dimanche, 08 mai 2022 09:55 Écrit par  Organisations panafricaines

Déclaration contre les persécutions du Docteur Oumar Mariko par les autorités maliennes.

 

Indignées par les persécutions et harcèlements incessants à l’endroit du Docteur Oumar Mariko, président du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI), les organisations signataires de la présente déclaration attirent l’attention de tous sur ce qui suit :

I. Les faits :

1. Depuis plusieurs mois, le Docteur Oumar Mariko, Président du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI), fait l’objet de persécutions répétées et injustifiées du pouvoir militaire à Bamako.

2. Oumar Mariko a été arrêté une première fois le 06 décembre 2021 et placé sous mandat de dépôt, quelques jours plus tard, à la maison d’arrêt de Bamako pour « injures». Il bénéficiera d’une liberté provisoire le 04 janvier et est libéré grâce à l’action salutaire des avocats.

3. Dans l’après-midi du Lundi 04 avril 2022, une douzaine de militaires lourdement armés arrivent à la résidence du Dr Oumar Mariko avec pour mission de l’arrêter, sans aucun mandat d’arrêt. Ne l’ayant pas trouvé, les soldats profèrent des menaces et posent des actes d’intimidation contre la famille de Mariko et décident de camper devant son domicile toute la nuit.

4. Le mardi 05 avril 2022, d’autres militaires surexcités ont procédé à une perquisition au domicile de Oumar Mariko à la recherche de ce dernier, après avoir intimidé et terrorisé les occupants de la maison. Toutes les pièces de la résidence sont minutieusement fouillées à la recherche du Docteur Oumar Mariko: chambres, cuisines, magasins, plafonds, placards, frigidaires et …même les toilettes.

5. Cette perquisition qui s’est déroulée sans aucun mandat des autorités judiciaires du Mali, est une grave atteinte à l’État de droit pour lequel des maliennes et des maliens sont morts en Mars 1991. Plusieurs autres citoyens, membres du Collectif de Défense des Acquis Démocratiques (CODEF-AD) dont Madissama Hanne et Madame Ramata Kéita, ont également vu leurs domiciles perquisitionnés à Bamako au courant de ce mois d’Avril parce que soupçonnés «de cacher Oumar Mariko».

6. Les autorités militaires reprocheraient au Dr Oumar Mariko, d’avoir lors d’une conférence à Bamako le 02 avril 2022, accusé des éléments de l’armée malienne d’être impliqués dans les massacres de Moura dans le centre du Mali, qui a fait plusieurs centaines de victimes selon certaines sources.

7. Comme si tout ceci ne suffisait pas, une vidéo circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux dans laquelle un individu accuse l’imam Mahmoud Dicko et le Dr Oumar Mariko d’avoir reçu plusieurs dizaines de millions d’Euros d’une puissance étrangère pour déstabiliser les autorités de transition au Mali. De telles affabulations grotesques contre Oumar Mariko ressemblent plus à une cabale et à un coup monté de toutes pièces dans le funeste dessein de faire arrêter le Camarade Oumar Mariko et le jeter en prison. Les luttes et les idéaux panafricanistes et anti-impérialistes que porte le Docteur Oumar Mariko depuis 40 ans, sont radicalement aux antipodes de ‘l’antipatriotisme’ dont il est accusé par les nouveaux princes de Bamako.

II. Position des organisations signataires de la présente déclaration

Considérant tout ce qui précède, les Organisations et personnalités sous-mentionnées :

1- Dénoncent fermement la persécution, le harcèlement et les intimidations contre le Docteur Oumar Mariko et tous les militants politiques qui exercent leur liberté d’opinion ;

2- Condamnent avec la dernière énergie, l’acharnement des autorités de la Transition contre Oumar Mariko et appellent le pouvoir militaire à cesser immédiatement ces persécutions, intimidations et cette chasse à l’Homme contre les militants politiques et de la Société Civile au Mali;

3. Condamnent les enlèvements et séquestrations des opposants par la Police politique, les violations et libertés individuelles et collectives, les campagnes de dénigrement des opposants par des activistes à la solde du gouvernement et l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques ;

4- Demandent au gouvernement de Transition, la libération sans condition de Monsieur Étienne Fakaba Sissoko et d’autres membres de la société civile malienne, emprisonnés pour délit d’opinions ;

5- Apportent leur soutien au parti SADI et à toutes forces progressistes locales qui luttent pour la souveraineté du Mali et pour le retour à l’ordre constitutionnel normal à Bamako ;

6- Appellent les autorités Maliennes à ne pas se tromper de combat en s’en prenant aux forces progressistes Maliennes en ce moment où le Mali a plus que besoin d’être soudé dans sa lutte contre les forces obscurantistes djihadistes et contre les forces impérialistes au Mali ;

7. Rappellent au pouvoir de transition à Bamako, que ‘le syndrome de l’ennemi intérieur allié des forces étrangères’ qui les habite en ce moment et qui lui sert d’alibi pour refuser toute contradiction et museler la pensée dissidente dans la classe politique et l’opinion malienne, est une maladie grave qui a conduit en Afrique et dans le monde, à toutes sortes d’exactions et la chute brutale de nombreux pouvoirs politiques , même ceux initialement animés d’intentions louables,

8-Apportent leur soutien sans réserve au vaillant peuple du Mali qui est confronté quotidiennement à la barbarie des forces terroristes qui endeuillent le pays, aux effets néfastes des sanctions injustes de la CEDEAO et de l’UEMOA qui ont aggravé la paupérisation des couches les plus défavorisées, et qui doit faire face aux tentatives de remise en cause par les autorités de transition, des acquis démocratiques obtenus dans le sang en mars 1991.

Organisations signataires de la présente déclaration:

Alliance Patriotique pour la souveraineté du Mali (APSM)|UPC-MANIDEM/Caméroun|Conseil National pour la Résistance Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN)| Conseil National pour Défense de la Démocratie (CNDD)-Burundi| Alternative Espaces Citoyens (AEC)-Niger|Parti Congolais du Progrès Intégral (PCPI)-RDC| Amicale Panafricaine-France|Albert MUKURUBUNDU (RDC)| La Voie Démocratique-Maroc|Collectif Afrique-France| Comité des Sans Papiers-France|Notre Cause Commune|Parti Communiste Congolais (PCCO)|

Plus dans cette catégorie : « COMMUNIQUE SUR LA GUINEE-CONAKRY

Les dernières actus


Actualités internationales
  Indignées par les persécutions et harcèlements incessants à l’endroit du Docteur Oumar Mariko, président du parti Solidarité ...
En savoir plus
Déclarations
Bagumyabanga mugize Komite nshingwabikorwa y’Umugambwe CNDD,Bagumyabanga murongoye abandi mu ntara no mu makomineBagumyabanga murongoye umuhari ...
En savoir plus
Communiqués
1. La réunion, tenue dans les enceintes de l’IGAA au quartier Kigobe, Zone Gihosha, commune de Ntahangwa, réunissait les membres du Comité ...
En savoir plus
Déclarations
Les membres du parti CNDD établis dans les quatre coins du monde ont accueilli avec indignation et stupéfaction la tentative de coup de force ...
En savoir plus
Communiqués
La réunion, tenue à la permanence nationale du parti CNDD, était dirigée par le Secrétaire Général Adjoint du parti, Camarade Gratien ...
En savoir plus
Prev Next