Librairie du CNDD

Le mois d'avril est devenu, aussi bien au Rwanda qu'au Burundi, le mois des tristes souvenirs. En effet, c'est le 29 avril 1972 qu'a été déclenché au Burundi, par le régime de Michel Micombero, le génocide contre les Hutu. Au Rwanda, c'est le 7 avril 1994, au lendemain de l'attentat contre le Falcon 50 qui transportait les PrésidentsJuvénal Habyarimana du Rwanda et son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira, qui est célébré en souvenir du génocide rwandais. Mais, s'agissant particulièrement du Rwanda, sur lequel nous allons nous appesantir, une série de questions se posent, qui ne manquent pas de jeter le trouble dans l'esprit, au regard de la différence des statuts, de l'occultation de la vérité historique, du manquement à une justice équitable, et de l'instrumentalisation politicienne de la mémoire pour dénier ses droits à tout un peuple. Et si « le génocide » dans la bouche du FPR de Kagame n'était qu'un masque d'hyène, masque destiné à nous empêcher de penser aux morts, à tous les morts, et surtout aux vivants ? Pouvons-nous, vingt ans après, supporter une mémoire au service du mensonge, de la vengeance et de l'exclusion ?

Chavez est une source inépuisable d'inspiration surtout pour l'Afrique. Il est le père incontestable d'une véritable démocratie participative. Pour toute grande prise de décision, le peuple est consulté sans attendre les périodes électorales. Chavez est aussi un modèle indéniable de démocratie économique fondée sur la solidarité humaine malgré les séquelles des gouvernements néolibéraux qui se sont succédés, la République Bolivarienne du Venezuela sous la houlette de Chavez est le deuxième pays après le Cuba du continent américain le moins inégalitaire.

mercredi, 11 décembre 2013 00:00

Le chemin de la démocratie au Burundi

Écrit par

Le chemin de la démocratie au Burundi est un mémorandum rédigé et publié en septembre 1991 par la direction du parti Frodebu composé de Ndadaye Melchior , Président, Pontien Karibwami, Secrétaire Général, Léonard Nyangoma, Secrétaire national à la mobilisation et à la formation idéologique, Richard Ndikumwami, Secrétaire National aux questions sociales et à l'éducation, Sylvestre Ntibantunganya, Secrétaire National à la communication et aux Relations extérieures.

Le mémorandum dont il est question avait pour objet de mettre en évidence la position du Frodebu sur le processus démocratique dans les années 1990 au Burundi. Dans ses perspectives , le parti voulait impulser un vaste forum national à défaut d'organiser une conférence nationale souveraine. Les discussions dans ce forum devaient permettre de dégager un véritable consensus national sur les principales orientations nationales et mécanismes destinés à l'instauration de la démocratie au Burundi.

Page 2 sur 2