Actualités

Vomissements, fièvre, perte d'appétit, faiblesse générale, voilà les signes cliniques d'une maladie dont souffre plus d'une centaine de détenus de la prison de Rumonge depuis le début de cette semaine, les familles des détenus sont inquiètes.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi 1er avril à l'unanimité une résolution visant à ouvrir la voie à une présence policière onusienne au Burundi, pour tenter d'apaiser les violences dans ce pays.

vendredi, 01 avril 2016 12:19

Burundi: arrestation de l'humoriste Kigingi.

Écrit par

Nouveau signe de l'intolérance de plus en plus grandissante au Burundi : un célèbre humoriste burundais a été arrêté il y a quatre jours par le Service national de renseignement (SNR), alors qu'il était à l'intérieur du pays. Alfred-Aubin Mugenzi a été arrêté pour un sketch sur le président Pierre Nkurunziza, qu'il avait lancé en juin 2015, alors qu'il se produisait au Rwanda voisin, au tout début de la profonde crise que traverse le Burundi et qui est née de sa décision de briguer un troisième mandat.

Objet : Lettre ouverte à l'intelligentsia hutu du Burundi.

Mes chères soeurs, Mes chers frères,

Ce dimanche 27 mars 2016, jour d'allégresse, jour de joie, jour où le fils de Dieu est ressuscité, j'ai appelé le paysan de Bubanza, j'ai appelé le paysan de Cibitoke, j'ai appelé le paysan de Bujumbura Rural, j'ai appelé le paysan de Rumonge, j'ai appelé le paysan de Makamba, j'ai appelé l'ouvrier de la Mairie de Bujumbura pour leur souhaiter une bonne fête de Pâques, mais la réponse était unanime « Nta Pasika Nziza ! Kera twaranywa ! Kera twarabaga ibimasa ! Uyumusi ntanurwumunyu tugira ! Uyumusi turara ntibuca !» ( Il n'y a plus de fête de Pâques ! Par le passé on buvait ! Par le passé on abattait les boeufs pour festoyer ! Aujourd'hui on n'a même pas de quoi acheter du sel ! La peur au ventre, la peur du lendemain, voilà ce qu'est devenu notre lot quotidien !).

Face à une situation "extrêmement grave" au Burundi et pour éviter un "dérapage extrême", Florent Geel, directeur Afrique de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), réclame l'envoi d'une mission des Nations unies dans le pays, dans un entretien à l'AFP.
Le Burundi est plongé depuis plus de 10 mois dans une crise politique profonde, née de la volonté du président Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir. Les violences ont déjà fait plus de 400 morts et poussé plus de 250.000 personnes à quitter le pays.


L'État burundais est-il au bord de l'asphyxie financière ? L'inquiétude monte à Bujumbura après les suspensions des aides internationales au régime de Pierre Nkurunziza, dépendant à près de 50% de l'aide internationale.
Dernière institution à avoir frappé le pouvoir au portefeuille, l'Union européenne. Le 14 mars, le Vieux Continent mettait sa menace à exécution : exception faite de l'aide humanitaire, « les appuis financiers directs fournis à l'administration burundaise, y compris les appuis budgétaires » étaient bloqués par Bruxelles.
En cause, les refus de Bujumbura d'ouvrir un espace de dialogue avec l'opposition, mais aussi les violences à l'origine de la mort d'au moins 400 personnes depuis le début de la crise.

jeudi, 24 mars 2016 09:20

Burundi: l'armée à son tour prise pour cible.

Écrit par

Regain de tension mardi 22 mars au Burundi, après une période d'accalmie. La journée de mardi a été particulièrement violente avec deux assassinats ciblés contre des hauts gradés de l'armée et l'enlèvement d'un policier.

Mardi, à Genève, s'est tenue une réunion du Conseil des droits de l'homme de l'ONU consacrée au Burundi plongé dans une grave crise depuis bientôt un an.

Une importante malversation à la Banque de la République du Burundi, BRB en sigle, a commencé après la fin du deuxième mandat présidentiel de Pierre Nkurunziza et continue. L'information a été livrée le 17 mars 2016 par certains travailleurs de la BRB qui ont voulu garder l'anonymat pour question de leur sécurité.

Beate Klarsfeld : « Au Burundi, le risque de génocide n'est pas à exclure »

Propos recueillis par Pierre Lepidi
LE MONDE Le 16.03.2016 à 16h56

Avec son mari Serge, Beate Klarsfeld, âgée de 77 ans, a consacré toute sa vie à traquer les criminels nazis et ceux qui ont organisé et planifié Auschwitz. En janvier, elle s'est rendue pendant une semaine au Burundi et a lancé « un appel angoissé au respect de la vie humaine ».

Page 9 sur 71