Nouvelles du Burundi

Les motos-taxis sont interdits de circulation dans le centre de Bujumbura à partir de mardi, et des patrouilles de policiers fouillent également les véhicules qui circulent d'une commune à l'autre de la capitale. Lundi, plusieurs explosions de grenades ont fait un mort et une trentaine de blessés.

L'Union européenne a menacé lundi le Burundi de suspendre son aide directe après les attaques à la grenade de la matinée. Un enfant y avait été tué et au moins 30 personnes blessées à Bujumbura.
Ces violences et l'absence de dialogue politique entre le régime de Pierre Nkurunziza et l'opposition ont conduit l'Union européenne (UE) à menacer de suspendre son aide directe à Bujumbura, mais la décision sera prise « dans les prochaines semaines », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à Bruxelles.

 

Les ressemblances quasi-parfaites de culture, de religion, de langue et d'ethnie voudraient que le Burundi et le Rwanda ne soient pas capables de se trainer dans la boue, comme c'est le cas aujourd'hui, à condition d'ignorer qu'en réalité, il existe un « effet contagion » séculaire des crises sociopolitiques entre les deux pays.

BUJUMBURA, le 12 Février 2016 (IRIN) - La crise qui a éclaté au Burundi en Avril 2015 suite à la décision de Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé , a déjà fait plus de 400 morts et causé plus de 230.000 personnes ayant fui le pays, selon les NU. Mais il n'y a pas que les citoyens qui ont souffert - l'économie est dans un piteux état.
Alexandre Nyabenda exerce comme commerçant dans une boutique de Cibitoke, l'un des soi-disant «quartiers contestataires» de la capitale Bujumbura, qui sont en réalité seulement des bastions de l'opposition à Nkurunziza et qui ont connu la plus importante agitation politique.

L'Union européenne va entériner lundi l'échec de ses consultations avec le Burundi sur les droits de l'homme et la démocratie et devrait annoncer une prochaine suspension de l'aide directe au gouvernement de Bujumbura, a appris l'AFP vendredi de source diplomatique.
Les 28 ministres européens des Affaires étrangères, qui se réunissent lundi à Bruxelles, doivent approuver un texte qui prend acte de l'échec de pourparlers entre l'UE et le Burundi sur les droits de l'homme et annonce "l'adoption prochaine de mesures appropriées", a indiqué un diplomate.

Initialement proposée par les Russes, cette idée a été formalisée par la France devant le Conseil de sécurité de l'ONU

La France est à l'offensive diplomatique à l'ONU sur le Burundi. Après le vote d'une résolution au mois de novembre dernier, Paris espère désormais faire adopter un nouveau texte au Conseil de sécurité, qui prévoit l'envoi d'une force de police qui serait intégrée aux contingents burundais. Les autres membres de l'ONU ne seraient pas fermés à une telle option même si son utilité en cas de dégradation rapide de la sécurité reste encore à démontrer.

Plusieurs policiers désertent, d'autres prennent le chemin de l'exil, et d'autres sont lâchement assassinés par leurs collègues instrumentalisés par le régime ou par des rebelles. Ces informations ont été révélées par certains policiers en date du 10 février 2016 et ont préféré garder l'anonymat pour question de sécurité.

Face aux tueries qui se poursuivent au Burundi, l'Union africaine (UA) ne démord pas de son idée d'envoyer une force de stabilisation dans ce pays. C'est dans ce sens que, faute de pouvoir y déployer ses hommes sans le consentement de Bujumbura, l'institution africaine veut y dépêcher une délégation de haut niveau, composée de quatre chefs d'Etat et d'un Premier ministre.Ainsi, les présidents, mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, sud-africain Jacob Zuma, sénégalais Macky Sall, gabonais Ali Bongo Ondimba, et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn auront pour mission de convaincre le président burundais, Pierre Nkurunziza, d'accepter l'envoi de soldats africains de la paix pour stabiliser prioritairement la situation et renouer le fil du dialogue entre protagonistes burundais.

mercredi, 10 février 2016 10:32

Plongée au cœur du Burundi parano

Écrit par

Enquête au cœur d'un pays au bord de la guerre civile.

Réveil en douceur à l'Hôtel des plateaux. Le jardin est interdit au public : un ministre, nous dit-on, y tient une réunion importante. La matinée est déjà bien avancée, mais à l'intérieur, des gradés de l'armée et de la police, des hommes en costard-cravate aussi, que l'on imagine être des conseillers, font durer le petit déjeuner. La ville de Ngozi regorge d'hôtels depuis que l'enfant du pays, Pierre Nkurunziza, qui y est né en 1963 et a grandi sur une colline voisine, a pris la tête du Burundi.

Les deux chefs d'Etat « ont conjointement appelé le président du Burundi à mettre fin aux violences dans son pays et à accepter de dialoguer avec ses opposants sans condition préalable », a déclaré la présidence française dans un communiqué, à l'issue de leur entretien.

Page 10 sur 54

Les dernières actus


Actualités internationales
Publié:16 janvier 2017 Seuls huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus ...
En savoir plus
Actualités internationales
Que dire en plus après le torrent de réactions réprobatrices suscitées par les propos du président des États-Unis qualifiant certains pays de ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
Bagumyabanga ba CNDDBagumyabuntu ba FFDNamwe Ntebutsi za JPDBarundi,Barundikazi,Bagenzi mwese, ncuti za CNDD, Ubwa mbere na mbere, munkundire ...
En savoir plus
Nouvelles du Burundi
4e Session du Dialogue inter-burundaisARUSHA, TANZANIE, 27 au 8 décembre 2017 RRESUME DU FACILITATEUR RELATIF À LA 4è SESSION DU DIALOGUE ...
En savoir plus
Actualités internationales
Jean de Dieu Momo Fo’o Dzakeutonpoug Douala le 30 Octobre 2017 Source site web de l'Alliance des Forces Progressistes pour ...
En savoir plus
Prev Next