samedi, 08 avril 2017 09:22 Écrit par 

La situation socio-politique qui prévaut sur les collines de MBIZI et RUBIMBA de la commune de KIBAGO.

    La situation actuelle des collines de MBIZI et RUBIMBA de la commune de KIBAGO se résume en ces points que nous allons développer.1. la haine contre les habitants des collines de Mbizi et de Rubimba par les administratifs du parti CNDD-FDD, 2. une décente en préparation des intellectuels natifs de ces collines pour pacifier, 3. les miliciens imbonerakure en tenues militaires et policières qui font des patrouilles jour et nuit sur les deux collines, 4. un projet de traquer les jeunes garçons, les démobilisés et les ex Forces Armées Burundaises, Ex FAB en sigle.

    La haine contre les collines de Mbizi et de Rubimba.

    Les collines de Mbizi et de Rubimba ont été haies depuis longtemps par les autorités administratives hiérarchiques. Chaque fois qu’une personne venant de l’une de ces des collines se présentait dans un bureau communal ou provincial, elle était mal accueillie. Parfois, elle ne pouvait même pas bénéficier une audience comme les autres.

    La situation de haine pour ces deux collines et surtout celle Mbizi s’est empirée et elle est devenue de plus en plus grave à l’époque de Pierre Niragira, l’ex administrateur de la commune de Kibago. Il disait à n’importe qui de la colline de Mbizi qui entrait dans son bureau: «Mwa bamenja mwe bo ku Mbizi ; sinkeneye no kubabona mu maso yanje». Ce qui se traduit comme suit: «Vous les criminels de la colline de Mbizi, je ne veux pas vous voir devant moi».

    On ne peut pas passer sous silence que les autorités administratives hiérarchiques n’ont jamais cessé de limoger les autorités locales collinaires élues et aimées par la population.

    Les collines de Mbizi et de Rubimba ont subi à maintes reprises une injustice des autorités administratives hiérarchiques jusque même à la spoliation massive des terres au cours du deuxième mandat du parti CNDD-FDD. Cette spoliation était dirigée par l’ex président de la CNTB (Commission Nationale des Terres et autres Biens), Monseigneur Serapio Bambonanire.

    Comme la population des deux collines était depuis longtemps comme des enfants rejetés, elle ne s’était retenue à dire non à la spoliation massive de sa propre terre. Cela a provoqué d’avantage la haine auprès des administratifs malgré que ces collines n’étaient pas les seules à s’insurger contre les mesures injustes de la CNTB.

    La situation a continué de s’empirer après la mort de Bigirimana Joseph et de Kazungu Pascal. Le premier était le chef de zone, le second le cehf de secteur. Jusqu’à présent, les instances habiletés à faire des enquêtes n’ont pas encore fait des éclaircissement sur la mort de ces deux personnes alors que toute personne des collines de Mbizi ou de Rubimba, que ça soit un enfant, un jeune, un adulte ou un vieux, tout le monde est vu d’un mauvais œil de toute autorité administrative. Ils sont tous accusés à tort et à travers d’être des auteurs de la mort des deux personnes :

    Descente des natifs intellectuels des collines de Mbizi et de Rubimba pour pacifier.

    Dans ces derniers jours, les natifs intellectuels des collines de Mbizi et de Rubimba se trouvant à Bujumbura se sont donnés l’initiative de réconcilier l’administration et la population de ces deux collines, ce qui suscite beaucoup d’hypothèses. Qui sont ces natifs? Ils sont soit des gens de très bonne foi, de diverses aspirations, mêlées avec ceux qui sont à l’origine même des problèmes qui hantent les deux collines, soit des gens qui ne savent pas très bien ce qui s’est fait et ce qui se fait sur les deux collines, etc.

    Les natifs intellectuels de ces deux collines se trouvant à Bujumbura prévoient descendre tranquilliser la population dans les jours prochains. Ceci sera pris comme une bonne occasion pour les influents du parti CNDD- FDD de ce collines d’en profiter pour être vus comme de bons travailleurs. En effet, ils seront vus comme faisant adhérer au parti beaucoup de gens qui ont été considérés depuis longtemps comme des planificateurs et de bayeurs qui finançaient tous les actes de révoltes qui se faisaient sur les collines de Mbizi et Rubimba.

    Actuellement, chaque adhésion au parti CNDD-FDD d’un opposant farouche fait entrer un prix de trois cent mille francs au militant à la base de l’adhésion.

    Intention des initiateurs du mouvement de pacification.

    Les visées des initiateurs de ce mouvement de pacification sont diversifiées. Certains veulent se montrer avec des mains propres auprès de l’administration pour pouvoir fréquenter leur colline natale sans contraintes. D’autres veulent suivre le mouvement de masse, et d’autres encore cherchent une bonne occasion pour se montrer comme de vrais travailleurs du parti CNDD- FDD qui font adhérer au parti beaucoup de gens en peu de temps.

    Les dangers qui guettent les initiateurs du projet de pacification.

    Les initiateurs du projet de pacification de la population des collines de Mbizi et de Rubimba avec l’administration s’exposent à de multiples dangers sans pour autant le savoir. Les uns seront poursuivis, les autres seront condamnés à fuir le pays, et les autres seront tués. Ils seront toujours appelés à régler les conflits interminables et ils en seront incapables. Par conséquent, ils seront malmenés.

    Les miliciens Imbonerakure en tenues militaire et policières avec des armes à feu.

    Les miliciens Imbonerakure font actuellement des patrouilles jour et nuit sur les collines de Mbizi et Rubimba en tenues policières ou militaires et portent des armes à feu. Ils sèment une terreur extraordinaire à toute personne qui n’est pas de leur avis, à tel point que plusieurs d’entre elles sont actuellement traumatisées. Le cas typique est celui de Germain Ntiranyibagira alias Butire et de Samson Jinyura, qui sont actuellement traumatisés par les interpellations trop serrées à comparaitre au bureau communal. Ils ont été accusés d’avoir assassiné les deux chefs locaux précités. Par après, ils ont été forcés de signer un document dans lequel il était écrit que chaque fois qu’une autre personne sera tuée sur la colline de Mbizi, ils seront les premiers à être poursuivis.

    Mission de traquer les jeunes garçons, les démobilisés et les ex FAB des collines Mbizi et Rubimba.

    La tranquillité sur les collines de Mbizi et Rubimba est loin d’être établie car une mission de poursuivre, capturer ou expulser, tuer tout jeune garçon, les démobilisés, les ex FAB pensionnés des collines de Mbizi et de Rubimba et ceux aui sont à Bujumbura, a été confiée à 4 personnes: 1. le Gouverneur de la province de Makamba Gad Niyonkuru, 2. un Directeur Général au Ministère des Travaux Publiques Désiré Niyonizigiye (Il est natif de la cilline de Mbizi), 3. Ex administrateur de Kibago, actuellement sénateur Caritas Irakoze, 4.un milicien imbonerakure de l’Université du Burundi, IPA Kirundi-Swahiri répondant au nom de Pascal Nitunga.

    Ces quatre personnes ne cessent de dresser des listes des gens qui seront expulsés ou capturés et tués.

    Les vrais auteurs actuels des maux subis par la population des collines de Mbizi et de Rubimba.

    Les vrais auteurs des actes ignobles subis par la population de Mbizi et de Rubimba est l’équipe de quatre personnes précités composée du Gouverneur de la province de Makamba Gad Niyonkuru, un Directeur Général au Ministère des Travaux Publiques Désiré Niyonizigiye (natif de la cilline de Mbizi), Ex administrateur de Kibago, actuellement sénateur Caritas Irakoze, un milicien imbonerakure de l’Université du Burundi, IPA Kirundi-Swahiri répondant au nom de Pascal Nitunga.

    Des cas de violence par les jeunes Imbonerakure sont fréquents. Jean Claude Ndikumasabo alias Ruserenge par exemple a été tabassé à mort du fait qu’il était le seul jeune garçon restant sur la colline. Il était également accusé de donner des informations aux médias internationaux sur les mauvais comportement des miliciens Imbonerakure.

    L’équipe qui l’a torturé était composé de douze Imbonerakure venus de Mabanda, Mara, Bukeye, Kiyange et les noms de certains d’entre eux ont été retenus. Il s’agit de: Nitunga Pascal de l’Université du Burundi et il était le chef de cette équipe, Kanani Daniel, Nduwayo, Dismas, Gilbert alias kabamo, Bosco, etc.

    Si ceux qui veulent tranquilliser la population de ces collines ne sont pas parmi les auteurs des tous ces maux que subit la population des collines de Mbizi et de Rubimba, ils se trompent. Ils sont peut-être guidés par des sentiments et des émotions louables, mais ils ignorent la situation politique nationale que vit le pays actuellement.

    Les dernières actus

    
    Nouvelles du Burundi
    CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME Trente-cinquième session Dialogue interactif sur le Burundi Genève, le 14 juin 2017 Monsieur le Président, ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Dans le dictionnaire Hachette de la langue française, un aveugle se définit comme quelqu'un qui est privé du sens de vue. Et dans le monde entier, ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    BarundiBarundikaziBanyakazi ,Namwe mutagira akazi, Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere ! Abatari bake muri mwebwe barazi amamuko y'uyu ...
    En savoir plus
    Déclarations
    Bagumyabanga mugize Komite nkuru y’umugambwe,Bagumyabanga murongoye intaraBagumyabanga murongoye umuhari w’abagumyabuntu FFDBagumyabanga ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Les cinq délégués des étudiants de l'université écroués dans la prison centrale de MPIMBA. La réunion qui s'est tenue samedi du 15 avril ...
    En savoir plus
    Prev Next