikumu ku wa 06/06/1903 aho i Kiganda nyene.

3. Abarundi bari batunzwe n'uburimyi n'ubworozi. Bararima bakimbura amahonda, imyumbati, ibijumbu vyinshi, ibigori, inumpu, ibiharage, ubwishaza, amatugu, impande, inkore, amasaka, uburo , ibitoke, intengwa, imyungu, imihiti, n'ibindi vyinshi vyagaburira igihugu inzara kikabaza. Ababishoboye, mu ntara zimwezimwe, barubakira imigina bakaraza utunyabobo n'iswa, kandi yari imfungurwa ngirakamaro ku magara y'abantu. Barorora inka, impene n'intama, inkoko n'ibindi bitungwa. Rimwe na rimwe haraba inzara yatewe n’uko imvura yataze, yaguye nabicanke inzige zahitanye imirima zikayirigita.

4. Uretse kurima no kworora, Abarundi bari batunzwe n'imyuga, bari bafise inganda maze bagahingura ibikoresho bakeneye: isuka, imihoro, ibikutso, ivyakunze, impuzu, uburiri baryamako, intebe, imiti yabo ni iyo ibikoko…

5. Ndetse Uburundi bwari bufise, umuco ushinze imizi kure cane iyo ba sokuru bamuka: hari hategekanijwe n'umunsi mukuru w'uburimyi mu mpera z'ukwezi kwa Kigarama wari rutura wahuza Abarundi bose ku kirimba, ari munsi w’umuganuro kandi wari ufise ihangiro rihambaye.

6. Ku vyerekeye intwaro, umwami ari we sebarundi ntiyashobora gufata ingingo atumvirije abashingantahe n'abahanuzi biwe. Kandi n’iyo agize amakosa, abashingantahe barashobora kumubogoza akabumvira ; bakamusaba kwiha ubuki iyo binaniranye, kandi akabigirana iteka n'ukwihebera igihugu ciwe. Ubutungane ico gihe bwarakora neza gusumba ubw’ubu, abashingantahe ni bo buzuriza abatase, kuva ku ntahe yo ku mugina gushika ibwami.

7. Abarundi bari bafise imico kama yabo, ururimi rwabo, intambo n'imvyino zabo zaranga Uburundi mbere n’ukuntu basenga Imana yabo batarinze kuvyigishwa na kavamahanga !

8. Umutima wo gukunda igihugu n'ubumwe vyariho, kuko hagize abatera Uburundi bavuye hanze, ingabo z'umwami zarahaguruka zikamugwanya. Gushika kure hambere, aho iyo amatwi bidusumira, nta mushakashatsi n'umwe, aravuga ko ico gihe hoba harigeze haduka, ingwano zifatiye ku moko y'Abahutu n'Abatutsi, canke ku yindi mirwi nk'imiryango n'ibindi. Kanatsinda bavuga ko umwami ata bwoko yerekana ko yegamiye, yari hejuru y'amoko.

9. Ariko rero ntawobideha, hariho n'ibikorwa bigayitse ndetse bibi intwaro yakorera abanyagihugu: kunyaga, kwangaza, gukumira imigwi imwe imwe, canke kugomerera ku muntu no kumushingamwo icumu mu gihe co kwimika umwami, n'ibindi. Abanyagihugu benshi nta matongo bari biganziye, bari abagererwa...

Intwaro za Gikoroni.

10. Intwaro za gikoroni, mu Burundi no mu bindi bihugu vyo muri Afrika zarasubije cane inyuma ubwigenge n’ubutunzi bw’ibihugu vyacu. Zaratwambuye ubuzima bw’abantu benshi bagandaguwe kubera biyamirije ako kagaye ko kurya imitsi abanyagihugu. Abahinga babizi bavuga yuko abanyafrika barenga imiriyoni ijana bahasize ubuzima bwabo, ivyo bikaba biri mu bikurubikuru, vyatumye iterambere rya Afrika rizingama, gushika no muri ibi bihe. Kuko burya, abarundi barayamaze bati, Itunga ni abantu. Izo ntwaro zaratwambuye ubwira n’ubuhinga Abarundi bari bazi, nko kwihingurira ibikoresho dukeneye, mu burimyi canke mu vy’ubworozi. Zaratwambuye imico kama yacu , ubumwe bwacu, mu guteranya amoko yahora yibanira ata wandya wangura .Zaratwambuye ukwiyemera, ku buryo n’ubu Abarundi, co kimwe n'Abanyafrika benshi, uhereye ku bize batiyemera, aho usanga ngo umuzungu atabonetse nta na kimwe twishoboreye. Ahandi na ho, bakinuba ibidandazwa bihinguriwe iwacu, kuvuga no gukoresha indi zacu kavukire, n'ibindi. Muribuka ingene ibitenge, canke impuzu zihinguriwe muri COTEBU vyari akaroruhore, ariko hari Abarundi wasanga babigaya, ucambaye bakavuga ngo yambaye COTEBU , bagaca bahurumbira ibivuye hanze. Ico twomenya tugatahura, izo ntwaro za gikoroni ntizari zizanywe no kuduteza imbere, zazanywe no kurondera amasoko abanyemari bazo bashoramwo ivyo bahinguriye iwabo, hamwe na canecane kurondera ubutaka, n'ibindi bikoresho amahinguriro yabo yari ahejeje kuvuka akeneye. Ico cari cazanye abazungu co kuyora, no gusahura amatungo y’ibihugu vyo muri Afrika, kandi ivyo basahuye n’ubu bakiriko, ni vyo vyatumye ubutunzi bw’ibihugu vyabo buzamuka ningoga gushika n'ubu. Ikindi cabazanye kwari kurondera abakozi ba gusa, bamwe bakabagira abaja, bakabafata, bakabadandaza muri Amerika n'ahandi, abandi bakabarimira amatongo banyaze abanyagihugu, maze ntibabahembe canke bakabahemba intica ntikize. Abakoroni rero ntibazanywe n’urukundo canke no kuduteza imbere, habe na mba; bazanywe no kurondera amaronko n’imari z’ibihugu vyabo.

Intahe yo kwikukira :

11. Uretse Hayiti na Liberiya (iki co kimwe na Ethiopia ntivyigeze ubukoroni nk'ubu turiko turavuga) kuva mu myaka ishira 1960, ni ho ibihugu vyinshi vyo kw’isi vyari bikandamijwe, canecane muri Aziya eka no muri Afrika vyikukira. Bimwe muri ivyo, vyabanje gufata umuheto. Twovuga nka Algeria, Zimbabwe, Angola, Viet Nam…. Ibindi na vyo, vyararonse intahe yo kwikukira bitabanje gufata umuheto. Ariko kwari ukubera igitsure ca ONU, ubukerebutsi bw'abanyagihugu batanguye kwihagararako banka ubukoroni, n’uko kandi ibihugu vy’abakoroni vyatinya ingwano. Ibihugu biri mu vya mbere vyikukiye, ni nka Misiri na Ghana. Vyarafashije cane ibindi vyariko biraharanira ukwikukira, n'Uburundi burimwo.

12. Nkuko tubizi, Uburundi rero bwikukiye kw’igenekerezo ryo ku wa mbere Mukakaro 1962. Ni co gituma mubona twama twibuka uyo munsi uhambaye. Inyuma yaho, ibihugu nka vyose bimaze kwikukira muri Afrika, harakozwe ibitari bike. Abana benshi barashoboye kuja mu mashure, harimwo n'abo mu miryango itishoboye (kare ubukoroni bwigisha, nko muri Butare - Astrida- mu Rwanda, abari ku rushi kandi batowe mu miryango y'ubwami n'iyindi mikeya itonye !) ; harabaye iterambere mu vy’ubuvuzi, impfu z'inzoya zivutse canke abakenyezi mu gutanga ubuzima, eka muri rwinshi ziragabanuka ku rugero runiniya.

13. Ariko, iyo ntahe y’ukwikukira ntiyaramye cane, kubera ubwa mbere hoho twikukiye dufise abize bake cane, abafundi canke abahinga bari ku rushi; ukuyemwo abanyamadini, u Burundi, nta bantu bashika batanu bari baramaze kaminuza. Ikigira kabiri, intwari zagiye abandi imbere, mu rugamba rw’uguhabuza ibihugu vyabo zaragandaguwe, abo batagandaguye barababuragije canke barabata mu mvuto. Twovuga nk’umuganwa Rudoviko Rwagasore iwacu (hamwe n'abo bafadikanije nka Mirerekano Paulo...), Patrice Lumumba i Kongo, Amilcar Cabral muri Guinée-Bissau, Sylvanus Olympio muri Togo, Umnyobe muri Cameroun, Sankara wa Burkina Faso, Khadafi wa Libia. Mandela bamutaye mu mvuto imyaka 27, Sekou Toure wa Guinée Conakry bamuhariye ivomo, ubutunzi bw’igihugu ca Guinée buratabagara. Abandi nabo barabakomboye, baciye mu nzira za Kudeta. Twovuga nk’intwari Nkrumah, Prezida wa mbere wa Ghana yashira imbere cane ubumwe bwa Afrika, Modibo Keita wa Mali, n’abandi. Abanka agacinyizo n'ubu baracahigwa buhongo, nka Laurenti Bagbo wa Cote d'Ivoire apfungiwe ubusa, azira kurondera kwikura gikoroni. Abo bagandaguye canke bakomboye, babasubiriza n’abategetsi bamwe twokwita ba n'iryo canke ndiyo bwana, bakora nk’abacangero b’abazungu. Abo ni nka ba Mobutu, Bongo, ba Compaore… Abandi benshi baciye batekerwa n’ubwoba baca batamba uko zivugijwe. Bakarazwa ishinga no kunyonyeza itunga ry’igihugu, bakaritahiriza mu mabanki y’ibihugu vy’ibikoroni, tutibagiye no gutoteza abo bose babakebura ku neza y’igihugu. Inyifato zabo ntaho zitaniye n’iz’abakoroni.

14. Twihereyeko iwacu, intwaro y’abari ku butegetsi, mu bice vyinshi isa n’iy’abakoroni naho birirwa baravuga ngo bagomba kubikurako, bakitiranya ugufashanya hagati y’amakungu n’ubukoroni. Baratoteza bagatuma Abarundi benshi, bahungira mu bihugu bibanyi n'ahandi. Mwibuke rya kori ry’umutwe ku ntwaro za gikoroni, no kuri Repuburika ya mbere. Murabona n’ubu ko, intwaro y’icaduka ya Nkurunziza yarigarukanye, abicishije ku mayeri yo kwaka ku nguvu amahera y’amatora. Mu gihugu gitwawe neza ku neza ya bose, nta ngorane ivyo gutanga ikori bizana, kuko ngo nta kuzera inze ; ariko kuritanga ku gahato ku ruyeri ku rwenge kandi utazi n'iyo riherera ni ubusuma ! Abazungu barakubita ibiboko abanyagihugu biyamirije akarenganyo, n’ubu ngira murazi yuko ikiboko, c’imbonerakure gikaze gusumvya ic’abazungu. Gusahura itunga ry’igihugu no kuritahiriza mumahanga, kugurisha amasosiyete yotuma intahe y’igihugu ikomera nka COTEBU, Ikivuko ca Tanganyika, ONAPHA, n’izindi. Gutanga amasoko yo gucukura ubutare mu gipfungu, n’ibindi, tutiriwe turavuga ivyerekeye amatongo n'isi nyubakwa canke ndimwa. Ejo muzozinduka mwumva ngo, na Tanganyika yaragurishijwe (na Falcone barayiriye imera nk’iyibagiwe ; ariko barabesha igihugu ntigiheranwa).
15. Ivyo rero vyarazingamitse iterambere rya Afrika n'Uburundi burimwo. Abazungu babandanije kuyora itunga kama, atacamira babifashijwemwo n’abo batware bahahamiye amaronko.

16. Ikindi kibuze, ni ukwubaka inganda zotuma Afrika yikukira koko, ikareka kwama izera inze, inganda zihingura ivy’abanyagihugu bakenera mu buzima bwabo bwa minsi yose. Kandi abahinga bazo bariho, n'ubutaka turafise. Habuze ugushaka, kugamije kwikukira nyakuri.

17. Vongeye, kubera ko Afrika ari yo ya mbere kw’isi mu butunzi kama, nk’ubutare bwa Coltan canke Cobalt, inzahabu, diamant, Uranium, ibitoro, n’ibindi bironderwa cane n’ibihugu vya rutura, ibihugu vyinshi muri Afrika vyama mu ngwano z’urutavanako, nk’uko mu vyibonera mu karere kacu; muri Sudani ya ruguru n’iyepfo (womengo bayimanyuririye ico!), aha hafi muri Congo duhana urubibe, muri Centrafrika, n'ahandi henshi … Ibindi na vyo bariko barabicamwo ivyibare, kandi tutameze magabo tuzova kuri 54 dushike ku no majana y'ibihugu vya Afrika, aho ibindi vyiyunga muri kino gihe. Ivyo ni vyo vyatumye Sudani y'epfo ivuka. Abahinga babisesangura, baranavuga yuko kubera isahuranwa ry’itunga kama kandi ry’imbonekarimwe riri muri Afrika, hashobora kwaduka iyindi ngwano y’isi yose. Mwomenya yuko ingwano z’isi yose canke izindi zose ziterwa no kurondera amaronko.

Hakorwe iki kugira Afrika, Uburundi bishikire intahe yuzuye y’Ukwikukira ?

18. Intahe y’Ukwikukira ku rugero rwo gusubirira abazungu mu vy’intwaro ntikwiye nk’uko tubibona muri ibi bihe. Intahe yibagiwe, kandi ari yo yotuma Afrika yikukira koko, ni iterambere mu vy’ubutunzi no kwubaka intwaro zibereye, kandi zitwararika kazoza n'imibereho y'abanyagihugu, bo bene igihugu. Duhereye ku burimyi n’ubworozi n’umuyagankuba, gushinga inganda zihingura umwimbu kama. Ivyo twimbura tubishore hanze, twabanje kubiduza agaciro ; na kare ngo utigaburira ntiyigaba. Harakenewe cane rero, nk’inganda zihingura imfungurwa, canke zikora ibikoresho abanyagihugu bakenera mu buzima bwa minsi yose, hamwe no gushobora kwiteza imbere. Ivyo rero ntibizoshoboka, kuko abadushize mu bukoroni babona ko bazotakaza vyinshi mu butunzi bwabo. Ni co gituma, intahe y’ukwikukira yokwunganirwa n’ubumwe mu banyagihugu, ubumwe hagati y'ibihugu gushamiranira bikagirwa umugani ; ubumwe n'umwumvikano bwa Afrika nk’uko umuhisi Prezida N'khrumah yavyerekanye, ariko abazungu n'ibikoresho vyabo baramugwanije ntiyabishikako. Abagerageje kubandanya uyo mugambi wiwe, hari canecane Khadafi na Sankara. N'khrumah yavuga ati « Ata bumwe hagati y’ibihugu vya Afrika vyubatse, intahe y’ukwikukira izoduca mu myanya y’intoke, kuko nyamwigendako bazomugondoza ku nguvu ». Yogeye ku vyiyumviro vya ba N'krumah, incabwenge nka Cheick Anta Diop wa Senegali n'abandi, yarerekanye neza yuko hakenewe Reta zunze ubumwe bwa Afrika, ifise inzego nka kurya kwa Reta zunze ubumwe bwa Amerika ; Reta ijejwe canecane ivyo imigenderanire n’ukwivuna umwansi, ibanki nkuru imwe n’ifaranga rya Afrika. Kandi ivyo birashoboka, vyotuma habungabungwa amahoro kw’isi nzima, kuko ata gihugu cokwubahuka gutera Afrika nzima, igihe yiyunze koko.

19. Intahe y’ukwikukira ikomezwa kandi no kugaruka ku mico kama, ku ndimi zacu, imico yubahiriza ubuzima n'imiryango, ukwubaha ababurambere n'ugufasha uruvyiruko, ivyerekeye ukwemera bijanye n'ingene ba sokuru babona ubumenyi n'ibikikuje isi, n’ibindi. Ivyo bikazotuma twiyemera kuruta, kuko gushika ubu, nk’uko twamaze kubivuga, Abanyafrika benshi ntibiyemera, barindira ko umuzungu aza kubakorera vyose, kandi kenshi bize bimwe.

20. Uwo mugambi w’Ukwikukira mu vy’ubutunzi, poritike n’imico kama, ntivyoroshe kuwushira mu ngiro kubera ko, burya « ukwikukira guhera mu mutwe » nkuko umuhinga Franz Fanon yabivuze. Mu gifaransa yavyise "décoloniser les esprits". Ni co gituma bisaba yuko, abiyumvamwo uwo mugambi, canecane mu migambwe, mu mashirahamwe, mu bategetsi, abahinga benshi, n’abanditsi n'abandi banyabwenge, tutibagiye urwaruka ari bwo Burundi na Afrika y'ejo, bowufata nkama, bakawigisha, bakawusigura, na canecane muri urwo rwaruka rwo mu mashure. Ariko kandi, tukazirikana cane yuko dutangura gukomeza ubumwe n’intwaro ibereye mu bihugu vyacu, ari na ho kwiyunga n’ibindi bihugu vyoca bishoboka, maze bikadushikana kuri iyo ntambwe y’ukwikukira kwa Afrika koko, kuko atawoshobora kwunga ibihugu bisanzwe ari ubunywenywe, intwaro zavyo ari ukwikunda gusa kw’abari ku butegetsi. Bantu mwese mwitwa ngo muramutswa igihugu, ari mu Burundi n'ahandi, kwikukira ku majambo gusa bituma muzohava ataco musize!

21. Ukwo kwikukira ubugira kabiri rero, ni urugamba, ndetse rutoroshe na gatoya, kuko abawugwanya kenshi ubasanga mu bategetsi, bakorana canke bakoreshwa n’abanyamahanga mu bihugu vya rutura. Ugasanga n’abiyumvamwo urwo rugamba baragize ubwoba, batinya kuba nka ba Sankara canke Khadafi. Ariko, ngo akagumye bagumako, na canecane urugamba rwo kwikura mu buja.

22. Mu gihugu cacu, intambamyi z’umugambi w’ukwikukira nyakuri zihari, ahanini ni iziva ku butegetsi buhari n'ubwahitiye, naho birirwa barata ishavu ku banyamahanga, ngo ni bo bababereye intambamyi mw’iterambere; barabesha. Ahanini ibikorwa bibi bakorera abanyagihugu, ntibabitumwa n’abanyamahanga, naho ata wohakana ko hariho abanyamahanga babakingira ikibaba, nko kunyegeza hanze amatungo basahuye mu kigega c’igihugu. Intahe rero yo kwikukira, kuva bagiye ku butegetsi mu 2005, yarasubiye inyuma cane, duhereye mu vya poritike, aho abanyagihugu batswe ijambo, abandi baricwa, abatishwe n’imbonankubone bakanyuruzwa, abandi kanganzwa bagahungu. Ubu, ubutegetsi bukaba butagihisha, yuko bugomba kugarukana intwaro y’umukazo y’umugambwe umwe, uvanga ivy’igihugu n’ivy’umugambwe wiganje ku butegetsi, tutaravuga ivyo kuvanga ivya poritike n’idini ry’uwitwa ngo arongoye igihugu. Turashigikiye ko umuntu asenga ivyo yishakiye ku burenganzira bwiwe, ariko ntidushigikiye kuvangatiranya vyose, canke guhatira abanyagihugu mw’idini ry’umukuru w’igihugu, ata n'uwuzi ivya ryo, nk’uko ingingo ya mbere y'Ibwirizwa Shingiro rya Ndamukiza 2005 (atari iryo baraye bafondafonze ku nguvu) rivuga ko Reta ata dini ishobora guhengamirako. Hambavu y’ivyo, itunga rigeze aho umwansi ashaka. Ibiharuro vyerekana, uko igihugu n’abanyagihugu bifashe birateye ubwoba, kuko usanga Uburundi bukwega umurizo, w’ibihugu vya nyuma bikenye kw’isi. Kanatsinda umwe wese avyibonerako mu mibereho yiwe ya minsi yose, abashobora gufungura gatatu, ndetse na kabiri ku munsi imfungurwa nzima usanga ari imparurwa. Ubuntu, ubumwe bw’Abarundi vyarahungabanye cane, kubera intwaro y'umukazo itwaririra ku bukunzi bw'inda, no kutabona kure.

23. Tuboneyeho gutera akamo, Abarundi bose ngo twikebuke, turabo iyo twavuye n'amakuba twaciyemwo mu kwiganzura intwaro zose z'ibikenye, zazingiye igihugu mu buja ; twikebuke twikubite agashi, ari abatware babi canke abatwarwa bageramiwe, twibuke ko ubugabo bwihabwa, kandi ko uwigize agatebo bamuyoza umwavu.

24. Abarundi bo nyene, bibuke intwari zarwaniye igihugu vy’ukuri ; babandanye guharanira intahe yabo y’ukwikukira nyako, mu kwiyamiriza bansumirinda, n'abangushi bari ku butegetsi, kugira mu mezi n'imyaka ibiri iri imbere, Uburundi buje ku murongo w’abaharanira, ubumwe n'ukwikukira nyakuri vya Afrika koko. Ubwo bumwe bukaba ari bwo bwonyene, buzotuma Afrika nzima yikukira ikagira igihagararo n’ijambo mu makungu. Nta nkeka ko, Afrika izoca yemererwa ndetse no kuja muri ya nama nkuru ijejwe umutekano y'ishirahamwe mpuzamakungu ONU. Erega Ubuntu burihabwa, kandi tutavuye hasi ngo tugire umugani ubwo busimbirahamwe n'ubwicanyi bwihekura, ntawundi azobitugirira ! Nsavye canecane urwaruka rwize amashure gukenyerera, no kugwanira umugambi wo kwikukira nyako

25. Ndangije iri jambo nsubira kubipfuriza isabukuru nziza y’ukwikukira, nyakuri.

Nti nitugire Amahoro, Iteka n’Iterambere, kuri twese!

Leonarudo Nyangoma,
Umukuru w’Umugambwe CNDD

]]>
DéclarationsThu, 05 Jul 2018 14:40:16 +0000